LE CLAN DES CHIMERES #6 Oubli

voir la série LE CLAN DES CHIMERES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Sortie :
ISBN : 9782756003276

Résumé de l'album Oubli

Après avoir été jetés dans les oubliettes par Adémar de Hauteterre, Abeau et Cylinia ont réussi à s'enfuir. Abeau apprend de sa soeur qu'il est le dernier descendant d'une union interdite entre une femme et le souverain des Chimères, le Grand Cornu.
La haine et le pardon sont les seuls choix possibles pour Cylinia, et de ce choix dépendra l'avenir de la Terre...

Par Aub, le NC

Notre avis sur l'album Oubli

Voila déjà le 6° tome de cette Bande Dessinée, 6° opus qui d'ailleurs clôture cette série. Un autocollant sur la couverture annonce "un final époustouflant", du coup on s'attend à quelque chose de fantastique, et j'avoue avoir été légèrement déçu, même si nous avons tout de même un album qui se clôture très bien. Nous avons enfin les réponses à toutes les questions de cette série, nous en apprenons encore et encore sur les Stryges pour notre plus grand bonheur.
Sans fin ouverte franche, il n'en reste pas moins que peut-être ... un jour... on peut espérer voir une suite... qui sait... Corbeyran est tellement plein de ressources. En tout cas moi j'aimerais vraiment bien.

Le dessin de Suro a énormément changé entre le 1° et le 6° tome. Une évolution à mon goût positive. Je trouvais le dessin un peu figé et froid, aujourd'hui je le trouve dynamique et chaud. On sent une vraie maîtrise de son coup de crayon mais aussi une maîtrise de son style. Les petites imperfections que j'avais observées dans le tome précédent ont totalement disparu.

Voilà une série qui se termine... hélas!

Par , le

La série "Le clan des Chimères" se termine, comme il était prévu au sixième tome.
L'éditeur nous annonce (sur un sticker en couverture) que ce sera un final époustouflant !
J'avoue avoir la sensation de m'être fait un peu "grugé". Je suis un peu déçu et reste sur ma faim.
Bien sur, il y a de grandes scènes, nous avons les réponses que nous attendions. Mais...voilà. Ce n'est pas un grand final. Je trouve Corbeyran un peu trop bavard sur ses textes, ce qui nuit, a mon avis, à la lecture du tome 6. Cela casse le rythme, cela gache quelques scènes. c'est bien dommage.
Par contre, je trouve que le travail de Suro s'est beaucoup amélioré depuis le premier tome. Ce tome 6 est son plus beau côté dessin. A mon avis, Suro est un dessinateur à suivre de près.
Il devrait s'atteller à une nouvelle série avec Corbeyran, j'attends de voir ça de pied ferme.
Un dernier tome qui ne sera pas aussi grandiose qu'on a voulu nous le faire croire mais qui, tout de même, reste un bon divertissement.

Par , le

Les albums de la série LE CLAN DES CHIMERES

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›