Le parfum des olives

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

6 PIEDS SOUS TERRE

Collection :

Monotrème

Genre :

Culturel

Noir et Blanc

Récit de voyage

Théâtre

Sortie :
ISBN : 9782352120599

Résumé de l'album Le parfum des olives


En 2001, Hugues a voyagé en Israël. Passionné de théâtre, il est parti rencontrer des artistes israéliens et palestiniens, curieux de découvrir des formes théâtrales différentes de celles qu’il connaissait. Au jour le jour, il nous fait part de ses rencontres, de ses observations, de ses découvertes. Notes de voyage...
 

Par Sylvestre, le 02/06/2010

Notre avis sur l'album Le parfum des olives


Les carnets de voyages avec un conflit en toile de fond forcent plus le respect que d’autres, si l’on peut dire. Alors choisir Israël pour y dénicher des passerelles que l’art aurait jeté entre Israéliens et Palestiniens pour les rassembler était un choix judicieux. Mais ce n’est pas exactement pour le frisson du contexte géopolitique et de la guerre, ce n’est pas non plus pour les risques qu’il aurait pris à nous rapporter son témoignage que Hugues a atterri à Tel-Aviv, en Israël. Non, lui, c’est l’univers du théâtre qui l’intéresse. Mais comme, par des personnes de sa famille, il était déjà plus ou moins sensibilisé à ce pays et s’en sentait proche, cette destination s’est imposée à lui plus naturellement qu’une autre.

Hugues ne dessine pas. Non. Hugues, son truc à lui, c’est vraiment le théâtre. Alors il n’a écrit que les textes de ce carnet de voyage, laissant les illustrations à un dessinateur, Edmond Baudoin, dont on apprend dès la toute première page (que dis-je !? dès la couverture de ce livre au papier épais !) qu’il est... son père !

Cette collaboration familiale "passe bien" : ça ressemble à du Baudoin !!! Les textes manuscrits du fils, jetés sur le papier avec leurs défauts comme s’ils avaient été écrits après une fatigante journée sous le soleil israélien, appellent les dessins du père, plus ou moins bruts selon qu’ils reproduisent un portrait photographié (se devant d’être ressemblant) ou d’autres sujets, partant alors plus volontiers dans des encrages larges et très noirs.

La toute première case a pour narrateur Edmond Baudoin et, à partir de la seconde, c’est Hugues qui prend le relai et se met à raconter son séjour. Mais à l’occasion, au coin d’un dessin ou d’un autre, des commentaires du dessinateur trouvent une petite place, comme des petits mots qu’aurait laissés Edmond à Hugues, ou comme des apartés que le dessinateur ferait en direction du lecteur. Ce genre d’intervention originale apporte un supplément d’imaginaire, voire d’humour... à un carnet de voyage à propos duquel il ne faudra toutefois pas se méprendre sur son contenu.

Il ne faudra en effet pas y chercher, avec les mécanismes du lecteur aimant lire des témoignages engagés de personnes revenant de tels pays, une équation [ pouvoir du théâtre / communautés israélienne et palestinienne ] telle que Hugues Baudoin serait revenu avec une bribe de solution en faveur de la Paix là-bas grâce au théâtre.

Il ne faudra pas non plus en attendre une véritable démarche de la part du narrateur visant à nous "convertir" à sa passion, même si l’on sent bien qu’il vibre à l’évocation de certaines choses ayant trait à l’art théâtral ou à l’expression corporelle. Pas plus qu’il n’argumente sur tel ou tel aspect du théâtre pour que du Parfum des olives ressorte autre chose qu’un sincère mais superficiel compte-rendu ou qu’une simple liste de rencontres. (A ce sujet, on observe en passant qu’à deux reprises, dans le livre, on nous promet des compléments en fin d’ouvrage... qui manifestement n’existent pas. Ces interviews de Marina Bacham et de Jacky Bachar sont par contre à lire sur le site de l'éditeur.)

C’est probablement dommage pour les gens qui justement s’imaginaient trouver ceci ou cela dans Le parfum des olives, mais allez... jamais Hugues Baudoin n’a écrit, reconnaissons-le, que c’était là son but... Son carnet de voyage reste donc intéressant et agréable pour ce qu’il est et pour quoi il doit être pris : une balade culturelle thématique, le souvenir partagé de quelques jours qui ont compté pour lui.
 

Par , le

Nos interviews liées

Le parfum des olives, par Hugues et Edmond Baudoin

Bonjour à vous deux ! Shalom !
Sceneario.com : Le voyage que vous nous racontez, Hugues, date de 2001, mais le livre est réalisé huit ans après, en 2009, et paraît en 2010. L’idée de tirer un ouvrage de votre séjour date-t-il de l’année de votre voyage ou bien est-elle venue après coup ?
Hugues Baudoin : J'ai fait ce voyage il y a huit ans. J'ai "bataillé" longtemps pour la recherche d'une production et faire qu'il y ait une suite à ce voyage, d'autres visites et un documentaire filmé. Je n'ai pas réussi. Avec mon père on s'est dit qu'un livre, ce pourrait être une sorte de documentaire aussi.
Sceneario.com : Comment avez-vous travaillé ensemble, avec votre père, sur ce livre ? Edmond a-t-il eu en mains vos écrits et décidé seul quoi illustrer ou bien avez-vous défini ce que vous vouliez voir apparaître en images ?
Hugues Baudoin : Trois ans après mon voyage, les crédits ne venant pas, l'idée d'un livre à pris beaucoup de place, mais mon père n'était pas disponible [...]

Lire la suite ›