LE MALVOULANT #2 Le puits

voir la série LE MALVOULANT
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Conquistador

Genre :

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782756005706

Résumé de l'album Le puits

Il se passe quelque chose d'anormal sur l'île de Noirmoutier : les poissons sont trouvés morts dans le bassin, des oiseaux deviennent fous et s'écrasent contre la maison, blessant la mère de Clément, et les baleines s'échouent sur la plage....
Clément comprend que cela n'est pas dû au hasard. D'autres forces sont en jeux. Il décide de partir sur le champ, malgré l'état dans lequel se trouve sa mère, chercher la seule personne qui puisse l'aider. Mais voilà, cette personne est en prison. Il va falloir trouver un moyen de le faire évader...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Le puits

Ce deuxième tome de la série Le Malvoulant confirme la bonne impression que m'avait fait l'opus précédent. Dès sa lecture, le récit m'avait fait forte impression et me laissait envisager du meilleur pour la suite. Ainsi donc, ce tome 2 est fort réussi.

Le scénariste des Chants des Stryges, de Nelson Lobster, de La loi des 12 tables, de Weëna ou encore du Régulateur, a su encore une fois nous concocter une intrigue qui se révèle riche en surprises et rebondissements. Il ne dévoile pratiquement rien mais nous donne plusieurs indices pour ces étranges évènements qui touchent l'ile, et de ce qui attend le jeune héros Clément. A  l'instar d'un Peter Straub ou d'un Stephen King, Corbeyran distille peu à peu le mystère et le fantastique dans ce récit. Et ce, pour mieux envoûter le lecteur, le prendre dans les filets de cette histoire.

Paul Marcel, l'illustrateur, se révèle fort talentueux sur cette série. Avec son coup de crayon et ses couleurs, il crée une ambiance, une atmosphère qui, lors de scènes clés, fait frissonner le lecteur. Certains passages m'évoquent certaines scènes du Moonflleet de Fritz Lang. D'autres scènes sont vraiment impressionnantes : les baleines échouées ou lorsque les mouettes s'écrasent contre la maison. La scène de l'évasion aussi est parmi une des plus réussies. Le choix des couleurs est assez judicieux.

Mais n'en disons pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de lecture et de découvrir ce qui se trame dans ces pages.
Le Malvoulant est donc une très bonne série fantastique qui saura séduire les amateurs et faire frissonner le lecteur, et dont on attend déjà le troisième tome avec impatience.

Par , le

Les albums de la série LE MALVOULANT

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›