LE DERNIER ATLAS #1 Volume 1

voir la série LE DERNIER ATLAS
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Aventure

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782800171166

Résumé de l'album Volume 1

Depuis quelques temps, d'étranges phénomènes se produisent, une multitude d'oiseaux se laisse mourir, au parc de Tassili, en Algérie, et non loin de là, des insectes mutants se développent, porteurs de symboles qui se répètent. La communauté scientifique s'interroge, tandis que les ornithologues se mobilisent sur place.
Pendant ce temps là, Ismaël Tayeb, lieutenant dans un gang criminel, en voyage en Algérie, se pose des questions lui aussi, il sent que quelque chose se prépare, qu'il va falloir se défendre. Lorsque son patron lui demande de trouver une pile nucléaire, Ismaêl se dit qu'il est temps de remettre en marche le dernier Atlas, un de ces immenses robots français qui géraient des constructions titanesques jusqu'au milieu des années 70, mais qui ont tous été démantelés depuis… à l'exception du George Sand…

Par Fredgri, le 05/04/2019

Notre avis sur l'album Volume 1

Il aura fallu huit ans aux auteurs pour organiser et réaliser ce premier volume sur trois ! Une uchronie d'un peu plus de 200 pages, découpée en 10 épisodes. Tel un passionnant feuilleton, on dévore cette histoire qui commence comme un banal récit de gang qui trafique des machines à sous pour progressivement devenir un vrai thriller SF extrêmement bien dosé et bourré de bonnes idées !

Distribué à la presse sous forme de fascicules de 20 pages, en N&B, l'été dernier, nous découvrions un univers relativement classique qui se révélait petit à petit. Et c'est ce qu'il y a de plus fascinant dans cette nouvelle série, l'habileté des auteurs à mélanger plusieurs atmosphères, à brouiller les pistes, à ménager leurs effets !
Ainsi, le dernier Atlas nous entraîne dans un univers ou jadis d'énormes robots géants ont permis de reconstruire l'Algérie, adulées par la foule. Il y a tout un contexte qui se met en place, avec un passé très marqué, tandis que nous sont expliquées certaines références qui nous permettent de mieux nous immerger dans l'histoire.

Vehlmann et De Bonneval livrent un premier volume très adroitement mené, avec beaucoup d'efficacité et des personnages multiples très bien caractérisés. C'est prenant et je dois bien avouer qu'on n'en perd pas une miette une fois la première page tournée !

On revient ainsi à une tradition de récits de caractère, avec des protagonistes qui s'affirment de plus en plus et une intrigue qui amène pas mal de questions !

Graphiquement, Tanquerelle fait vraiment du très bon boulot. Sa narration est très fluide et expressive, et même si l'on n'est concrètement pas dans un récit d'action, c'est tout de même très rythmé !

Un premier volume qui donne très envie de lire la suite avec pas mal de questions en suspens !

Vraiment très conseillé !

Par , le

Les albums de la série LE DERNIER ATLAS

Nos interviews liées

Fabien Vehlmann, scénariste de bandes dessinées

A l'occasion de la récente sortie du quatrième tome de la série Seuls (avec Gazzotti au dessin), quelques questions centrées sur son métier de scénariste de bande dessinée ont été posées à Fabien Vehlmann.

Sceneario.com : Parle nous de la conception d'un de tes albums : comment trouves-tu ta documentation, est-ce que tu envoies les pages une à une à ton dessinateur ou bien en une fois ?...
Fabien Vehlmann : La doc, je la trouve progressivement, au gré de mes lectures, de mes découvertes sur internet, etc... Et quand je pense tenir une idée, je précise mes recherches sur un sujet plus précis, souvent en allant en bibliothèque pour affiner tel ou tel point. Parallèlement, je discute beaucoup de l'histoire avec le dessinateur, pour être certain que le récit lui plaira, qu'il aura du plaisir à le dessiner : ça peut d'ailleurs orienter mes recherches de documentation [...]

Lire la suite ›

Interview de Hervé Tanquerelle

Sceneario : Peux-tu nous raconter ton parcours et celui de ton scénariste, qui est aussi ton beau-père ? Comment êtes-vous venu à la BD ?

Hervé Tanquerelle : Pour moi cela s'est mis en place dès l'enfance, il y a toujours eu des Bandes Dessinées chez moi. Le dessin était très présent dans ma famille et ma mère avaient eu des envies artistiques inassouvies que j'ai finalement peut-être concrétisées. Après avoir étudié 3 ans à l'école d'arts graphiques Emile Cohl de Lyon, je suis ensuite revenu sur mes terres d'origine à Nantes.
Pour Yann c'est tout nouveau. Il s'est découvert une sensibilité artistique sur le tard mais a toujours été un créatif à sa façon. Et il a toujours été lecteur de BD.


Sceneario : Quelles ont été vos motivations ? Elles ont sans doute été différentes pour chacun de vous ?

Hervé Tanquerelle : 
Il y a d'abord une volonté commune de raconter une histoire vraie, celle d'une poignée de gens qui ont refusé la société qu'on leur destinait et ont fondé une communauté pour vivre en autosuffisance et en autogestion [...]

Lire la suite ›