Le promeneur

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Manga

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782203012868

Résumé de l'album Le promeneur

Monsieur Uenohara est le jeune chef d’une entreprise de design ayant trait au monde de la papeterie et du gadget. Loin de céder au stress que pourraient lui causer son travail et ses responsabilités, Monsieur Uenohara préfère prendre la vie du bon côté et ne s’interdit jamais une petite promenade à pied pour décompresser.
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Le promeneur

Au même format que La montagne magique mais cette fois en noir et blanc, les éditions Casterman publient la version française d’une nouvelle œuvre de Jirô Taniguchi : Le promeneur. Scénarisé par Masayuki Kusumi qui avait déjà collaboré avec le mangaka sur l’excellent Gourmet solitaire, on retrouve dans ce titre toute la philosophie qu’on avait déjà appréciée dans les pérégrinations de Monsieur Inogashira et dans celles de L’homme qui marche.

« La personne qui est présente en nous, là, dans l’activité de la marche, c’est soi, au plus près de ce que l’on est vraiment. » Voici la conclusion de Jirô Taniguchi aux questions qui lui sont posées par Jean-Philippe Toussaint dans une interview que vous pouvez lire en fin d’ouvrage. Et force est de constater que les auteurs ont su nous raconter ce que cela voulait dire, comment ils le ressentaient.

Au travers huit historiettes, huit « promenades », les deux auteurs nous font suivre leur héros nonchalant et le font passer par divers états que peuvent connaître les promeneurs : la liberté, les rencontres, l’assaut de souvenirs, l’appel des petites ruelles à découvrir ou encore la traque du fumet qui éveille les sens... Si Monsieur Uenohara peut nous paraître fainéant, tête en l’air ou même parfois un tantinet tire-au-flanc, il n’en est pas moins une personne comme nous tous, aimant parfois se promener pour se retrouver avec lui-même.

Quel plaisir de cheminer avec lui, même si parfois ses bavardages et ses remarques (néanmoins utiles dans certains cas pour les lecteurs occidentaux que nous sommes) viennent un peu perturber la quiétude, le silence ou le chant des oiseaux. N’avez-vous pas vous aussi frissonné en redécouvrant un jour à pied un quartier que vous arpentiez des années plus tôt ? N’avez-vous jamais pris un chemin plus long pour faire durer le plaisir d’une marche ? N’êtes-vous jamais descendu plus tôt d’un transport en commun pour faire la dernière station à pied et ainsi vous accorder une parenthèse personnelle avant d’aller à votre objectif ? N’avez-vous jamais remarqué telle ou telle chose qui vous a marqué(e) et qui est resté pour vous un souvenir représentatif d’un lieu ?

Tout cela, toutes ces petites choses, c’est effectivement du banal. Mais c’est aussi la vie avec un grand V. La vraie. Ainsi Le promeneur est une lecture apaisante, un répit qu’il faut savoir s’accorder et que Casterman nous propose. Une BD avec des petits airs de tirage de luxe tant les planches de Jirô Taniguchi sont merveilleuses, réalistes, pleines de détails, authentiques...
 

Par , le

Après la Montagne magique l’an dernier, Casterman choisi à nouveau le grand format cartonné pour le dernier livre de Taniguchi, tout en revenant au noir et blanc.

Il s’agit cette fois d’un recueil de huit petites histoires mettant en scène le même homme, un quadragénaire qui découvre des quartiers, des boutiques et des gens au gré de son quotidien. Tout cela, finalement, grâce au vol de son vélo, ce qui le force à se remettre à la marche.

Ces huit histoires ont d’abord été publiées dans le magazine japonais d’art de vivre « Tsuhan Seikatsu ». Le scénario est signé par Kusumi, à qui l’on doit déjà le Gourmet Solitaire. Il y a d’ailleurs beaucoup de similitudes avec ce livre. L’esprit de découverte du quotidien et son style contemplatif ne sont pas non plus sans rappeler L’homme qui marche, toujours de Taniguchi. Ces thèmes sont décidément très importants pour ce grand mangaka. Il sait parfaitement peindre la vie de ses congénères et les petites choses, au demeurant banales, qui la jalonnent.

L’auteur nous force à nous poser des questions simples sur l’existence et le monde qui nous entoure. Il invite aussi le lecteur à prendre le temps d’observer et d’apprécier la douce simplicité qui devrait guider nos pas.

Ce livre est reposant car fait de messages discrets mais bien réels. Il reste néanmoins très contemplatif, ce qui pourra rebuter des lecteurs. Fan de Taniguchi, je n’ai pas totalement accroché à cet album à cause de cela. J’ai aussi trouvé le graphisme moins saisissant que d’habitude. Le trait du mangaka est pourtant toujours aussi raffiné. Dès lors, je soupçonne que l’effet soit du à l’impression sur papier satiné qui paraît atténuer le relief des teintes de gris ; dommage.

Une balade au cœur des villes japonaises destinée avant tout à un public appréciant les marches méditatives.

Par , le