LE DROIT CHEMIN #2 La nuit de la goule

voir la série LE DROIT CHEMIN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Aventure

Sortie :
ISBN : 9782756024981

Résumé de l'album La nuit de la goule


Pour avoir fait une escapade un tant soit peu retentissante dans le château voisin appartenant au Comte Drumont, les quatre pensionnaires d'un lycée agricole que sont Marcel, Jules, Félix et Camille, sont incités par leur surveillant, la goule, à renouveler leur exploit. En effet, ce dernier, qui couvre sous une certaine menace les jeunes transgresseurs, souhaite qu'ils retrouvent un coffret appartenant à la comtesse dans lequel un objet qui lui est personnel est enfermé. Toutefois, alors que les deux frères Félix et Camille doivent quitter pour raison familiale l'institution, Marcel décide de refuser et d'en faire part au mutilé de guerre. Quel est cet objet énigmatique que veut recouvrer ce dernier ? Et pourquoi a-t-il été peint nu par Jeanne, la fille du Comte ? Marcel va le découvrir lors de son escapade nocturne avec la jeune fille.


 

Par Phibes, le 29/10/2011

Notre avis sur l'album La nuit de la goule


Le sympathique quatuor créé par Wilfrid Lupano et Tanco revient quelques 5 mois après leur apparition dans l'épisode précédent Les enfants terribles, et par la même, vient finaliser ses exactions d'adolescents insouciants de l'entre-deux guerres.


Si le premier tome faisait planer dans des ambiances juvéniles un certain secret tournant autour de l'intrigant surveillant mutilé surnommé la Goule, cet épisode qui clôt la série vient en dévoiler la teneur, une teneur dramatique un soupçon romancée mais tellement convaincante. Par ce biais, alors que Wilfrid Lupano, en tant que scénariste averti (Alim le Tanneur, L'homme qui n'aimait pas les armes à feu…), a bien calé son histoire dans le temps et dans les lieux (la France profonde d'entre les deux guerres) et a subtilement travaillé les caractères de ses personnages (hormis les quatre orphelins partageant le goût de la transgression, Jeanne, la suffragette en herbe, Violette Morris, la sportive massive délurée…) au point de les rendre attachants et probants dans leurs actions. La goule est évidemment celui qui, malgré son apparence et ses menaces, suscitera la surprise et l'émotion, et nous entraînera vers une finalité imparable. A ce titre, même si ce tome clôt l'équipée, il a l'avantage d'ouvrir adroitement de nouvelles opportunités.


Tanco qui est un fidèle au scénariste pour avoir travaillé sur L'ivresse des fantômes a, en cet album, délié son trait de façon à produire des plans plus larges, plus aérés. Son graphisme reste des plus agréables, colorisé avec soin dans une tonalité moins sombre que précédemment. Si ses décors sont superbement travaillés, ses personnages reflètent une expressivité qui jongle entre maturité et fougue juvénile, dans des accents attendrissants bien appuyés.


Une très bonne clôture d'une histoire complète, émotionnellement prenante, qui a la particularité d'appeler de nouvelles aventures qui devraient se traduire, selon l'éditeur, par la réalisation de one-shots. Un autre chemin à suivre donc !


 

Par , le

Les albums de la série LE DROIT CHEMIN

Nos interviews liées

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›