Le carnet de Roger

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SARBACANE

Genre :

Guerre

Intimiste

Sortie :
ISBN : 9782848654331

Résumé de l'album Le carnet de Roger


Le 2 septembre 1939, dans le village de Douet, c'est l'effervescence. En effet, l'ordre de mobilisation générale vient d'être affiché. Roger, jeune maraîcher de 27 ans, fait partie de ceux qui vont devoir laisser famille et biens pour aller servir la France. Le 6 septembre est la date effective des au revoir. Roger embrasse sa fiancée Suzanne qui lui remet, juste avant de partir, un calepin vierge et des crayons. Au fil des jours qu'il passe loin de chez lui, Roger va profiter de ce carnet pour consigner sa vision personnelle du conflit et ses grandes vicissitudes en tant que prisonnier de guerre. En 2003, suite au décès de Roger, son petit-fils Florent trouve le fameux carnet et découvre ainsi un pan du passé totalement inconnu de son grand-père. Emu et subjugué par ce témoignage vieux de 65 ans, il se lance alors sur les traces de son papy.


 

Par Phibes, le 31/12/2011

Notre avis sur l'album Le carnet de Roger


Illustrateur de métier, Florent Silloray décide avec cet ouvrage, de grand format, de commémorer une petite partie de la vie de son grand-père, petite certes puisqu'elle s'étale sur 5 ans, mais ô combien marquante par le fait qu'elle se déroule durant la seconde guerre mondiale. Déclenchée par la découverte d'un journal intime à la suite du décès de son aïeul, son initiative se veut être un véritable témoignage sur ce qu'a vécu Roger en tant que mobilisé, subissant les affres de la guerre en tant que prisonnier.


Il lui aura fallu pas moins de 3 ans (de 2007, date à laquelle il découvre les effets personnels de Roger, à 2010) pour mener à bien son projet. Intrigué par le carnet vieux de 65 ans portant sur une période limitée de deux ans (1939 à 1941) intitulé L'exilé et les quelques photos jaunies qui l'accompagnaient, Florent Silloray s'est mis en tête de refaire en quelque sorte le parcours chaotique de son aîné. Entre replongée dans les livres d'histoire, travail de terrain et rencontre de témoins, l'auteur nous dévoile le résultat de son étude, un travail remarquable de par son authenticité et sa simplicité.


Alternant adroitement les époques (passées et présentes), le récit se fait fort d'évoquer avec justesse le parcours parallèle et décalé dans le temps des deux hommes. L'évocation est linéaire (empruntée au fameux journal de Roger), ponctuée dans les deux cas d'émotions rares tant les témoignages ont un côté intimiste (les malheurs inhérents à Roger) et également se veulent d'une portée générale puisque cette situation a été vécue de près ou de loin par près de 1 800 000 soldats français (cf. préface d'Isabelle Bournier). De plus, elle a un pouvoir didactique au sens qu'elle nous enseigne de façon assez sommaire sur la déportation et les conditions de vie de ces prisonniers de guerre contraints à travailler dans des camps.


Au niveau graphique, on a l'impression que l'artiste a souhaité mettre plus en avant l'évocation historique que celle présente. En effet, le dessin sur fond sépia, correspondant à la vie de Roger, est des plus explicites et plus travaillé avec un encrage plus fourni, plus détaillé et plus en relief avec ses aplats de blanc judicieux. La partie récente est plus light, peut-être un peu trop claire. Malgré tout, le résultat est de grande qualité et permet, dans son découpage conventionnel digne d'anciennes publications, de bien appréhender le message commémoratif.


Pour un premier projet, Florent Silloray a réussi son pari, à savoir honorer de la plus belle des manières la mémoire d'un homme qui n'est autre que son grand-père et sensibiliser naturellement un lectorat sur un pan douloureux de l'Histoire que l'on ne doit pas oublier.


 

Par , le