Dessinateurs :



Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DELCOURT

Genre :

Aventure

Fantastique

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782756015514

Résumé de l'album Nyx

Aristide Nyx atteint enfin son but : le professeur Esculape lui fait voir un endroit merveilleux : un paradis qui a été créé artificiellement et tout cela au sein de Biapolis !
Aristide se pose des questions au sujet de cet environnement si agréable et fabuleux. Esculape le laisse devant une porte et lui dit qu'il comprendra le pourquoi de tout cela lorsqu'il l'ouvrira et qu'il entrera dans l'endroit qui se trouve derrière cette porte.
Ce que va découvrir Aristide risque de le marquer fortement. Il ne s'attend pas vraiment à cela...

 

Par Berthold, le 30/09/2014

Notre avis sur l'album Nyx

Nyx est le titre du sixième et dernier tome de la série Le Régulateur.
Nyx conclut en beauté l'une des meilleures sagas steampunk, qui a débuté il y a douze ans.

Eric Corbeyran va nous faire une grande révélation au bout de quelques pages, concernant le destin de son héros Aristide Nyx. Une révélation qui m'a étonnamment surpris ! Je ne m'attendais pas à cela.
Cette scène est vraiment très forte émotionnellement et tout comme le héros, le lecteur risque de  rester sans voix.
Après ce retournement de situation, nous comprenons mieux beaucoup de choses, des questions qui nous taraudaient depuis les derniers tomes parus. Ici, tout va se dévoiler.
Nous allons retrouver aussi Ambrosia et Hestia, qui sont elles aussi dans une fâcheuse situation. A partir de là, les évènements vont s'enchainer pour nous amener à la conclusion de cette bande dessinée.
Corbeyran nous offre un ultime et très beau tome qui n'a de cesse de nous surprendre. Le final, logique, en fait, est un moment très difficile et pourtant superbe, si je peux me permettre.
L'intrigue de ce tome 6 est une vraie réussite dans le style.

Marc Moreno et son frère Eric réalisent là encore un incroyable travail visuel sur les pages du Régulateur. Il y a des passages qui sont magnifiques, comme la visite de certains endroits par Aristide Nyx. Les décors sont fabuleux, jamais le genre steampunk n'a été aussi bien representé en bandes dessinées. Les scènes finales sont aussi un modèle concernant la mise en scène de scènes d'action où le destin de Nyx va se décider.

Nyx est une conclusion pour l'une des séries steampunk des plus remarquables que nous ayons lues ces dernières années. Cet univers va nous manquer maintenant. Mais il nous restera toujours le plaisir de relire cette saga. En attendant, ne ratez pas le dernier rendez-vous avec Le Régulateur !

 

Par , le

Les albums de la série LE REGULATEUR

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›