Le fils de la perdition

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782302031012

Résumé de l'album Le fils de la perdition

Les signes sont là, invisibles pour la majorité des gens. Partout sur la terre de gigantesques catastrophes dévastent des territoires entiers, tsunamis, tempêtes de sable et incendies font des ravages. Catastrophes naturelles, perturbations météorologiques, les journaux font leur une de ces manifestations climatiques. De rares individus semblent plus sensibles, plus réceptifs à ce qui pourrait être les signes avant-coureurs de l’Apocalypse.

Par Olivier, le 08/10/2013

Notre avis sur l'album Le fils de la perdition

Perkis, la trentaine, célibataire, est conducteur d'une rame de métro. Quelque peu neurasthénique et déprimé par son boulot, sa vie bascule totalement le jour où une jeune femme enceinte se jette sous sa motrice.
Bizarrement, le stress post traumatique prévu par la psy qui le suit aussitôt après le drame n’arrive pas. Il ne ressent aucune émotion alors que des questions se bousculent dans son esprit, pourquoi lui, pourquoi son train, pourquoi le destin l'aurait-il choisi ?
Alors qu'il entreprend des démarches pour connaitre la jeune suicidée et tenter de comprendre son geste, des hallucinations, des cauchemars commencent à faire irruption dans son esprit, noyés dans le flot d'informations catastrophiques déversées par les média.
Entre les prédicateurs de l'apocalypse qui annoncent l'Antéchrist et les discours du Pape et des Cardinaux qui interprètent ces calamités comme un signe du Seigneur invitant les fidèles à plus de foi et les apostats à revenir dans la lumière de Dieu, l'esprit de Perkis va effleurer la terrible réalité.
Mais l'homme ne peut faire face à cette terrifiante dimension, des visions d'horreur, de démons, qui s'emparent de Perkis comme des hommes de Dieu, est-ce une folie collective, une interprétation apocalyptique de phénomènes naturels et d'actes barbares des humains ou bien l'heure de l'Antéchrist est-elle vraiment toute proche?

Christophe Bec nous offre un vrai thriller, noir et fascinant. Il renouvelle le genre fin du monde galvaudé par les films à grands spectacles hollywoodiens qui ne tiennent que par les effets spéciaux, en basant son scénario sur les caractères de ses personnages, le côté humain prédomine sur fond de désastres.
Tout le scénario est sur le fil coupant du rasoir, entre l'illusoire monotonie du quotidien et les soubresauts démoniaques qui agitent la terre et plongent les humains dans une folie guerrière et destructrice.
La crise et la tension montent jusqu'au point de rupture, mais accepter l'existence du démon n'est-ce pas aussi accepter de dédouaner l'humanité de sa folie destructrice en délivrant l'homme de sa responsabilité?
Avec un dessin sombre, où les aplats de noir accentuent l'ambiance lourde, collante d'affliction, avec des planches où la lumière du jour ne semble plus pouvoir dissiper les ténèbres annoncées, Mutti colle au scénario. C'est un genre qui lui convient tout à fait et qu'il excelle à mettre en image. Ses ambiances de thriller et de polar noir américain qui placent le personnage au centre du récit fusionnent avec des images flippantes d'Apocalypse.

Un récit prenant ou aucune concession n'est faite au lecteur.

Par , le

Nos interviews liées

Christophe BEC réalisateur du court Métrage FRENCHBOY

Sceneario.com : Christophe, d'où vous est venue cette envie de vous lancer dans le cinéma ?
Christophe BEC: Ce n’était pas prémédité. Fabrice Lambot de Metaluna Productions m’a contacté il y a quelques temps, me demandant si j’avais envie d’écrire et réaliser mon propre long-métrage. Nous travaillons auparavant sur un projet de court-métrage Fantastique assez ambitieux « Les Tourbières Noires », pas encore financé, et avant toute chose j’avais besoin de me tester, savoir si cela me plaisait et si j’étais capable de tenir un plateau de Cinéma, d’où ce projet « Frenchboy » autoproduit.
Sceneario.com : Pour autant vous n'allez pas abandonner votre planche à dessin ou l'écriture de scenario pour la Bande Dessinée ?
Christophe BEC: Non, bien-sûr que non [...]

