LE ROI DES MOUCHES #2 L'origine du monde

voir la série LE ROI DES MOUCHES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DRUGSTORE

Collection :

Hors Collection

Genre :

Inclassable

Sortie :
ISBN : 9782356260468

Résumé de l'album L'origine du monde

Le roi des mouches n'est en somme qu'un jeune balieusard, il s'appelle Eric, il fantasme sur Karine, sort avec Marie et occasionnellement revient se taper son ex Sal ! Les destins se croisent, l'histoire progresse par petits sauts et au sein de ce quartier, de cette ville on vit sa sexualité à fond, on est violent, on méprise ses voisins, on est surtout seul, très seul !

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album L'origine du monde

4 ans après le premier tome, revoilà le génial duo composé de Pirus et Mezzo qui nous livre là un remarquable second opus.
Ce Roi des mouches est décidemment une "série" très destabilisante, tant les personnages semblent complètement détachés de la réalité, dans une sorte de ronde minimaliste ou ils dépeignent une société en pleine déliquescence dans laquelle ils vivent avec une certaine dureté desillusionnée. Car, avant tout, rien ne semble vouloir les sauver, comme perdu d'avance.

La narration imposée par Pirus est lente et sèche, on entre dans les pensées du narrateur (un personnage par petits chapitres de 5/6 pages) qui, sans cesse, fait pogresser l'histoire d'une multitude de points de vue différents, à grand renfort d'ellipses très ambitieuses parfois ! Ce qui donne un ensemble à la fois très exigent et très riche aussi.
Cette approche "mosaïque" est surtout une façon de ne pas complètement figer le récit car, certes, les personnages et le ton général est assez inexpressif, mais toute la richesse de ce projet tient justement sur la disparité entre tous ces caractères, entre tout ces regards qui se croisent, se complètent et crééent une atmosphère très envoutante.

Pirus est en très grande forme, son style est, comme je l'ai déjà dit plus haut, sec et sans concession. Et même si, en effet, il aborde son scénario par le biais d'une série de longs monologues intérieurs il ne s'empettre pas dans du pathos gratuit et larmoyant. Ici tous jettent un regard presque blasé sur ce qui les entoure, une sorte de nonchalance très tendance enveloppe ces perso assez poseurs dans leur genre.
Personnellement je trouve le résultat très envoutant, il se dégage de ces planches comme une sorte de décalage qu'on retrouve chez des créateurs comme Lynch, Burns ou Clowes.
Nous retrouvons nos voisins, mais des voisins déformés et pervertis par les tricheries de la vie, les désillusions qu'elle nous réserve. On trahit, on aime, on se cache la face, rien n'est vraiment rigolo, surtout pas les pathétiques blagues de Ramos et même le quartier le plus rasant peut cacher une certaine magnificence.

On retrouve le style très sobre de Mezzo aussi, un style tout en contraste, tout en équilibre, avec des cases construites avec une précision d'orfèvre, très pensées, et c'est là qu'il est fort car, alors que ses perso sont relativement inexpressifs, il réussit à transcender un scénario pourtant ultra précis lui aussi.
On sent vraiment une osmose entre ces deux amis créateurs, le mariage parfait entre les mots et le dessin.

La très bonne surprise de cette fin d'année ! D'autant qu'il semblerait qu'il y aura encore une suite...
Que demander de plus à ce stade !

Par , le

Les albums de la série LE ROI DES MOUCHES

Nos interviews liées

Entretien avec Mezzo et Pirus

Interview dirigée et réalisée par Melville au festival d’Angoulême 2013 Sceneario.com : Vous travaillez ensemble depuis longtemps, existe-t-il une certaine porosité entre les rôles de scénariste et dessinateur ?
Pirus : A la base c’est plutôt strict, un peu à la Alan Moore : je conçois les dialogues et le découpage, case par case, plan par plan. Ensuite on voit avec Mezzo pour le crayonné. Je lui explique ma vision des choses, si on sent que quelque chose ne va pas bien on change. Souvent je propose deux solutions et on choisit la meilleure. Mezzo crayonne, puis on revoit le crayonné ensemble et c’est à ce moment qu’on décide si la vision première est maintenue ou si elle doit être affinée. Mezzo encre, on refait le point. Et ainsi de suite. Ce que je souhaite c’est être au plus proche de l’idée première [...]

Lire la suite ›