LE REGULATEUR #Int.2 Tomes 4 à 6

voir la série LE REGULATEUR
Dessinateurs :



Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DELCOURT

Genre :

Aventure

Fantastique

Intégrale

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782413001843

Résumé de l'album Tomes 4 à 6

Le professeur Esculape est donc à l'origine de cette machination, et il pratique le trafic d'organes. Hestia et Ambrosia ont été capturées et servent d'otages pour forcer Aristide Nyx à accepter une mission. Mais les deux jeunes femmes ont réussi à s'enfuir en étant aidées par le Groupe Noir.
Esculape a pris la fuite avec Aristide et sa mère. Hestia est gravement blessée et le groupe qui a récupéré Ambrosia lutte contre des mekkas qui arrivent à s'enfuir. Quant à Hestia, malgré ses blessures, elle réussit à retrouver Moros...

Par Berthold, le 12/09/2017

Notre avis sur l'album Tomes 4 à 6

Delcourt propose en ce mois de septembre la seconde partie de l'Intégrale de la série qui reprend les trois derniers tomes de la série. C'est un final grandiose pour cette série fantastique et steampunk à laquelle les auteurs nous convient.

Ces récits restent bien dans l'esprit des précédents.
Corbeyran connaît son travail, il construit une histoire avec ce qu'il faut de suspense. L'action reste omniprésente, avec une certaine tension. 
D'emblée, Corbeyran place trois intrigues : nous découvrons ce qu'il advient d'Hestia, d'Ambrosia, mais aussi d'Aristide qui reste pratiquement passif tout du long du premier récit. Nous en apprenons un peu plus sur la jeunesse d'Aristide Nyx...
Dans Cordelia, même si nous en apprenons un peu plus sur Esculape, celle qui tient vraiment le rôle principal, c'est une gamine de 10 ans qui se nomme justement Cordelia. Elle a un rôle important à jouer, car sa rencontre avec Nyx fait avancer les choses. On découvre aussi ce que sont Les "Faubourgs": une zone étrange, fait de ruines et de gravats. Le danger est partout à cause de créatures très dangereuses. Le scénariste créé une ambiance tendue dans ce tome, une sensation d'enfermement nous happe d'entrée.
Dans Nyx, Eric Corbeyran nous fait une grande révélation au bout de quelques pages, au sujet du destin de son héros. Cette scène est vraiment très forte émotionnellement. Après ce retournement de situation, nous comprenons mieux beaucoup de choses, des questions qui nous taraudaient depuis les derniers tomes parus trouvent ici leur réponses.
Nous retrouvons aussi Ambrosia et Hestia, qui sont dans une fâcheuse situation. A partir de là, les évènements s'enchainent pour nous amener à la conclusion de cet album.

Avec Le Régulateur, Corbeyran nous offre une belle saga steampunk, un ulitme et très beau volume pour cette intégrale qui n'a de cesse de nous surprendre.

Tout cela etant magnifiquement mis en images par les frères Moreno, Eric et Marc. Il y a des passages qui sont superbes, comme la visite de certains endroits par Aristide Nyx. Les décors sont fabuleux. C'est l'une des plus belles représentations steampunk en bande dessinée. Les scènes finales de cette saga sont aussi un modèle de mises en scène d'action.

Un univers qui nous manque depuis, même si l'on a l'occasion de le redécouvrir avec cette intégrale.

Par , le

Les albums de la série LE REGULATEUR

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›