LE BOIS DES VIERGES #1 Tome 1

voir la série LE BOIS DES VIERGES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

ROBERT LAFFONT

Genre :

De Cape et d'Epée

Fantastique

Légendes

Sortie :
ISBN : 9782221107270

Résumé de l'album Tome 1

Cette nuit là, se célèbre le mariage de Aube, la fille du seigneur Arcan, avec Loup-de-Feu, le fils de Loup-de-Traille, le chef des bêtes de Haute-Taille. Ce mariage scelle la paix entre les Hommes et les Bêtes. Mais Salviat, frère d' Aube, va tuer Loup-de-Feu pour sauver sa soeur. Les loups vont venger cet affront et massacrer les invités du château. Salviat sera lui aussi tué, tandis qu' Aube se réfugie dans le Bois des Vierges.
Une nouvelle guerre entre les Hommes et les Bêtes vient de commencer. Elle est plus violente et sanglante.

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Tome 1

L' éditeur Robert Laffont vient tout juste de se lancer dans le monde de la bande dessinée et déjà en quelques titres il a su nous proposer des morceaux de choix : entre les Sentinelles de Breccia et Dorison ou ce Bois des Vierges de Dufaux et Tillier, on peut dire qu'il va nous surprendre.

Déjà deux bonnes raisons pour vous de vous lancer dans Le Bois des Vierges : Jean Dufaux et Béatrice Tillier.

Qui ne connaît pas le scénariste Jean Dufaux, l'auteur de Djinn, Murena, Niklos Koda ou Dixie Road ? C'est un scénariste qui aime changer d'univers et surprendre  le lecteur, chose qu'il réussit à merveille avec cette nouvelle série, prévue en trois tomes normalement. L'auteur nous replonge dans l' imaginaire merveilleux du monde des contes et des légendes. Ce premier tome est d' une grandr richesse, une très belle surprise. Là, moi-même, je dois dire que j'ai dévoré ça en étant émerveillé, surpris à chaque page. J'ai été surpris par ce récit qui mélange les genres Cape et Epée, animalier, fantastique et mythologie. Oui, vous allez aussi croiser des Centaures dans ces pages lorsque deux des personnages vont se lancer à la recherche d' Aube dans le Bois des Vierges. Une autre des réussites de ce récit est comment le scénariste traite les Loups ou les Renards, ainsi que les autres animeaux, on a vraiment l'impression de voir des humains.

Et c'est là que réside la puissance graphique d'une Béatrice Tillier fort inspirée. On se souvient d'elle sur la série Fée et tendres automates et qu'elle se faisait plutôt rare dans le monde de la bande dessinée. Mais voilà, avec cette série, elle fait un retour (si on peut dire) remarqué et remarquable. Les planches de cet album sont vraiment magnifiques. Le dessin et les couleurs, tout contribue à faire de cette histoire un futur chef d'oeuvre. Je trouve que ses loups sont manifiques et majestueux. Ils ont peut-être plus de charisme que les Hommes. La scène où Loup-Gris, l'autre fils de Loup-de-Traille, renié par les siens parce qu'il a épousé Dame Goupil, pleure la mort de son frère, et dit à son père qu'il n' ira pas combattre les Hommes, est un grand moment d'émotion. Comme lorsqu'il apprendra la mort de son père. Tillier fait ressortir avec force l'émotion dans ces visages. Elle fait aussi preuve d' une maestria dans les scènes de bataille, violentes et cruelles, comme lorsque Loup-de-Traille attaque à lui seul des hommes.

Dufaux a offert un beau cadeau à cette dessinatrice rare mais très douée. A eux deux, ils font un merveilleux cadeau aux lecteurs.

Voici une série que je vous invite à découvrir sans plus tarder et qui vous emmènera dans un beau voyage dans l' Imaginaire.

Par , le

Les albums de la série LE BOIS DES VIERGES

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview de Béatrice Tillier

Sceneario.com : Bonjour, Béatrice. Le mois dernier est sorti le deuxième tome du Bois des vierges sur un scénario de Jean Dufaux. Peux tu présenter ton parcours, comment as-tu eu envie d’en venir à la bande dessinée ?
Béatrice Tillier : Bonjour. Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’ai toujours dessiné. Je me souviens parfaitement d’une journée, à la maternelle, où une fillette avait réalisé un dessin et suscitait l’admiration des autres enfants. J’ai décidé alors de faire pareil. Transmettre une émotion, un message, pourquoi pas, à travers ma représentation de la réalité. Dés lors je n’ai jamais lâché mon crayon. On pouvait me tenir tranquille des journées entières avec juste une feuille et un stylo. L’image est une chose fascinante, et ayant trop d’imagination pour pouvoir me concentrer sur des romans, je me suis très vite tournée vers la B [...]

Lire la suite ›