LE PROTOCOLE PELICAN #1 Tome 1

voir la série LE PROTOCOLE PELICAN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782205063332

Résumé de l'album Tome 1

Paris, Oxford, Barcelone, Madrid, Buenos Aires...Des gens se font enlever sans aucune raison. Aucun d'entre eux ne se connait, il n'existe aucun lien entre eux.
Ces personnes, au nombre de 11, se retrouvent enfermées dans un lieu inconnu. On les nomme les "unités". Leurs gardiens se font appeler les "compagnons". Les unités sont questionnées pas des scientifiques qui se nomment les "confidents". Aucune des unités ne connait le vrai but de leur présence dans cet endroit.
Pour certaines unités, cette situation est intenable. 
L'unité numéro 4 cherche un moyen de s'enfuir.

 

Par Berthold, le 16/09/2011

Notre avis sur l'album Tome 1

Après Genetiks (Fituropolis) et Le Complexe du Chimpanzé, Marazano et Ponzio reviennent sur le devant de la scène avec cette série intitulée le Protocole Pélican et qui est prévue en 4 tomes.

Avec ce premier tome, Marazano nous convie à une intrigue prenante au suspense habile et haletant. D'entrée, nous assistons à l'enlèvement de citoyens venus de divers endroits du globe, qui n'ont aucun lien entre eux et sans que les kidnappeurs ne soient montrés, ce qui en rajoute à l'angoisse qui vous étreint à la lecture. Puis nous allons faire connaissance avec les gardiens, trois hommes embauchés pour une durée de six mois qui ne connaissent pas non plus le but de la séquestration de ces gens, de ces "unités". Puis, nous y verrons les scientifiques qui eux semblent connaitre le but de cette opération.
L'angoisse vous étreint dans ces pages : il vous semble être pris comme les "unités", vous avez l'impression de partager leur sort et ne comptez pas sur Marazano pour vous en dire plus. Oui, à un moment, vous aurez un début d'explication sur ce qu'il se passe entre ces murs mais quand vous verrez la dernière page, vous risquez d'avoir un choc et surtout, une envie de réclamer la suite.
Les personnages sont intéressants et ont chacun une sacré personnalité. Le lecteur peut s'assimiler à certains lors de la lecture.

Là aussi, nous sommes conquis par le formidable graphisme de Ponzio. Lui aussi nous place dans cette angoissante, intriguante et inquiétante atmosphère. Il arrive à faire ressortir l'émotion de ses personnages et à nous les transmettre juste en regardant les regards des personnages. Les décors sont des plus réussis et le lecteur découvre peu à peu cet univers .

Ce premier tome est donc une très bonne surprise, un huis-clos étouffant et prenant où le lecteur ne trouvera le repos qu'au bout du quatrième tome.
Le Protocole Pélican est une œuvre que je vous invite à découvrir sans plus tarder !

Par , le

Les albums de la série LE PROTOCOLE PELICAN

Nos interviews liées

Rencontre avec Richard Marazano et Guilhem Bec

Un entretien avec Richard Marazano et Guilhem Bec


Interviewer : Berthold
Image & Son Mat & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio nous parlent de Genetiks

Sceneario.com : Richard Marazano, Jean-Michel Ponzio, bonjour et bienvenue sur Sceneario.com. Tous les deux vous avez un parcours qui au départ ne vous destinaient pas forcément à faire de la bande dessinée. Qu’est ce qui vous a donné envie d’entrer dans cet univers ? Que représente aujourd’hui pour vous la bande dessinée, un métier, une passion… ?
Richard Marazano : Depuis tout gamin, j’ai toujours lu de la bande dessinée. Lorsque j’en suis venu à m’exprimer au travers de différents media, il m’a semblé tout a fait naturel de le faire également dans un « langage bande dessinée ». En débutant je n’imaginais évidemment pas que cela allait devenir un métier si prenant et si enrichissant à la fois. En effet, aujourd’hui la bande dessinée est pour moi un métier (puisque mon travail en bande dessinée me prend tout mon temps et me fait vivre, et que cela nécessite pour moi des réflexions et un apprentissage quotidien), mais également une passion sans laquelle ce genre d’investissement personnel ne serait pas possible [...]

Lire la suite ›