LE DECALOGUE #7 Les Conjurés

voir la série LE DECALOGUE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Sortie :
ISBN : 2723435008

Résumé de l'album Les Conjurés

Automne 1822, dans les rues de Paris. De sa voiture, Hortense Fleury assiste à l’exécution de 4 jeune Carbonari, membres d’un confrérie secrète dont le but est de renverser les Bourbons. Ce faisant, elle vient en aide à un jeune officier blessé qui semble recherché par la police.
Elle le mène à son domicile où son mari et elle ne tarde pas à apprendre qu’il est lui-même membre de la Charbonnerie.
Partageant les mêmes idées, elle lui propose d’imprimer Nahik, afin de pouvoir financer l’achat d’armes et de munitions.

Par Patatrak, le NC

Notre avis sur l'album Les Conjurés

J’ai aimé ce tome mais sans plus.
Il n’y a rien de mauvais dedans, loin sans faut, mais il manque à mon goût de souffle, d’élan épique. un peu comme Marie avec le tome 3, c’est celui-là qui pour l’instant m’a le moins marqué.
Peut-être est-ce Nahik ? Encore plus que dans les autres, le livre maudit n’est là qu’en filigrane et pourtant acteur majeur. En fait, je pense que j’ai moins apprécié ce 7e opus parce que les protagonistes ne s’intéressent pas à Nahik lui-même, pas à ses origines mystérieuses. Dans les tomes précédents, c’est le bouleversement de toute une religion qui est en toile de fond. Là, je n’ai pas retrouvé cette pointe religieuse.
Ceci dit, ce que je goûte toujours autant, c’est qu’à chaque tome correspond un des commandements de Mahomet, et que systématiquement un des protagonistes l’enfreint sans qu’on le voit venir pour autant. C’est très bien joué.
Quand au dessin, Gillon a fait un joli travail, reconstituant un Paris d’époque romantique tout à fait réaliste. Les costumes, le mobilier… tout y est ! Comme les couleurs sont elles-mêmes très réussies, tout cela donne un tome agréable à lire, à défaut d’être réellement passionnant.

Par , le

Les albums de la série LE DECALOGUE

Nos interviews liées

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›