LE CAPITAINE FRACASSE #1 Volume 1

voir la série LE CAPITAINE FRACASSE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Ex-Libris

Genre :

Adaptation

Aventure

De Cape et d'Epée

Sortie :
ISBN : 2756012734

Résumé de l'album Volume 1

Le baron de Sigognac est enfermé dans son château tombant en ruine, à gâcher sa jeunesse, jusqu’au jour où une troupe de comédiens itinérants frappe à sa porte pour demander l’hospitalité pour une nuit pluvieuse.
Le baron décadent sympathise avec la troupe, et le charme d’Isabelle finit de le convaincre : il accompagnera la troupe dans ses voyages. Il apprendra que si le métier de comédien lui convient bien, les aléas de la route ne sont pas toujours les bienvenus.

Par Vincentb, le NC

Notre avis sur l'album Volume 1

Cette bande dessinée est une nouvelle adaptation faite au sein de la collection Ex-Libris dirigée par Jean-David Morvan. C’est cette fois-ci le Capitaine Fracasse, célèbre roman de cape et d’épée de Théophile Gautier, qui se voit transposé dans le neuvième art, et c’est Mariolle, connu pour ses séries Pixie et Smoke City également chez Delcourt, qui s’occupe de l’adaptation avec Duarte (dessinateur de De sang froid aux éditions Bamboo, également scénarisé par Mariolle) au dessin.

Adapter un tel roman permet au moins, évidemment, d’assurer une certaine qualité scénaristique, ici cela se remarque plus particulièrement sur les dialogues dont certains sont assez jouissifs. Tous les personnages ont une personnalité propre et l’on suit avec plaisir le voyage de cette troupe. Le dessinateur a réussi à leur donner à chacun un visage spécifique en jouant sur l’exagération et parfois le style gros nez.
Le baron, au départ isolé et solitaire, s’épanouit au cours de ce voyage initiatique et on peut espérer le voir s’affirmer dans les prochains tomes à travers son aspect graphique, ce que la scène de sa première montée sur les planches semble annoncer.
Le graphisme et la mise en scène sont des éléments primordiaux d’une adaptation, à vrai dire ce sont ces éléments qui la justifient. Le fait qu’on ne s’aperçoive pas qu’il s’agit d’une adaptation témoigne de la qualité de celle-ci. S’il n’est pas sûr qu’un bon dessin vaut mieux qu’un long texte, on peut affirmer qu’une bonne image est au moins plus accessible. Cette bande dessinée, même si certains dialogues vont peut-être nécessiter des recherches dans le dictionnaire pour certains, parvient à rendre l’histoire de Gautier plus simple.
Le début est un peu lent mais loin d’être inintéressant, ce premier tome annonce déjà sa suite avec par exemple l’apparition d’un personnage final qui laisse présager des problèmes futurs.
Au niveau du dessin, Duarte a choisi d’utiliser un style caricatural pour l’adaptation de cette grande œuvre française, choix qui peut surprendre, mais qui en fait convient très bien au récit. Grâce aux nombreuses descriptions présentent dans l’œuvre originale, il a pu retranscrire des décors fidèles. Du côté graphique, la bande dessinée est vraiment très agréable, malgré un manque de finesse dans le trait par moments.

L’adaptation s’avère réussie et le résultat est très plaisant. Un excellent moyen pour découvrir (ou redécouvrir) l’œuvre de Gautier et un pari réussi pour les auteurs.
Les prochains tomes s’annoncent plus riches en péripéties, et le deuxième ne devrait normalement pas tarder pour cette série qui en comptera trois.

Par , le

Les albums de la série LE CAPITAINE FRACASSE

Nos interviews liées

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Smoke City

SCENEARIO.COM : Bonjour Benjamin et Mathieu. Trois ans après la sortie du premier tome de Smoke City, sort le tome 2 .Qu’est ce qui a fait que cela a pris du temps pour arriver au bout de ce tome ?
Mathieu MARIOLLE : Beaucoup d’événements personnels et beaucoup de boulot. La principale raison, c’est que la Bd n’est pas l’occupation première de Benjamin. Entre designs de film, couvertures de romans, designs de jeux vidéo, il est très occupé et demandé. Malheureusement, Smoke City a pris du temps, mais on a bien pu le peaufiner. Benjamin CARRE : C’est vrai que trois ans c’est bien long quand on se place du coté des lecteurs. Un tome un pointe le bout de son nez, et puis… plus rien ? Ah si, pouf trois ans après, le tome 2 débarque comme sortit d’un vieux souvenir presque effacé ! Mais il y a un paramètre qui n’est pas pris en compte quand on présente les choses de ce point de vue : le premier tome ne s’est pas fait en vingt secondes [...]

Lire la suite ›

Mathieu Mariolle et Benjamin Carré pour Smoke City

Sceneario.com : Bonjour. Alors, vous voilà arrivés au bout d’une longue tournée de dédicaces ?
Mathieu Mariolle : Oui et c’était de très bons moments. Smoke City a été bien reçu partout et nous avons rencontré des lecteurs enthousiastes. Mais nous ne sommes pas mécontents d’avoir fini car ces séances s’ajoutent à notre travail quotidien. Cela nous éloigne aussi un peu de nos familles bien qu’une grande partie des rencontres avec le public se soit faites dans la région parisienne, donc chez nous. Sceneario.com : Comment en êtes-vous venus à travailler ensemble ?
Mathieu Mariolle : J’avais acheté le collectif Vampires (Carabas) et j’ai pris une claque énorme en découvrant le travail de Benjamin. Il dessinait des choses que j’avais en tête [...]

Lire la suite ›