LE SANG DE LA VIGNE #1 Mission à Haut-Brion

voir la série LE SANG DE LA VIGNE
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Policier

Sortie :
ISBN : 9782723498548

Résumé de l'album Mission à Haut-Brion

Ce soir-là, Benjamin Cooker, oenologue fort réputé et connu dans le milieu, fête ses 50 ans avec sa femme et des amis. Il reçoit un coup de fil d'un de ses amis d'enfance, un certain Denis Massepain, le propriétaire du domaine des Moniales haut-Brion. Massepain est très inquiet et a besoin de l'aide de Cooker. Ce dernier lui promet d'être là le lendemain matin à la première heure.
Au rendez-vous, Massepain lui parle de son problème. Quatre de ses fûts sont contaminés par des brettanomyces. Des bactéries qui risquent de lui faire perdre sa production. Avec l'aide de Virgile, un jeune chercheur qui devient son assistant, Cooker mène sa petite enquête qui les mène à la même conclusion : derrière tout cela, il y a un acte criminel...

 

Par Berthold, le 27/09/2014

Notre avis sur l'album Mission à Haut-Brion

Avec Le Sang de la Vigne, Eric Corbeyran et Sandro adaptent le roman Mission à Haut-Brion, l'un des vingt-deux titres de la série de Jean-Pierre Alaux et Noel Balen mettant en scène le personnage de Benjamin Cooker. Ce titre a aussi connu une adaptation en série de télévision avec Pierre Arditi dans le rôle principal qui, d'ailleurs à la TV, se nomme Benjamin Lebel.

Le premier tome de l'adaptation en bande dessinée du Sang de la Vigne est plutôt assez bien réussi, ma foi.
Eric Corbeyran nous propose un bon récit policier où l'intrigue est passionnante et le suspense nous tient en haleine tout du long.
Vous l'aurez compris, l'univers est celui du vin. Cooker étant un œnologue de renom, auteur du Guide Cooker. On peut apprécier justement d'entendre parler de certains vins dans ces pages. Cela nous met le vin à la bouche !
Corbeyran détaille très bien ce monde assez méconnu pour le néophyte. L'action se place dans la région bordelaise. Les personnages sont assez bien construits et déjà, ils attirent notre sympathie.

Pour mettre en images cette adaptation, il fallait quelqu'un de talent, quelqu'un qui s'est déjà frotté à des adaptations d'oeuvres littéraires. Avec Le Sang de la Vigne, Sandro s'en sort avec les honneurs !
Son dessin fonctionne à merveille et on a droit ainsi, à des pages rythmées par son style. Il nous fait visiter les divers lieux de l'intrigue en nous donnant l'impression d'y être pour de vrai ! Son Benjamin Cooker, son assistante et Virgile donnent bien envie de les retrouver dans une nouvelle enquête.

Mission à Haut-Brion est une mission réussie pour Corbeyran et Sandro qui adaptent avec un réel talent le roman du même nom et nous donnent envie de découvrir le personnage crée par Alaux et Balen dans de nouvelles enquêtes !
Mais en attendant de voir ses personnages gouter autant de vins, ça m'a donné envie d'ouvrir une bouteille !

 

Par , le

Les albums de la série LE SANG DE LA VIGNE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Interview du dessinateur Sandro Masin, marin voyageant au bout de son crayon.

Sceneario.com :Bonjour Sandro. Ton actualité récente est la sortie de Jusqu’au bout de la Terre, le premier tome de la collection Histoires de Bretagne. Mais avant de partir vers cette belle région qu’est la Bretagne : revenons sur ton parcours. Qui est donc Sandro Masin ?
Sandro Masin : Après avoir obtenu un BT dessinateur maquettiste, au lycée Auguste Renoir, j'ai commencé comme stagiaire dans une agence de com BD. J'ai fait de l'illustration BD pour de la pub, et divers éditeurs avant de signer mon premier album sorti en 2003 "ECTIS" chez Nucléa 2. Malheureusement l'éditeur a fermé. C'est Jean-Luc Istin qui m'a proposé ensuite de participer au collectif "Les contes du Korrigan" T.7. L'essai fut concluant et l'aventure a ensuite continué chez Soleil avec des albums dans la collection celtic : "Le Sang de la Sirène" (one shot), "Le Gardien du feu" (diptyque) et "Jusqu'au bout de la Terre" (one shot) [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Sandro

Sceneario.com: Après une participation à un tome 7 ( "Les contes du Korrigan" ) et un album à suivre ( "Ectis T1" ) mais chez une maison d'édition qui a entre-temps mis la clé sous la porte (Nucléa), qu'est-ce que ça te fait de voir sortir aujourd'hui le one-shot "Le sang de la Sirène" ?
Sandro: C'est une renaissance... Après Ectis 1, avec Nicolas on a commencé le tome 2 mais ça sentait le roussi chez Nucléa. Le contrat stipulait que le tome 2 serait fonction du succès du tome 1... Donc, on attendait le feu vert officiel de Nucléa pour commencer officiellement le 2... Après 9 mois d'attente, une rupture de stock éditeur du tome 1 et quelques lettres recommandées restées sans réponse, conformément au contrat, on a récupéré les droits sur la série. Nucléa a mis la clef sous la porte et on a présenté Ectis  aux autres maisons d'édition qui n'ont pas été intéressées [...]

Lire la suite ›