Le saigneur de Tiffauges

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Drame

Historique

Policier

Sortie :
ISBN : 9782302008823

Résumé de l'album Le saigneur de Tiffauges


Le 26 octobre 2007, délaissant sa sœur en état de choc et ses parents abattus, disparaît Rémi, un jeune garçon non loin de la bourgade de Tiffauges. Ses restes sont retrouvés quelques temps plus tard dans une urne funéraire. Un an après ces faits, jour pour jour, lors de la visite du château de la même ville, Nicolas, un autre garçon échappe à la vigilance de son institutrice et disparaît lui aussi, ne laissant pour seule trace, son petit sac. L'inspecteur Deray du commissariat de la Roche-sur-Yon, qui connaît bien les affaires pour avoir rencontré les parents concernés, mène l'enquête et soupçonne un serial killer de rôder autour de Tiffauges. Mais quel est-il ? Subirait-il l'influence de l'ancien maître de ces lieux ancestraux à savoir Gilles de Retz alias Barbe Bleue ? Et puis, quelle est cette vieille femme qui semble être présente à chaque disparition ?

Par Phibes, le 26/02/2010

Notre avis sur l'album Le saigneur de Tiffauges


L'association entre les deux auteurs se pérennise après un travail commun sur deux épisodes dans la saga Le maître de jeu (n° 5 et 6) et la publication de l'adaptation de la célèbre nouvelle de Franz Kafka, La métamorphose. En effet, Eric Corbeyran, auteur très prolixe, et Horne, dessinateur d'univers plutôt angoissant, se lancent dans un nouveau one-shot à sensations qui se veut un mélange subtil de références historique, littéraire, policière, fantastique et ésotérique.


Préalablement averti par le premier de couverture sanguinolent qui donne une orientation évocatrice du fameux Barbe Bleue, le lecteur a tôt fait d'être absorbé par l'ambiance angoissante de l'histoire liée à la disparition énigmatique d'enfants. Une fois que ces faits douloureux ont été exposés (en quelques planches), la fiction vient se raccrocher au personnage clé à savoir l'inspecteur de police Deray. Ce dernier apparaît dans une ambiguïté scénaristique calculée (son nom, son émoi, ses actions) que le lecteur va devoir assimiler, approfondir et juger. Pour ce faire, son jeu équivoque de par la direction de l'enquête, intrigue, pèse par cette ambiance de folie qui l'auréole et vient éclater au final dans une confusion (voulue) déroutante.


Pour parfaire ses péripéties au déroulement certes classique mais surprenant, Eric Corbeyran a puisé son inspiration dans l'Histoire et la littérature. En effet, s'il a assimilé la biographie glaçante du Seigneur de Tiffauges, Gilles de Retz (ou de Ray alias Barbe Bleue), personnage sanguinaire du 15ème auquel lui sont imputés le viol et le massacre incalculable d'enfants, il la complète par la véritable évocation de Barbe Bleue perpétrée par le romancier Charles Perrault et dont une partie de son conte est reprise dans le récit.


Horne, de son côté, nous a habitué précédemment à un dessin très réaliste. En cet opus, il ne déroge pas à sa ligne de conduite et nous sert un travail de choix, basé sur une recherche photographique bien exécutée. Il perpétue avec délice l'ambiance lugubre impulsée par son scénariste en jouant sur un ombrage omniprésent et se veut le rapporteur fidèle d'une page d'histoire assez douloureuse.


Un album assurément angoissant et superbement construit. Frissons garantis !


 

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›