LE CASSE #2 Le troisième jour

voir la série LE CASSE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Conquistador

Genre :

Historique

Thriller

Uchronie

Sortie :
ISBN : 9782756017372

Résumé de l'album Le troisième jour

Jérusalem, 6 avril de l'an 30. Fin d'après-midi.
Malgré ses réticences, le préfet romain cède devant la foule et condamne Jésus de Nazareth à la crucifixion. L'épouse de Jésus, une riche bourgeoise juive élabore un plan pour libérer son mari. Aidé par son ami Jacques, dit le Juste, ils ont à tous les deux trois jours pour libérer le messie...

Par Melville, le 23/03/2010

Notre avis sur l'album Le troisième jour

Après un premier tome, Diamond, plutôt franchement réussi, on change totalement de décor et d'époque pour ce deuxième tome intitulé Le troisième jour : l'intrigue de situe cette fois ci à Jérusalem au moment de la crucifixion de Jésus de Nazareth. Paris osé notamment de par son sujet de faire de la libération de Jésus le casse du siècle, mais qui il faut bien reconnaître qu'il s'avère au final plus que convainquant.

Au scénario on retrouve Henri Meunier et il est vraiment intéressant de voir comment tout en s'appuyant sur les textes des Evangiles et des faits historiques avérés, il réussi à proposer sa propre histoire sur ce sujet potentiellement délicat. Le récit est habillement mené avec une monté en puissance progressive du suspens qui nous empêche de décrocher un seul instant. Outre les deux personnages principaux incarnés par l'épouse du messie Marie-Madeleine et son ami Jacques le Juste, il faut noté la présence du personnage de Judas, qu'Henri Meunier, non sans une certaine malice, utilise pour nous faire part de son regard sur le christianisme ; et cela tout en l'intégrant savamment dans l'histoire... Le troisième jour est une bande dessinée où le principal intéressé, Jésus de Nazareth n'apparaît directement que très peu ou alors dans des scènes traitées avec une grande pudeur.

Côté dessin c'est Richard Guerineau qui met en image ce thriller aux accents de péplum avec un trait fin et élégant dans un style réaliste. Les personnages sont expressifs et les décors travaillés : c'est un travail qui est soigné ! Le tout étant rehaussé par les couleurs de Delf qui instaurent tour à tour les différentes atmosphères, le rendu de la luminosité (et de son contraste entre le jour et la nuit) est je trouve particulièrement bien rendu. Le résultat final est vraiment convainquant et c'a été pour moi un réel plaisir que de me laisser transporter dans ces ambiances antiques.

Le troisième jour, à l'instar de son prédécesseur, Diamond, est donc une lecture que l'on pourrait qualifier de détente, mais de détente haut de gamme. Si vous avez aimé le premier tome de la série Le casse, vous aimerez sans hésitation celui-ci. Vivement le prochain opus, en espérant que ce troisième tome sera d'aussi bonne facture que les deux premiers.

 

Par , le

La première véritable surprise de cette "collection" ! En effet, le cadre choisi, le sujet traité, tout penche vers une intrigue assez décalée en soi, surtout au sein d'une telle collection. Et je trouve que le pari est assez réussi, en fait ! Le scénario s'attache donc davantage aux personnage, à leur évolution dans l'histoire, leur motivation, bien plus qu'au "casse" en lui même qui demeure l'aboutissement de toutes ces actions.
Le récit est très adroit, avec pas mal de finesse tout en s'octroyant des moments plus centrés sur le rythme ou des détails de préparation. Le dessin de Guérineau est dans la droite lignée du scénario, très expressif, tout en justesse et le résultat final donne un très bon album un peu atypique qui traite d'un moment pratiquement connu de tous dans ses détails, mais qui surprend en partie, tout de même.
Une réussite.

Par , le

Les albums de la série LE CASSE

Nos interviews liées

Un entretien avec Richard Guérineau

Un entretien avec Richard Guerineau à l'occasion de la sortie de Charly 9
    Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Richard Guérineau

Sceneario.com : Commençons par l’incontournable une petite présentation :o)
Richard Guérineau : J’ai commencé à faire de la bande dessinée en 93/94. J’ai réalisé une première série qui s’appelait L’as de pique chez Dargaud. Elle a été rééditée depuis chez Delcourt en version intégrale noir et blanc. Ensuite j’ai travaillé sur Le chant des Stryges. En parallèle je fais un peu d’illustration et quelques bricoles à droite à gauche. Je viens de terminer quelques couvertures de romans pour les éditions J’ai lu. J’ai relooké les romans de Lovecraft, des choses diverses comme ça. Sceneario.com : Uniquement chez J’ai lu ?
Richard Guérineau : Essentiellement. Ils étaient venus me trouver il y a quelques années parce que j’avais fait un porte folio avec la librairie Ciné flash sur des thèmes gothiques fantastiques, époque 19e et ça leur avait bien plu [...]

Lire la suite ›