Le magasin des suicides

Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

DELCOURT

Genre :

Adaptation

Humour Noir

Sortie :
ISBN : 9782756020006

Résumé de l'album Le magasin des suicides

Dans la famille Tuvache, on reprend avec fierté la boutique de pères en fils. Une boutique comme on en trouve peu. Car, ma brave dame, le savoir-faire maison, ici, c’est de vous fournir les meilleurs outils, les meilleurs solutions, pour vous aider à passer de vie à trépas. Et les patrons mettent un point d’honneur à vous servir au mieux, soignant jusqu’à l’accueil, qui doit être le plus froid possible.

Seulement, voilà, comment M. et Mme Tuvache vont-ils gérer l’arrivée de leur petit dernier. Le nourrisson, dès ses premières semaines, va s’obstiner à délivrer de grands sourires à tout le monde. De mémoire de Tuvache, on avait jamais vu cela ! Et ce n’est que le début des ennuis car le jeune Alan va devenir un modèle d’optimisme et de joie de vivre. Ah, mais qu’est-ce que les parents ont pu faire pour mériter une telle épreuve ?!?

Par Legoffe, le 07/09/2012

Notre avis sur l'album Le magasin des suicides

Le roman de Jean Teulé est au coeur de l’actualité ce mois-ci. Son adaptation en film d’animation est attendue dans les salles dès le 26 septembre. Quant à Delcourt, il publie cette semaine une adaptation du roman en bande dessinée. Je précise bien “roman” car il ne s’agit nullement d’une mise en page du film d’animation mais bien d’un travail totalement indépendant, réalisé par Olivier Ka et Domitille Collardey.

Le sujet, à lui seul, ne manquera pas de vous intriguer. On a indéniablement envie de découvrir cette histoire à l’humour noir, qui change de l’ordinaire. C’est d’autant plus vrai, ici, que les auteurs proposent une mise en scène varié, avec des choix étonnants. La BD est aussi l’occasion, pour eux, de traiter graphiquement ce contraste entre une famille morose et un jeune garçon plein d’entrain. Alan, ainsi, est toujours présenté en couleurs dans un univers totalement gris. Bien vu !

Loin d’être une ode au suicide, cette comédie grinçante est d’abord là pour vanter la vie. Elle le fait simplement à sa manière, provocatrice lorsqu’elle raconte par le menu les mille et unes façons d’en finir avec la vie. C’est, bien sûr, l’aspect le plus drôle de l’album qui, par ailleurs, manque hélas d’une véritable histoire à raconter. Les auteurs ne se seraient ils pas un peu perdus à “simplement” imaginer les manières les plus drôles de mourir ? N’aurait-il pas fallu, aussi, jouer sur l’histoire et travailler à surprendre le lecteur ? Cela aurait évité un scénario plat, qui ne parvient jamais à décoller et qui s’achève d’une façon naïve et guère inventive. Une déception de la part d’Olivier Ka, qui m’avait bouleversé avec Pourquoi j’ai tué Pierre.

Par , le