Lire la suite ›

Interview de Christophe BEC, dessinateur de Doppelgänger

Sceneario.com : Christophe, voici le 2° tome de Doppelgänger. C’est Eric Corbeyran qui en est le scénariste, d’après une idée originale de vous-même, pourquoi avoir fait travailler un autre scénariste et ne pas vous être gardé « l’exclusivité » de cette histoire?
Christophe BEC : Parce que je déteste la routine. J’ai démarré ma carrière en temps que dessinateur, ensuite je me suis plutôt orienté vers le scénario, puis auteur complet avec « Prométhée », alors pourquoi pas revenir aux origines et travailler sur le scénario d’un autre !… Et puis c’était une façon de refermer une boucle, Corbeyran était le premier scénariste avec qui j’avais travaillé, nous n’avions fait qu’un album à l’époque, j’avais un sentiment d’inachevé [...]

Lire la suite ›

Andréa MUTTI Pour Re-Mind chez Dargaud

Sceneario.com : Bonjour, Andrea. Apres avoir collaboré entre autres avec Saimbert, Malka ou Tackian, te voici avec une nouvelle série au coté du scénariste Alcante pour Re-Mind (chez Dargaud). Comment t’es tu retrouvé sur le projet ? Andréa Mutti : J'étais en contact avec Didier. Il cherchait un dessinateur pour sa nouvelle série. C'est Matteo Alemanno qui nous a présentés. Mon style lui plaisait et il a pensé qu'il conviendrait au projet. Quand j'ai lu ce projet, je l'ai trouvé vraiment intéressant, très moderne et avec de beaux personnages. Une belle idée avec une écriture fluide, très proche des séries TV les plus populaires. Bref, c'était vraiment cool !!... Sceneario.com : Re Mind est un thriller fantastique. Penses tu qu’une machine comme la Re Mind soit possible un jour ? Andréa Mutti :Un appareil aussi [...]

Lire la suite ›

Diamonds, le Casse 1.

Sceneario.com : Diamond est le tome 1 d’une nouvelle collection, Le Casse, dirigée par David Chauvel. Comment t’es tu retrouvé sur ce projet ?
Christophe Bec : C’est David Chauvel qui m’a fait la proposition, je ne sais pas exactement pourquoi il a pensé à moi, il faudrait le lui demander, mais j’imagine que ce doit être parce qu’il ne me trouve pas trop mauvais scénariste… Pour ma part, j’ai été flatté de cette proposition, même si je n’ai pas dit oui tout de suite. Les « casses de banque » ne faisaient pas vraiment partie de ma culture littéraire ou cinématographique, je lui ai demandé un délai de réflexion, voir si je pouvais trouver une idée suffisamment forte et qui s’inscrive bien dans le concept de la collection. Sceneario.com : Il s’agit donc d’un travail de commande ? Ou alors avais tu un scénario qui s’est trouvé correspondre à cette collection ?
Christophe Bec : Ah non, je ne lui ai pas refourgué du réchauffé [...]

Lire la suite ›

Christophe BEC grosse actu en 2008, mais très grosse actu en 2009...

Sceneario.com : Cette année 2008 a été un peu chargée du coté de ton actu. Ton arrivée chez Soleil, la collection Hanté qui a été lancé, tes sorties avec Bunker tome 2 (Dupuis), Deus tome 1, Pandemonium tome 2, puis de Prométhée tome 1 et de la suite du temps des Loups (le tout chez Soleil). Comment gères tu la collection Hanté avec ton travail de scénariste et aussi de dessinateur, puisque tu es revenu au dessin sur Prométhée ?   Christophe BEC : Chargée ? pas tant que cela, si l’on regarde bien, je travaille en tant que co-scénariste avec Stéphane Betbeder sur deux séries : Bunker et Deus, ce qui allège ma part de travail au moins de moitié, ensuite j’ai réalisé 4 albums en tant que scénariste : Pandémonium et Le Temps des Loups tomes 2, Fontainebleau, un one-shot pour la collection Hanté, mais également Sarah tome 1 que tu as oublié, une série très importante pour moi puisque j’y retrouve mon compère Stefano Raffaele et qui a été remarquablement accueillie par les lecteurs, avec un succès assez inattendu, 15 000 exemplaires vendus du tome 1 [...]

