LE JANITOR #4 Les morsures du passé

voir la série LE JANITOR
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloristes :



Éditions :

DARGAUD

Genre :

Policier

Suspense

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782505009832

Résumé de l'album Les morsures du passé

 Rio de Janeiro. Brésil. Un vieil homme, un certain Morales, s'installe pour un massage dans un centre de repos et de remise en forme. Malheureusement, le masseur n'est pas celui qu'il attendait. De plus, celui-ci l'appelle Voktor Vartmann. Le vieil homme serait un ancien officier de la Waffen SS. L'ancien nazi trouve donc la mort à cet instant tandis que sa femme est assassinée sous les douches du complexe par une jeune femme.

Quelques jours après ces événements, à Rome, Vince rend visite à sa tante Antonella qui se trouve dans une clinique. Vincenzo croise un homme qui sort justement de la chambre de sa tante et qu'il ne connait pas...

 

Par Berthold, le 09/02/2011

Notre avis sur l'album Les morsures du passé

Je trouve que le Janitor est une excellente série qui nous présente un héros d'action dans des conditions et un univers inédits. De voir que Vince est un prêtre et qu'il travaille en fait pour le Vatican en tant qu'homme de main paraît tout de même un peu saugrenu mais se place comme un personnage à la hauteur d'un Largo Winch ou un Larry B.Max par exemple.

Yves Sente et François Boucq construisent un récit assez prenant où le suspense et l'action sont assez présents même si dans ce tome 4, le lecteur trouvera quelques textes et passages de bavardage qui sont nécessaires à la compréhension ainsi qu'au développement de l'intrigue. Il faut souligner que ce tome 4 est le début d'un nouveau cycle en deux parties. Le lecteur va donc découvrir le passé de Vicenzo ainsi que ses rapports avec son frère jumeau, et nous verrons aussi comment le prêtre va se retrouver mêlé à des histoires de criminels de guerre nazis qui se font assassiner par un vieil homme et sa petite fille.
Mais outre ces intrigues, les auteurs nous montrent aussi que l'homme du Vatican a des doutes : il a des visions étranges et semble être de plus en plus attiré par une femme.
Je suis sûr que le prochain tome risque fort de nous étonner.

Encore une fois, je suis subjugué par le talent de Boucq. Son dessin est magnifique. Il innove, invente un nouveau style à chaque série. Il est aussi à l'aise dans l'humour que dans le réalisme. Cette série ne serait pas pareille sans le trait de Boucq.

Les voies du seigneur sont impénétrables, nous dit-on. Mais la voie du Janitor est toute tracée : il roule vers le succès, j'en suis sûr, et risque de devenir un jour proche, un des incontournables du neuvième art.
Alors, ne manquez pas cette nouvelle aventure de Vince où son passé semble être lié à l'intrigue en cours.

Par , le

Un nouvel épisode efficace, qui place vraiment cette série dans les bonnes valeurs de la BD actuelle. La plongée dans les coulisses des services secrets du Vatican est dépaysante. De plus, l’intrigue s’étoffe encore un peu plus. Les auteurs dévoilent de nouveaux pans d’un scénario où les éléments s’imbriquent et révèlent des méandres inattendus. L’ombre des Nazis pèse sur le héros et nous attendons avec impatience le dernier album à venir de ce cycle très réussi.

Par , le

Les albums de la série LE JANITOR

Nos interviews liées

Rencontre avec François Boucq pour XIII mystery

Sceneario.com : Pourquoi le choix du Colonel Amos ?
François Boucq : Le scénario était bien, le personnage intéressant graphiquement et au niveau du contenu, psychologiquement. Il est complexe et manipulateur. Il est bourré d’ambigüités, il a une apparence très froide, c’est quelqu’un qui a eu une vie émotionnelle chaotique.
Il a une profondeur et une ambigüité sur différents plans. C’est un homme qui cherche à ourdir des complots et qui est lui-même perturbé par le complot de la vie.  
Sceneario.com : A-t-il été difficile pour vous de vous approprier le personnage ?
François Boucq : Non, c’est comme faire une histoire avec un acteur, il a sa physionomie, on prend le personnage avec ses codes vestimentaires, sa morphologie, sa psychologie, on le fait jouer [...]

Lire la suite ›