LANFEUST ODYSSEY #1 L'énigme Or-Azur - 1ère partie

voir la série LANFEUST ODYSSEY
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Heroic Fantasy

Sortie :
ISBN : 9782302008694

Résumé de l'album L'énigme Or-Azur - 1ère partie

Après leur périple dans l'espace, Lanfeust et Hébus sont revenus sur Troy. Si pour eux deux  ans ont  passé, pour leurs amis ce sont plusieurs années qui se sont écoulées. 
Et les choses ont bien changé et de nouvelles lois ont été promulguées. Par exemple, une petite bagarre dans un bistrot et l'on risque de retrouver un troll vendu sur le marché et un jeune aventurier renvoyé sur les bancs de l'école. 
De toute façon, pour Lanfeust et Hebus, la tranquillité ne va pas durer longtemps...

Par Berthold, le 12/11/2009

Notre avis sur l'album L'énigme Or-Azur - 1ère partie

Alors, vous l'attendiez ? Asterix ? Non, pas lui.  XIII Mistery ? Non, peut mieux faire ! 
Blake et Mortimer ? Oula, on s'éloigne du sujet ! Thorgal ? Ah on se rapproche. 
Non, je veux parler de ce héros rouquin, qui va vivre une nouvelle épopée. Vous voyez qui ? Non, pas Spirou. Il est accompagné d'un troll ! Oui, lui, Lanfeust ! Alors ! Vous l'attendiez ce Lanfeust Odyssey, non ??? Le tome sort ce mois-ci. 
Et voici le compte-rendu en direct de Troy rien que pour vous.

Et bien, je dois bien avouer que je me suis ennuyé... C'est dommage ça, avec une série comme Lanfeust. Pourtant, Arleston a la technique pour que le lecteur ne trouve pas le temps de s'ennuyer. Mais ...Il est vrai qu'avec Lanfeust des Etoiles, déjà, je trouvais que les auteurs tiraient un peu sur la corde. Il y avait des tomes de trop. Bien sûr, il y a eu un réveil, un regain d'intérêt vers la fin. Mais... Avec ce nouveau cycle, je trouve que c'est la "saison" de trop. Ce nouveau tome ne démarre pas sur les chapeaux de roues, il prend son temps pour placer les intrigues. De plus, il fait 64 pages, alors que 48 pages auraient pu suffire. Peut-être qu'avec la deuxième partie, cela sera plus passionnant, plus emballant, plus dynamique. Plus... Peut être... Il faut espérer. Je trouve Arleston bien plus inspiré sur les Naufragés d'Ythaq, par exemple, mais là ... Et pourtant il y avait un bon postulat de départ ; le retour sur Troy semble gâché.

Tarquin, quant à lui, est égal à lui-même. Son dessin n'a pas changé. Il est, en revanche, un peu plus clair qu'auparavant. Vous y trouverez quand même de belles et grandes scènes comme celle de la bagarre dans le troquet, par exemple. Ses filles sont toujours "sexy" et raviront les sens des amateurs.

Un premier tome pour ma part en deçà de mes attentes et qui, j'espère, connaitra une seconde partie bien meilleure.

Site officiel : www.lanfeust-odyssey.com

 

 

Par , le

En lisant la chronique de notre envoyé "spatial" je me suis attendu au pire, et donc pour minimiser l'impact financier du désastre - bin oui la crise touche aussi les chroniqueurs de bande dessinée - je me suis porté acquéreur de la version électronique co-éditée par Mobilire, au format Ipod Touch - bin oui  l'iphone c'est trop cher. -
Alors que dire sur la forme, au départ c'est sympa la lecture coule de source. Et cette lecture cases par cases est très fluide. Et elle permet de bien se focaliser sur les cases. Mais, il faut quand même dire que voir une planche en entier c'est tout de même mieux pour juger du découpage, du choix dans la taille des cases. Mais le résultat est tout de même flatteur et vivant.
Maintenant sur le fond, et bien je dois dire que j'ai été agréablement surpris. Même si je trouve que certains personnages changent quand même beaucoup trop d'apparence - ce qui n'a rien à voir avec un quelconque pourvoir troyen - comme le vénérable Nicolède ou C'ian qui lors de la rencontre avec Folie-Flêche ressemble un peu trop à Swiip. Mais bon ce genre d'égarement n'est que passagé et montre un certain changement dans le style de Tarquin - en fait c'est un style que l'on avait déjà pu voir dans les Krashmonsters. Autre changement de taille, outre la fait que l'histoire soit un diptyque, c'est le couleur qui échoit à Besson. Donc on passe d'un couleur classique à une informatisée, on peut crier au scandale mais il faut tout de même dire que les effets de lumières sont splendides. Du coup le tandem Tarquin-Besson fonctionne plutôt bien et pour une fois on a droit à des décors possédant une vraie profondeur de champ.
Ensuite, on peut tout dire concernant le mercantilisme, et cette bédé étant initialement prévue pour être co-éditée avec Marvel aux USA reprend certains codes comme une certaine profusion de la gente féminine. Moi je ne m'en plains pas spécialement, il faut bien que les mentalités changent, et ce, même sur Troy.
Et pour finir je dois avouer que je me suis bien amusé et que c'est bien la première fois qu'un tome de Lanfeust partait aussi bien. En une soixantaine de pages on sait où l'on va et qui on doit combattre et certaines situations sont assez cocasses comme l'intervention très "discrète" du chevalier Or-Azur ou l'espièglerie de la jeune Cixi.
Bref, et là je conclus, c'est à vous de voir s'il est dispensable ou indispensable d'avoir ce tome, mais moi mon choix est fait. Ce n'est pas l'album du siècle, il n'aura pas le prix des rédacteurs l'année prochaine, mais c'est un album qui fait du bien et c'est déjà pas mal.

Par , le

Les albums de la série LANFEUST ODYSSEY

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›