LE RESEAU BOMBYCE #1 Papillons de nuit

voir la série LE RESEAU BOMBYCE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Sortie :
ISBN : 2731612940

Résumé de l'album Papillons de nuit

Le Réseau est en fait un duo composé d’Eustache et de Mouche. Ces cambrioleurs voltigeurs poursuivent une quête mystérieuse dont seul le passé d’Eustache semble être la clef. Et tout se passerait bien mieux si leur prochaine cible n’était pas le repaire du Baron.

Par Pascal, le NC

Notre avis sur l'album Papillons de nuit

Plus on avance dans l’album, plus on s’enfonce dans l’horreur. Alors évidemment ce n’est pas l’album qui est horrible, bien au contraire. L’intrigue est  très bien construite et on découvre petit à petit l’univers pourri dans lequel évoluent nos deux héros en se demandant si Corbeyran va oser aller plus loin. Et bien il ose  : on termine le livre avec un réseau de snuff movies… Je n’en dirais pas plus. Le dessin est splendide, les traits fins et précis, les détails foisonnent, la couleur est parfaitement adaptée, que demander de plus ?

Par , le

Découvert tout récemment Le réseau Bombyce fut pour moi une véritable claque. Cecil et Corbeyran nous offrent une de ces grandes bandes dessinées, hors normes, à part. Ce qui frappe au premier coup d'œil c'est la richesse des dessins de Cecil, et puis vient ensuite le ton du récit, profondément sombre, très noir et pourtant non dénué d'une petite pointe d'humour glissée çà et là.

Les auteurs nous impressionnent par la maîtrise dont il font preuve avec cet album à ériger au panthéon des incontournables.

Par , le

Les albums de la série LE RESEAU BOMBYCE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Cécil

Sceneario.com : A ce jour, tu es un auteur reconnu dans le monde de la bande dessinée (notamment grâce au succès de ta série Le Réseau Bombyce). Peux-tu nous dire quelques mots sur ton parcours ?
Cécil : Alors mon parcours est assez classique pour qui veut entrer dans le monde de la bande dessinée. J’ai fais les Beaux-Arts de Bordeaux dans une section DNAT qui est tout particulièrement destinée aux arts graphiques et la communication. C’est un secteur où des auteurs actuels ont été mes prédécesseurs comme Jean-Baptiste Andréae (La confrérie du crabe, Mangecoeur…) ou Benoît Lacou qui fait de la BD aussi (Le diable au port, Murel). Et, le plus étonnant, c'est que tous les trois nous enseignons dans la même école de graphisme à Bordeaux, l'ESMI. J’ai donc suivi le même cursus qu’eux, sauf qu’en fin de compte je ne suis pas allé jusqu’au bout, j’ai quitté l’école avant l’obtention du diplôme pour m’orienter vers la bande dessinée [...]

Lire la suite ›