LE PORTRAIT #1 Première partie

voir la série LE PORTRAIT
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CARABAS

Genre :

Adaptation

Classique

Fantastique

Sortie :
ISBN : 2351000471

Résumé de l'album Première partie

Tchartkov, peintre russe de la fin du 19ème siècle, vivant à St Petersbourg dans le froid et la misère d’un appartement qu’il ne paie pas, dépense ses 20 derniers kopeks en achetant un tableau plutôt minable.
A peine posée sur le mur, il oublie l’œuvre jusqu’à ce que la lumière mette en avant ce portrait d’homme au regard direct et insistant. A cet instant, Tchartkov se sent regardé par le portrait peint comme s’il s’agissait d’un être réel !
Comment se pourrait-il ? 

L’étrange irréalité prend forme encore davantage durant son sommeil jusqu’à voir apparaître le sujet hors de son cadre et recevant de cet être fantastique aide et soutien, entouré de ses bras et recevant son or. Mais que se passe-t-il  ? 

Le lendemain du rêve, le propriétaire de l’appartement impayé vient récupérer son bien sous le regard du portrait.

Par Marie, le NC

Notre avis sur l'album Première partie

Depuis quelques temps, on adapte le cinéma en bande dessinée et le résultat est rarement convaincant. Au contraire de ces essais infructueux, la littérature en bande dessinée donne de belles oeuvres laissant souvent une large part de création même dans les adaptations les plus fidèles.
 
En ce qui concerne cette adaptation de l’œuvre de Gogol par Loïc Dauvilliers, mise en forme et en couleurs par François Ravard et Myriam, le texte choisi « Le Portrait » semble particulièrement respecté. La liberté de l’auteur réside dans la narration plutôt réduite, laissant une plus grande place au dessin et donnant tout son sens au génial moyen d’expression que peut représenter le découpage. Cet album en est un parfait exemple. Peu de dialogues, peu de références ou repères, peu de décors, des grandes cases, des dessins à l’apparence simple, une grande visibilité et beaucoup de fluidité.
La sophistication de l’album vient des couleurs et de l’originalité des matières utilisées. Un style rétro en demi-ton, des craies, des fusains, peu d’encrage, du pastel… 

Ce premier tome d’une série de deux est une totale réussite. L’intrigue, car il y a une intrigue, est posée : la richesse subite changera-t-elle le cours des choses dans la vie de l’artiste peintre doué mais voué à ne pas vivre de son art tant qu’il ne peindra pas de croûtes à la mode ?
Ce premier volume est un vrai plaisir avec une histoire captivante qui donne presque envie de découvrir la littérature russe. En ce qui me concerne, je patienterai pour lire la suite et fin du « Portrait » en bande dessinée, mes amours en matière de littérature russe étant déjà réservées à Dostoïevski notamment. 

J’ajoute que le livre en lui-même est un très bel objet au dos toilé, peut-être trop raffiné d’ailleurs mais pourquoi pas ?
Mêlant le réalisme et le fantastique, Gogol a su inspirer trois auteurs de bande dessinée qui lui rendent hommage avec virtuosité, véritablement subjugués pour ne pas dire hypnotisés par cet œil peint !
A découvrir...

Par , le

Les albums de la série LE PORTRAIT

Nos interviews liées

Entretien avec François Ravard et Aurélien Ducoudray

Sceneario.com : Aurélien, avant d’être scénariste de bande dessinée tu étais journaliste, est-ce que cela influence ta vision des choses quant à l’écriture de tes scénarii. Je pense notamment en disant cela à l’ancrage fort de tes récits dans l’actualité médiatique et politique, ainsi qu’à cette volonté que tu as de mettre en lumière certain aspect de notre société.
Aurélien Ducoudray : Forcément l'écriture de base journalistique laisse une trace dans la façon d'aborder les sujets (angle, traitement, déontologie) mais le fait de toucher à la fiction permet une grande liberté d'écriture... et donc une sorte d'habitude de recul par rapport à la façon dont on va écrire telle ou telle histoire... C'est un yoyo permanent entre les deux en fait ! Ce qui m'intéresse le plus aussi bien en tant que journaliste photoreporter ou scénariste, ce sont les gens [...]

Lire la suite ›

François RAVARD et H.R. VAUGHN

Interviewer:  Melville pour l'Equipe de Sceneario.com. Caméra et son Mathieu Langlois, mixage Aubert Bonneau. [...]

Lire la suite ›

Loïc Dauvillier, un auteur résolument militant

Sceneario.com : Bonjour Loïc. Loic Dauvillier : Salut Sceneario.com: Petite souris grosse bêtise vient de sortir aux éditions de la Gouttière. Comment est née Suzy ? Loic Dauvillier : Suzy est la continuité de mon travail en direction de la jeunesse. Comme pour mes récits adultes, pour écrire, j'observe ce qui se passe autour de moi. L’histoire, Petite souris, grosse bêtise, doit beaucoup à ma fille. Je la regardais un peu vivre sa vie, avec ses difficultés et ses bonheurs d'enfant. Le récit est venu de là. Sceneario.com : Suzy est une petite fille espiègle, charmante et pleine de vie, mais est-ce vraiment une petite fille de son époque ? Loic Dauvillier : Je pense que oui… simplement parce que c'est ma fille et j'espère qu'elle est dans son époque. Plus sérieusement, si tu entends par "de son époque", une enfant qui utilise l'ordinateur, qui joue à la DS et tout ce genre de choses, évidement non [...]

Lire la suite ›

Inès, par Loïc Dauvillier et Jérôme D'Aviau

Sceneario.com : Bonjour Loïc ! Vous vous étiez déjà présenté en quelques lignes, en 2007, à l’occasion d’une interview que vous aviez donnée pour ce même site, alors, histoire de ne pas vous faire redire des choses que l’on sait déjà, pourriez-vous plutôt nous parler du Loïc Dauvillier que vous êtes par rapport à celui que vous étiez à vos débuts d’auteur ?
Loïc Dauvillier : A lire votre question, j’ai la sensation d’être un vieux scénariste ! Pour ma part, j’ai l’impression de débuter... En qualité de personne, je ne pense pas être bien différent. Bien sûr, j’ai dû évoluer, mais je n’ai pas de recul pour faire une analyse et tirer des conclusions. D’un point de vue professionnel, j’ai eu la chance de pouvoir faire des livres [...]

Lire la suite ›

2007, l'année Dauvillier !

Sceneario.com : Bonjour Loïc, tes multiples métiers dans le milieu bédéphile font de toi quelqu’un de surprenant et de passionnant, alors pour ceux qui ne te connaissent pas encore, ( !) peux-tu te présenter ?
Loïc Dauvillier : Passionné par le livre et les techniques d’impression, je crée en 1996 les Editions Charrette. A travers cette structure, je développe avec les auteurs un terrain d’expérimentation et de plaisir. Les Editions Charrette placent l’auteur au centre de la création et je veille à répondre au mieux à leurs attentes.
Sous l’impulsion de Jean-Luc Loyer, je me lance dans l’aventure de l'écriture. En 2004, je travaille avec mon complice Marc Lizano sur le premier opus d’une série jeunesse. Reste à trouver un éditeur pour La Petite Famille, puisque publier mes ouvrages chez Charrette serait trop facile [...]

Lire la suite ›