Le Chien de Dieu

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Biographie

Drame

Historique

Hommage

Sortie :
ISBN : 9782754820912

Résumé de l'album Le Chien de Dieu

1960, Meudon. Louis-Ferdinand Céline travaille dans son pavillon sur son prochain livre qui s'intitulera Rigodon et qui cloturera sa dernière trilogie.
A l'étage au dessus, Lucette fait répéter les jeunes danseuses. Le soir arrive et l'orage éclate, le tonnerre fait penser à un coup de canon. Céline, par sa fenêtre, voit à l'exterieur un cavalier du 12ème cuirrassiers : le maréchal des logis Louis-Ferdinand Destouches qui semble l'attendre dans son jardin. L'écrivain se replonge dans son passé : la guerre de 14, sa vie avec Elisabeth Craig, sa vie de médecin, l'écriture du Voyage au bout de la nuit, la seconde guerre mondiale et ses dérives, Siegmaringen, sans oublier sa rencontre avec Lucette, sa compagne...

Par Berthold, le 04/11/2017

Notre avis sur l'album Le Chien de Dieu

Voyage au bout de la nuit est un grand livre, un chef d'oeuvre qui obtint le Prix Renaudot en décembre 1932. Il manqua le Prix Goncourt de deux voix. Son auteur, Louis-Ferdinand Céline, de son vrai nom Louis-Ferdinand Destouches était aussi médecin, il a su séduire par son style d'écriture, par son talent, mais l'homme en lui-même était très contreversé: il était antisémite, agent actif de l'Allemagne nazie, il a trainé dans les milieux collaborationistes pendant la Seconde Guerre mondiale, mais pensait il vraiment à tout cela, lui-même ? Pensait il vraiment à mal ? Qui était-il alors ?

Jean Dufaux s'intéresse à l'auteur de Mort à Crédit. Il le met en scène, se penchant surtout sur quelques passages forts de sa vie. Ainsi, nous revivons sa rencontre avec celle qui fut surement la femme de sa vie, Elisabeth Graig, son passage au 12ème cuirassiers et la Première Guerre mondiale qui d'ailleurs l'inspirera pour Voyage au Bout de la Nuit. Puis, la guerre, ses idées, Lucette, etc...
Tout comme ce Louis, le lecteur s'interroge sur la vie de Céline. Au vu de ce que nous raconte Dufaux, l'homme ne semble pas si mauvais que ça.  D'ailleurs, le Céline des années 60 nous fait presque pitié. La scène où on le renvoie d'une terrasse de café à Paris est un des moments forts de ce récit.
Jean Dufaux est un scénariste unique, il a son propre style. Ses séries sont là pour nous le prouver, il réussi à nous surprendre, nous étonner, nous enchanter et nous emmener dans des univers différents.
Il nous donne à lire ici une histoire passionnante de bout en bout. On suit la vie de ce Louis, de Céline. Dufaux nous donne son point de vue sur ce grand écrivain, mais qui fut assez complexe, compliqué mais pourtant simple. J'ai bien apprécié sa façon de le faire s'exprimer.
Cette oeuvre est aussi une façon de parler de la vie d'un écrivain, d'un auteur. De voir que tout de même, ce n'est pas toujours facile. Il faut lire le passage où il parle de Françoise Sagan avec son éditeur.

Pour mettre en images cette oeuvre, Jean Dufaux fait équipe pour la première fois avec Jacques Terpant. Le chien de Dieu nous permet d'admirer une nouvelle facette de ce talentueux artiste qui fait revivre les années 1960, et qui nous offre quelques images fortes pendant la Première Guerre mondiale ou pour changer de registre, des images sensuelles où tout comme Céline, nous observons une scène d'amour entre deux femmes sur un lit. Jacques Terpant redonne vie à Céline par son coup de crayon. Et d'ailleurs, il fait revivre quelques personnalités de l'époque comme Arletty et Michel Simon.
Les couleurs, dans des teintes de gris, donnent beaucoup de beauté à cet album. Les planches sont magnifiques. Le chien de Dieu montre à ceux qui ne le savaient pas encore que Terpant est un des grands artistes du moment.
Un très grand album, unique, qui nous parle d'un grand romancier du XXème siècle, que je vous recommande fortement.

 

Par , le

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec le cavalier Jacques Terpant, explorateur du Royaume de Borée

Sceneario.com : Bonjour Jacques. Un an après en avoir fini avec l’aventure des Sept cavaliers, te voilà de nouveau en compagnie des Pikkendorf avec ce premier tome (sur quatre) du Royaume de Borée. Es tu devenu le chroniqueur officiel de cette famille ? Ou simplement, as-tu eu envie de revenir sur cet univers imaginé par Jean Raspail et en faire partager le voyage aux lecteurs ?
Jacques Terpant : Effectivement ,je deviens une sorte de chroniqueur officiel,disons qu'à la fin de sept cavaliers, je n'avais pas l'impression d'avoir fait le tour du sujet.Jean Raspail qui n'intervient pas dans mon travail ,était enthousiaste sur le résultat et m'a dit que tout ce qu'il avait écrit était à ma disposition. Mon choix s'est porté sur le Royaume de Borée,dont l'univers me paraissait me correspondre et s'adapter à la BD. La famille Pikkendorff traverse son œuvre,ce sont parfois des personnages principaux comme dans sept cavaliers avec Silve de Pikkendorff,ou dans le Royaume [...]

Lire la suite ›

Interview du Cavalier numéro 9 : Jacques Terpant

SCENEARIO.COM : Bonjour Jacques. Ce premier septembre 2010 voit la sortie du troisième (et dernier tome) de la série Sept Cavaliers. Avant d’aborder ce sujet, peux-tu nous présenter Jacques Terpant ? Qui est donc cet auteur ?
Jacques Terpant : Un auteur Tardif, je dirai, car j’arrive sur le tard avec le statut d’auteur complet ,pendant des années ,j’ai fait soit, une carrière de dessinateur (avec Bonifay) où d’illustrateur dans la pub ,cette activité m’a pris beaucoup de temps,Je pouvais parfois rester 4 ou 5 ans sans faire un album, il y a un moment ou j’ai dû faire un choix, j’ai pensé qu’il valait mieux laisser derrière moi des livres, plutôt que des plaquettes publicitaires, et je m’y suis mis, c’est sept cavaliers. Ce qui est amusant c’est que Jean Raspail a connu le même processus en écrivant son premier Roman à 45 ans [...]

Lire la suite ›