LE DERNIER TROYEN #6 Rome

voir la série LE DERNIER TROYEN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Collection :

Solaires

Genre :

Aventure

Science Fiction

Space Opera

Sortie :
ISBN : 9782302002906

Résumé de l'album Rome

Après être revenu des enfers, Enée, le héros de la guerre de Troie, atteint enfin avec son peuple la planète promise par les dieux olympiens, Rome. Ces derniers ayant décidé de ne plus intercéder en faveur des mortels, les émigrés amorcent leur nouvelle vie sur une planète luxuriante, retournée grâce à la volonté divine à l'ère préhistorique. Mais leur installation n'est pas au goût des latins dont un petit nombre a résisté à la transformation radicale de leur monde et tentent, coûte que coûte, de décourager les nouveaux arrivants. Face à cette menace, Andromaque, la femme d'Enée, est celle qui, sous influence de la déesse Diane, va tenter l'impossible contact et découvrir le terrible secret de la nouvelle Rome.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Rome

Inspirée du septième chant de l'Enéide réalisé par le poète romain Virgile, Valérie Mangin poursuit, à sa sauce galactique, les voyages du prince Enée en quête d'un monde d'adoption. L'arrivée d'Enée dans le Latium (région du centre de l'Italie) se voit donc transmutée en un atterrissage sur une planète bouleversée par un cataclysme qui l'a faite retomber au temps des dinosaures.

Mêlant toujours aussi habilement péripéties ancestrales et évènements futuristes, Valérie Mangin, qui est à l'honneur en ce mois de novembre avec la sortie du présent album et du dernier opus de "KGB", conte par la voix d'un Virgile du futur la naissance de la cité mythique romaine. Faisant intervenir dieux et mortels dans un même continuum, elle nous fait vivre l'installation des colons troyens menée par Enée sur un monde qui détient un secret qui ne demande qu'à être délivré. Graduellement, ce dernier monte à la surface de la planète pour nous éclater en pleine figure dans toute son horreur au ¾ du récit sous la forme d'une terrible révélation. Menée superbement, l'intrigue qui se démarque du poème de la mythologie romaine, en impose par la présence forte des dieux qui semblent se focaliser sur Enée et la survie de sa peuplade tels des juges galactiques.

Il va de soi que les surprises qui ont été semées tout au long du récit sont bien à propos et soulèveront indubitablement des questions telles l'intervention intrigante de la déesse Diane sur sa protégée Andromaque, la découverte de la cité détruite, la déférence des latins face aux dinosaures…

Thierry Démarez est également à l'aise dans son sujet et réalise des graphiques… divins. Ses personnages sont forts, charismatiques et empreints d'une émotion bien perceptible. De même, les décors font l'objet d'un travail minutieux pour caler au mieux avec une réalité qui n'en est pas une. Les dieux dégagent une puissance froide excellente avec leur corps de statue et leurs yeux sans iris.

Par tous les dieux d'Olympe, quel plaisir que de marcher au côté du dernier troyen ! Exit les combats spatiaux, Enée a les pieds sur terre et compte les maintenir sur son nouvel havre que je vous propose de visiter. Vous verrez, c'est inquiétant mais tellement divin !

Par , le

Les albums de la série LE DERNIER TROYEN

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›

Thierry Demarez pour la Geste des Chevaliers Dragons 7

Sceneario.com: Bonjour, Thierry Démarez. Pouvez vous vous présenter ainsi que votre parcours avant d’arriver à faire de la BD   ?
Thierry Demarez:
Bonjour , mon parcours est assez sinueux mais s' appuie autour d' un tronc commun qui est le graphisme . après un bac Arts Plastiques , je suis parti aux Beaux Arts que j' ai quittés au bout d' une année pour me lancer vers quelque chose de plus " concret " , la maquette volume ( en architecture et prototypes) . puis , j' ai eu mes premiers contacts avec le milieu de l' édition en étant coloriste ; au bout de 2 ans , je me suis lancé dans le décor forain , ma première approche dans le monde de la "fresque" , du très grand format . Puis , j' ai intégré un centre de formation de peintre en décor où je suis devenu plus tard , assitant formateur pendant 2 ans ; l' Opéra Bastille m' a alors ouvert ses portes , toujours pour les décors et enfin , j' ai enchainé avec un Cdi à la Comédie Française en tant que chef d' atelier et je travaille parallèlement mes albums avec cette activité à plein temps [...]

Lire la suite ›

Valérie Mangin scénariste

Sceneario.com: Qui est Valérie Mangin?
Valérie MANGIN:
« Elle » ? Il faut que je parle de moi à la troisième personne comme César ou Delon ? Allons-y : C’est une femme avec une personnalité multiple. Le jour, Valérie est une sympathique directrice de collections, historienne de formation, qui aide des auteurs de BD à accoucher de leurs histoires. Mais la nuit, elle devient « Mangin » une scénariste farfelue qui invente des tragédies cosmiques et des récits fantastiques gores.

Sceneario.com: Vous sortez donc ce mois ci chez Quadrant Solaire votre nouvelle série KGB, quel effet ça fait? Des peurs? Des envies? Oui, tout cela à la fois.
Valérie MANGIN:
J’oscille entre la grande joie de voir enfin le résultat de deux ans de travail acharné et la peur d’être moi-même déçue par mon album que j’ai à chaque livre [...]

Lire la suite ›