LE REGULATEUR #2 Hestia

voir la série LE REGULATEUR
Dessinateurs :



Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Sortie :
ISBN : 2840558203

Résumé de l'album Hestia

Aristide Nyx part voir le cylindre qu’a pris Sansonne. Le film dévoile un complot où est impliqué Moros (le patron d’Hades, la société qui emploie Nyx) , Léonard Typhoeus (le député, candidat à la présidence) et un mystérieux troisième homme. A la fin du film, il est attaqué par un homme qui lui vole le cylindre et sa valise.
Au même moment, Moros charge Hestia, une autre régulatrice, de retrouver Nyx. Hestia retrouve sa piste à l’hôpital où Nyx a laissé son adresse à son ami Zelos qui a été blessé par le dard du Grehm. L’adresse qu’a laissée Nyx est un piège qu’il a tendu à ses poursuivants. Mais avant d’avoir eu le temps de s’expliquer, Nix et Hestia sont attaqués par l’homme qui a volé le cylindre.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Hestia

Comme pour le tome 1, on a une histoire très dense. il faut prendre son temps pour relier tous les éléments que l’on possède maintenant avec les deux albums, et il reste encore des zones d’ombre non expliquées et des nouvelles questions viennent s’ajouter. Le passé de Nyx et l’institut Tartare où il était enfant prend de l’importance.
L’ambiance est toujours lourde. Cela vient autant de l’histoire que du dessin. L’histoire tourne autour de tueurs à gages autorisés par la loi à tuer dans un monde Steampunk. Les personnages sont froids et détachés et aucun ne semble racheter l’autre. Le dessin, avec beaucoup de détails, autant pour les personnages que pour les décors en arrière plan ou pour les machines, concourt lui aussi à donner une impression que tout le monde grouille dans un monde sale et glauque. Les couleurs contribuent elles aussi à cette ambiance. L’utilisation du gris et des couleurs froides est très dominant dans l’album.

A noter aussi dans la première édition du tome 2, un supplément sous une forme de journal qui présente un peu mieux l’univers et toutes les formes et/ou sociétés de régulateurs. Le lire avant l'album peux être utile pour bien situer tous les personnages et certains détails sur l'institut Tartare.

Par , le

Enfin, le fameux tome 2 du Régulateur . Après presque 2 ans d'attente, le voici.
Et on n'est pas déçu... l'intrigue est très bien ménée : beaucoup d'action, on en sait un peu plus sur le passé d'Aristide Nyx...Corbeyran et Moreno ont crée un bon univers steampunk...
Des hommages ou clins d'oeils sont présents dans cet album, amusez-vous à les chercher dans les cases.
La 1ère edition est dotée d'un très beau cahier graphique... En attendant le tome 3...

Par , le

Les albums de la série LE REGULATEUR

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›