LE CLUB DES PRÉDATEURS #1 The Bogeyman

voir la série LE CLUB DES PRÉDATEURS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Drame

Historique

Horreur

Sortie :
ISBN : 9782203088092

Résumé de l'album The Bogeyman

Dans le Londres du XIXe siècle, tout le monde n’a pas droit à la même chance. Liz est née dans une grande famille, où l’argent ne manque pas. Elle fait partie d’un pan de la société qui exploite le peuple, qui tire partie du travail des enfants dans les usines.
Jack, lui, est tout l’inverse. Un ado des rues, un peu ramoneur, un peu voleur.

Mais Liz et Jack vont se rencontrer par hasard. Il va lui parler du Bogeyman, sorte de croquemitaine qui terrorise les enfants des quartiers pauvres et qui aurait tué son père. Pour les riches, c’est une légende. Mais le garçon va tenter de démontrer le contraire à la jeune fille. Ses révélations vont bouleverser Liz et plonger ces enfants dans l’horreur et la terreur…

Par Legoffe, le 14/02/2016

Notre avis sur l'album The Bogeyman

Valérie Mangin nous propose une histoire particulièrement sombre, qu’elle va décliner en seulement deux tomes. Avec elle nous remontons le temps et les rues grises de Londres en pleine révolution industrielle dont nous découvrons les deux faces opposées : celle des riches et celle des pauvres. Deux mondes, deux visions d’une société qui cohabitent et qui sont auto dépendantes.

Jusqu’aux dix dernières pages, cette bande dessinée s’apparente à une chronique sociale. Nous côtoyons ces deux univers à travers les pas de Liz et de Jack. L’ombre du Bogeyman plane, mais uniquement à travers les propos des enfants des rues. Les seuls prédateurs que nous voyons régulièrement sont les bourgeois qui s’enrichissent sans le moindre scrupule sur le dos des ouvriers, donnant de temps à autre l’aumône pour garder bonne conscience.
Nous pouvons ainsi comprendre le mécanisme de la société de l’époque, où la dureté et l’injustice étaient particulièrement prégnantes.

Le récit bascule réellement dans l’horreur à partir de la 52e page. Nous assistons alors, crescendo, à une véritable descente aux enfers et il faut avoir un moment le coeur bien accroché pour admettre les images et le propos.
Avec la légende du Bogeyman, Valérie Mangin pousse ainsi loin l’analogie entre l’exploitation des classes et l’appétit dévorante du croquemitaine. L’approche est bien trouvée, même si, au final, certains lecteurs devraient rapidement trouver d’où vient réellement le danger.
Pour ma part, j’ai lu le livre avec intérêt. Tout est raconté pour que nous ayons envie d’avancer et connaître le fin mot de l’histoire. Le scénario souffre pourtant de quelques longueurs. Il faut, en effet, du temps avant d’entrer réellement dans le vif du sujet. On se réveille donc de façon très brusque à quelques pages de la fin du premier tome. De quoi attiser de nouveau notre curiosité, savoir comment tout cela va s’achever ; connaître le destin des enfants. A moins que nous ne soyons poussés par une curiosité malsaine ? Entre les deux explications, mon (haut le) coeur balance. Le malaise est, en tout cas, bien là.

Tant de propos ténébreux trouvent dans le dessin de Steven Dupré et les couleurs de Roberto Burgazzoli des illustrations parfaites de froideur et d’effroi. La misère et la noirceur sont mis en images avec talent et réalisme. Les pages sont sombres, mais portées par un grand souci du détail. Le cauchemar n’en est que plus cinglant.

Récit historique autant que thriller horrifique, « Le Club des Prédateurs » ne laisse pas le lecteur indemne. Dommage que les auteurs mettent autant de temps à vraiment trouver leur rythme. Avant de juger réellement de la qualité de l’histoire, il faudra ainsi attendre de voir où ils veulent nous amener. Ou plutôt où ils veulent emmener nos jeunes protagonistes car aucun d’entre-nous n’aimerait avoir à suivre leur chemin parsemé de terreur.

Par , le

Les albums de la série LE CLUB DES PRÉDATEURS

Nos interviews liées

Moi, Jeanne d'Arc

Sceneario.com : Vous affichez une vision de la Pucelle fort éloignée de la guimauve patriotique habituelle, est-ce par provocation?
Valérie Mangin : Au départ, non. Mais c’est vrai que l’album est vécu comme une provocation par certains lecteurs. Traditionnellement,  Jeanne d’Arc est une sainte. C’est la Pucelle comme vous le dites dans votre question, alors la montrer « à poil », ça ne se fait pas… même en 2012 !
Pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lui manquer de respect. Au contraire, je lui ai rendu son humanité. Pour moi,
Jeanne d’Arc est d’abord une vraie femme avec un corps, des émotions et des pulsions sexuelles. Ensuite c’est une femme qui a soif de liberté et d’accomplissement. Elle ne devient pas sorcière puis chef de guerre parce que Dieu ou le Cornu le lui ordonnent mais par choix personnel, pour vivre pleinement sa vie [...]

Lire la suite ›

Alexandre Astier et Steven Dupré

Sceneario : bonjour,
bon ça va être dur d'être original et je suppose qu'on vous a posé un certain nombre de fois les mêmes questions !
Astier :
Oui et j'y ai répondu un certain nombre de fois (rires: )

Sceneario : C'est la première fois que vous venez à Angoulême ?
Astier :
Oui, c'est la première fois effectivement. Cela ressemble aux stands de l'Apple Expo.
Dupré : Pour moi aussi, c'est le premier Angoulême mais j'ai déjà fait beaucoup de salons en Belgique. Ce qui m'étonne ici, c'est de voir le nombre de bandes dessinées qui n'est pas traduit en néerlandais.

Sceneario : Il y a une différence par rapport aux salons du cinéma, télé, ...
Astier :
De ce que j'ai vu aujourd'hui, ce qui est curieux, mais je pense que c'est certainement propre à ici, c'est de voir les "grandes maisons" disséminées en bunkers [...]

Lire la suite ›

Valérie Mangin scénariste

Sceneario.com: Qui est Valérie Mangin?
Valérie MANGIN:
« Elle » ? Il faut que je parle de moi à la troisième personne comme César ou Delon ? Allons-y : C’est une femme avec une personnalité multiple. Le jour, Valérie est une sympathique directrice de collections, historienne de formation, qui aide des auteurs de BD à accoucher de leurs histoires. Mais la nuit, elle devient « Mangin » une scénariste farfelue qui invente des tragédies cosmiques et des récits fantastiques gores.

Sceneario.com: Vous sortez donc ce mois ci chez Quadrant Solaire votre nouvelle série KGB, quel effet ça fait? Des peurs? Des envies? Oui, tout cela à la fois.
Valérie MANGIN:
J’oscille entre la grande joie de voir enfin le résultat de deux ans de travail acharné et la peur d’être moi-même déçue par mon album que j’ai à chaque livre [...]

Lire la suite ›