Lire la suite ›

Christophe Bec pour Sarah tome 1 chez Dupuis

Sceneario.com: Comment as tu eu cette idée de scénario?
Christophe BEC:
Alors c’est assez spécial, c’est en voyant une photographie dans un magazine - Paris Match, je crois - où l’on voyait une photo terrible d’un adolescent chinois attaché par une chaîne dans une cave depuis des années, il avait fait sa croissance autour des chaînes qui l’entravaient. Visiblement, il était fou et dangereux, et c’est le seul moyen qu’avaient trouvé ses parents pour éviter ses crises de démences, qu’il s’en prenne à des gens. Sur les parois de la cave, il avait écrit partout le mot « Liberté ».
Lors d’une déjeuner avec mon confrère et ami Stéphane Betbeder, je lui ai parlé de cette photographie qui m’avait profondément marqué. On s’était dit à ce moment-là que ça pourrait être une chouette idée de départ pour un film ou une BD d’horreur [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›

Nicolas Tackian et Andréa Mutti

Sceneario.com : Comment est né le projet Syndrôme de Caïn et la Collection Terres Secrètes?
Nicolas Tackian : En fait l'idée était de proposer à Soleil une collection qu'ils n'avaient pas encore, une collection qui aborderait les thèmes fantastiques ésotérique, mais en ayant une réflexion afin de ne pas faire ce qui existait déjà, car de nombreux éditeurs le font déjà et le font très bien, et ça marche très bien. Comme c'est un secteur qui marche, avec beaucoup d'histoires à raconter, beaucoup de choses à dire et que les lecteurs sont intéressés et aiment bien, avec un vivier de lecteurs aussi gros que celui de l'Héroïc Fantasy qui est le domaine traditionnel de Soleil, je voulais donc essayer de mettre en place une collection, avec à la fois des séries classiques en X tomes, 4 tomes, 6 tomes, dont le Syndrôme de Caïn est un exemple, et une série de oneshots permettant ainsi aux lecteurs d'avoir des histoires longues et des histoires courtes [...]

Lire la suite ›

Interview de BEC à l'occasion de la sortie de BUNKER...

SCENEARIO : Bonjour Christophe Bec. Tu as une actualité chargée en cette année 2006, et plus particulièrement en ce mois de Septembre. Commençons par parler de ta nouvelle série BUNKER qui paraît le 4 octobre chez Dupuis. Peux tu nous conter la genèse de ce récit?
BEC :
Bunker est un projet que j’ai en chantier depuis pas mal de temps, je crois que la première version a été écrite en 2003. Au départ, c’était juste un concept assez simple : une haute montagne, une frontière, des hélicoptères, un bunker et un dieu invisible et destructeur. Stéphane Betbeder m’a aidé à développer l’univers, à l’enrichir et à essayer de bâtir une histoire dense, ambitieuse et solide à partir de ce point de départ basique.
Puis on est allé faire des repérages sur la Ligne Maginot, pour s’immerger dans l’atmosphère des bunkers et ressentir les choses : l’humidité, l’enfermement, les odeurs de métal [...]

Lire la suite ›

Andrea MUTTI: quand un italien débarque chez les français...

Sceneario : Bonjour Andréa, peux tu te présenter en quelques mots?
Andréa Mutti : Bonjour à tous et merci pour votre accueil sur votre site. Bon, j’ai 30 ans, je suis marié et j’ai un petit garçon. J’habite à Brescia (Italie). Je suis géomètre de formation et j’ai étudié à l’école Ruben Sosa les comics, les illustrations et l’art pendant 3 ans, j’avais à l’époque 16-19 ans !. J’ai commencé aussitôt mes premières publications en petit strip dans un journal appelé Periferia, c’était en 1991.
Après j’ai collaboré avec les éditions Xénian pour une série de super héros du nom de DNAction (1992). J’ai dessiné 2 histoires d’horreur pour Demon-Story pour l’éditeur Fenix et pour le même éditeur une série de SF-Polar appelé Hell’s Patrol. (J’ai écrit deux histoires).
Le grand saut a été avec Star Comics éditions, où j’ai écrit Hammer deux histoires de SF et aussi Lazarus Ledd deux histoires de SF-Polar.
Après cette super expérience j’ai commencé une longue collaboration avec Bonelli éditions avec SF Nathan Never [...]

Lire la suite ›