Le chat qui courait sur les toits

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LE LOMBARD

Collection :

Signé

Genre :

Contes

Sortie :
ISBN : 9782803625789

Résumé de l'album Le chat qui courait sur les toits


Il était une fois un royaume à la tête duquel un roi et sa reine partageaient avec cour et gens le bonheur de donner enfin un héritier au trône. Mais cette liesse ambiante fut de courte durée car le petit prince se déclara marqué par une malédiction qui transformait son visage dès que son regard croisait celui d’un animal. Ni médecins, ni hommes d’église, ne parvinrent à trouver l’origine de ses maux et à les traiter. Aussi, alors que le roi et la reine sombraient peu à peu dans la folie, l’enfançon, soustrait à la vue de tous, fut isolé dans une des chambres du château royal sous le prétexte fallacieux d’une faiblesse aux yeux qui l’empêchait de sortir. Privé de tout contact visuel, le petit être grandit dans sa solitude non sans s’interroger sur son apparence physique qu’il ne pouvait voir. Jusqu’au jour où, par inadvertance, il parvient enfin à découvrir son reflet…

Par Phibes, le 18/04/2010

Notre avis sur l'album Le chat qui courait sur les toits


Voilà trois ans que le fameux illustrateur d’origine, René Hausman, n’avait plus donné de ses nouvelles après son dernier one-shot Le camp-volant. En ce mois d’avril 2010, il revient enfin parmi nous, épaulé par le sympathique Michel Rodrigue avec lequel il a déjà travaillé pour réaliser des historiettes enfantines. La jonction des deux artistes est l’occasion de nous proposer une nouvelle ballade qui fleure bon le conte populaire.


A l’image des nouvelles de Charles Perrault aux verbes desquelles beaucoup ont été bercés durant l’enfance, les deux généreux compères nous entraînent dans une fable ancestrale auréolée de pure fantaisie. Ces derniers utilisent la trame certes classique du royaume en déperdition dû à une malédiction qui le grève et la renforce par les vicissitudes malheureuses et mutantes d’un jeune prince coiffées par un régent (frère du roi) ténébreux.


En cet opus, on retrouve avec plaisir la consistance du conte traditionnel qui fait la joie des petits et des grands. Royaume imaginaire, malheurs des plus angoissants, fourberie, accablement, espoir, abnégation, moralité…, sont les ingrédients utilisés, à doses mesurées, et essentiels au charme qui doit résulter de l’histoire mise en avant. Fort de leurs talents conjugués, les deux artistes nous attirent dans leur univers à la fois terrible et facétieux qui distillent des élans poétiques et enchanteurs. Bien qu’il soit question d’une erreur de la nature incroyable, on se plait, avec une certaine compassion, à suivre le jeune prince dans ses mutations et ses circonvolutions sociales.


Le charme de ce conte passe également et indispensablement par les graphiques merveilleux de René Hausman. Appuyés par une colorisation directe à la palette multiple, doucereuse et subtilement employée, ses dessins sont d’une présence indiscutable qui conforte le récit imaginaire. La déformation, l’imprécision de certains visages tranchent avec la justesse de nombreuses vignettes où le côté illustratif est extraordinaire. A ce titre, on appréciera l’adresse à laquelle le contexte animalier est dépeint, dans ses attitudes et ses proportions somptueusement restituées.


Un remarquable conte mystérieux et enchanteur qui saisira les amateurs d’histoires imaginaires simples aux volutes enfantines et féeriques.


 

Par , le