Le petit théatre de Spirou

Dessinateur :


Scénaristes :




Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Adaptation

Humour

Jeunesse

Théâtre

Sortie :
ISBN : 9782800174884

Résumé de l'album Le petit théatre de Spirou

En 1942, Alors qu'il cherche une femme qui pourrait l'aider à cacher des enfants, pendant la guerre, Jean Doisy (alors rédacteur en chef de Spirou) rencontre le jeune André Moons, qui rêve d'animer des spectacles de marionnettes. Comme le magazine Spirou ne parait momentanément plus à cause de la pénurie de papier, Doisy se dit que ça pourrait être un bon moyen de garder vivante la flamme Spirou. Commence alors, à partir de Décembre, une série de spectacles du Théâtre du Farfadet, mettant en scène non seulement le célèbre groom, son écureuil Spip, ses camarades Tif et Tondu, mais pour la première fois un joyeux drille, quelque peu maladroit, appelé Fantasio...
Al Séverin, reprend donc l'idée, adapte "Spirou et la momie", "Le Discours de Fantasio", agrémenté de nombreuses illustrations et d'une rencontre entre Spirou, Tif et Tondu...

Par Fredgri, le 04/11/2018

Notre avis sur l'album Le petit théatre de Spirou

Dans le premier volume de "La Véritable histoire de Spirou", nous découvrions que le journal de Spirou avait du cesser de paraitre entre 1942 et 1944, pour cause de pénurie de papier. Mais que dans cette période, Jean Doisy chercha le moyen de perpétuer l'esprit maison auprès des ADS. Et parmi les solutions trouvées, il y eu le fameux théâtre de Farfadet qui présenta sur les routes belges de nombreuses représentations de petites pièces mettant en scène Spirou et ses amis, et donnant pour la première fois un visage à Fantasio !
Nous ayant déjà montré combien il admirait cette période, Al Séverin s'est donc penché sur ce théâtre en essayant d'en restituer l'ambiance légère et bon enfant !

Mais, contrairement à ce qu'on pourrait s'attendre, l'artiste n'a pas simplement adapté des pièces, il rend hommage plus globalement à ces séances qui regroupaient et fascinaient de nombreux fans, à chaque fois. On entre ainsi dans l'album par une succession d'illustrations ou l'on voit des gamins se rendre au théâtre, installé dans une ferme du coin, le sourire aux lèvres ! Puis Spirou lui même vient se présenter et introduire le spectacle qui va suivre, en compagnie de Spip qui sautille dans tout les sens !

Et la magie opère tout de suite. Grace au trait de Séverin d'une part, c'est vrai, cette façon de complètement transcender les ambiances avec un dessin extrêmement dynamique et joyeux, de nous emporter dans une explosion de grimaces, de rire... C'est simple, en deux secondes on se retrouve devant la scène à regarder vivre les personnages !
Fantasio est évidemment différent de sa version dessinée, mais aussi, visiblement de la marionnette de l'époque. Mais qu'importe, Séverin nous propose une version lunaire et maladroite, pleine de charme !

Alors oui, c'est vrai, il faut certainement être fan de cette histoire quelque peu désuète, de ces détails historiques, car le jeune lecteur, avide de récits plein d'action risque de ne pas s'y retrouver. Toutefois, je trouve que c'est une nouvelle fois un coup de maître de la part d'Al Séverin qui rend un hommage particulièrement moderne à ce détail historique longtemps perdu !

Avec l'album on peut même lire une version fac-similé du programme du farfadet, illustré bien sur par Séverin, mais comprenant les textes de Doisy, ainsi qu'une pièce, non adaptée: "Spirou et les fantômes !

Un vrai bijou que cet album que je vous conseille très vivement de lire !

Par , le

Nos interviews liées

Alec SEVERIN

Alban Jarry : Alec Séverin, vous êtes presque le seul auteur à connaître toutes les facettes des métiers de la bande dessinée : Scénariste, dessinateur, éditeur, imprimeur et relieur. Pourquoi une telle spécificité ? Comment vous est venue l’envie de réaliser intégralement la réalisation d’un album ?
Alec Séverin : Le concept DE L'UNIVERS D'HARRY m’oblige à pratiquer tous ces métiers ; IL est constitué de publications de toutes sortes ; les albums de BD édités intentionnellement sous diverses formes, des portfolios et autres ouvrages « d’archives » … Je dois même endosser la veste de critique sous le nom de Harold Raymond, afin de décortiquer « l’antique oeuvrette » … Il faut que tout ça soit crédible et semble sortir du passé …Je suis heureux de jouer tous ces petits rôles …

Alban Jarry : Pouvez-vous parler un peu plus de chaque étape ?
Alec Séverin : J’ai en tête, depuis bien longtemps, l’organisation de cet univers, et la fabrication de livres à l’ancienne m’a toujours amusé ; je reliais les planches de Rusty Riley (découpées dans des « Spirou » incomplets) en jolis albums, alors que je n’avais pas douze ans … Toutes les étapes se chevauchent et s’interpénètrent selon mes envies du moment [...]

Lire la suite ›