Le dernier jour d'un condamné

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Ex-Libris

Genre :

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 2756005339

Résumé de l'album Le dernier jour d'un condamné

Le compte à rebours macabre d’une vie en sursis a commencé. Un pauvre hère est condamné à mort et son exécution se profile à l’horizon.
Dans son cachot où la faucheuse étend son aura, le détenu ressasse les derniers évènements marquants de sa condamnation. Sombrant peu à peu dans une sorte de paranoïa, il se questionne sur bon nombre de sujets ayant trait à sa détention, sa famille, ses appréhensions face à la sanction radicale qui l’attend, son environnement restreint.
Puis vient son transfert pour la Conciergerie, place de la Grève où aura lieu son exécution. Là, il rencontre un autre détenu qui le dépouille de sa redingote.
Les dernières heures s'égrainent au rythme de nouveaux cauchemars. La visite de sa fille n'arrange rien et c'est la tête baissée qu'il part "épouser la veuve".

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Le dernier jour d'un condamné

La collection Ex-libris de chez Delcourt s'est spécialisée dans l'adaptation d'œuvres littéraires reconnues en bandes dessinées. Cette collection dirigée par Jean David Morvan a l'avantage de regrouper tout un panel de jeunes auteurs aux styles totalement différents de façon à rendre celle-ci très hétéroclite. Sont déjà sortis sous ce couvert "Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas", "Robinson Crusoé de Daniel Defoe", "Oliver Twist de Charles Dickens", "Frankenstein, de Mary Shelley" et "les Aventures de Tom Sawyer, de Mark Twain".

Stanislas Gros, jeune dessinateur de 32 ans, se lance dans la bande dessinée grâce à cet album très largement inspiré du roman de Victor Hugo paru en 1829 représentant un véritable plaidoyer pour l'abolition de la peine de mort. Il produit un dessin atypique au trait grossier, légèrement naïf et d'une noirceur qui convient parfaitement au contexte du récit.

On sent à la lecture et au visionnage des planches parsemées de textes que l'auteur s'est accaparé l'histoire de façon à la restituer brutalement en jouant sur les passages colorisés et en noir et blanc. Les scènes de cauchemars sont envoûtantes et reflètent absolument la détresse du condamné. Celle-ci est grassement alimentée par le noir, couleur dominante symbolisant la peur, le désespoir, la mort.

La représentation du condamné interpelle. En effet, son apparence graphique en fait un homme « ressemblant à monsieur tout le monde » contrarié par une sentence inique, contrastant avec l’aspect hideux des autres détenus. Les expressions picturales traduisent à la perfection la souffrance physique et morale dans laquelle baigne le détenu entretenue par la menace omniprésente du spectre de la mort.

Sans nul doute, le dernier jour du condamné reste une réflexion d’actualité dont l’adaptation talentueuse de Stanislas Gros marquera plus d’un lecteur.

Par , le

Nos interviews liées

Stanislas Gros pour Le dernier jour d'un condamné (Delcourt)

Sceneario.com : Bonjour Stanislas. C’est ton premier album. Peux tu te présenter auprès de nos lecteurs afin qu’ils te connaissent mieux ?

Stanislas Gros : Je vis à Orléans et j’ai 33 ans. J’ai fait deux années aux Beaux Arts avant de m’apercevoir que ça ne me plaisait pas vraiment. Je suis alors parti et j’ai fait pas mal de boulots différents, du phoning par exemple. C’était toujours des choses qui n’avaient rien à voir avec la BD. Un jour, j’ai eu envie de mettre mes dessins sur le Web. Et c’est ainsi que Jean David Morvan (1) est tombé dessus et qu’il m’a contacté.

Sceneario.com : Ca doit faire une sacrée surprise non ?

Stanislas Gros : Ah ça oui, j’ai été un peu surpris, et aussi très content [...]

Lire la suite ›