LANFEUST DES ETOILES #8 Le Sang des Comètes

voir la série LANFEUST DES ETOILES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

SOLEIL

Genre :

Ado

Aventure

Fantasy

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782302003828

Résumé de l'album Le Sang des Comètes

Echappés des griffes de l’infâme Thanos, Lanfeust et consorts parviennent finalement à rejoindre Meirrion. Alors que l’univers se retrouve sous le joug du terrible et cruel Prince Dhellu, pathacelse rescapé que seule la bactérie Gwalax peut détruire, ils vont devoir trouver le moyen d’approcher le prince unique pour mettre fin à son règne, et sauver la galaxie.

Par Vincentb, le NC

Notre avis sur l'album Le Sang des Comètes

Ca y est, après avoir débuté il y a 8 ans ce deuxième cycle des aventures du héros roux le plus benêt de l’univers, ce dernier tome vient conclure ce passage dans les étoiles dans lequel les auteurs s’étaient quelque peu empêtrés.
En effet embarqués dans une quête d’une complexité à faire exploser un cerveau de troll à laquelle Arleston ne nous avait pas habitué lors du premier cycle, les auteurs ont dû ici conclure un certain nombre de fils rouges abordés au fil des sept précédents albums.
Mais force est de constater que cela s’est ici fait d’une manière tranquille. Certes, tout est finalement bouclé et bien bouclé, néanmoins le style de ce tome ne tranche pas avec le reste de ce second cycle, avec un humour omniprésent, particulièrement dans la première moitié de l’album.
On sent d’ailleurs pendant cette trentaine de premières pages que les auteurs se sont fait plaisirs, entre références (Star Wars est plus ou moins omniprésent), pitreries et scènes grotesques. Les inconditionnels du scénariste le plus prolifique des éditions Soleil ne s’empêcheront de remarquer qu’il a également profité de cet album pour faire intervenir une de ses plus fortes passions : l’œnologie, mais d’un angle de vue évidemment assez humoristique.
La deuxième partie de l’album laisse place à un enchaînement d’actions plus dynamiques entraînants la fin du cycle des Etoiles, non sans abandonner l’humour, laissant ça et là place à des parties plus intimistes, voir mélodramatiques ou tragiques.
Les relations entre les personnages évoluent également, et à la fin de l’album, chacun aura trouvé une nouvelle place avant d’enchaîner le prochain cycle… dont certains seront peut être absents.
Oui, les auteurs ont finalement réussis à boucler totalement ce cycle dans lequel on les sentait parfois avancer en eaux troubles, néanmoins, certains pourront reprocher à la conclusion un certain manque de grandiose, tel que cela avait été le cas à la fin du cycle de Troy. Mais justement, le ton de ce second cycle n’étant pas le même, et une autre fin tel ayant pu être trop semblable à celle du cycle précédent, l’affrontement final se résout d’une manière assez inattendue, bien dans la veine de ce à quoi les auteurs nous ont habitués lors de ce cycle.
Pour résumer, ceux qui ont appréciés le ton de l’ensemble de Lanfeust des Etoiles seront satisfait, et ce pleinement, de la conclusion. Les autres éprouveront les mêmes déceptions, à ceci près que l’histoire trouve un dénouement habilement mené.
Là où l’on ne peut se dire déçu, c’est en ce qui concerne

Par , le

Les albums de la série LANFEUST DES ETOILES

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Sébastien Lamirand


Sceneario.com : Sébastien Lamirand bonjour ! C’est la première fois que nous avons le plaisir de vous accueillir sur notre site, pourriez-vous vous présenter ?


Sébastien Lamirand : Je suis coloriste chez Soleil, j’ai 32 ans et autant de dents, je travaille sur Tessa, Kookaburra et les Conquérants de Troy, Lotus Noir (magazine de cartes à jouer) et Lanfeust Mag entre autres.

Sceneario.com : Vous faites partie du trio qui met en images les aventures de Tessa, pour notre plus grande joie. Est-ce facile de travailler avec Louis et Nicolas ? Comment travaillez-vous avec ces deux autres auteurs ?

Sébastien Lamirand : En général j’ai carte blanche pour les couleurs, s’il y a des indications précises, genre fin de journée, c’est Louis qui me les donne [...]

Lire la suite ›

Claude GUTH scénariste, dessinateur et coloriste de
Pichi Poï

SCENEARIO.COM: Peux tu te présenter?
Claude GUTH: Eh bien, j’ai 41 ans, je vis à Molsheim, une petite ville du Bas-Rhin proche de Strasbourg.
Avec ma petite tribu, nous occupons une adorable maison alsacienne, que je restaure patiemment… quand j’ai un peu de temps.
J’apprécie les travaux physiques, qui tranchent avec la sédentarité de notre travail.
D’ailleurs, j’entretiens avec bonheur une petite vigne, car au contact de la terre, je me ressource complètement Cette passion pour la vigne, je la partage avec Christophe Arleston, très grand amateur de vins. Notre plaisir, lorsque nous nous rencontrons, c’est de nous retrouver autour d’une bonne table pour échanger nos découvertes viticoles. Si je commence à avoir une petite expérience sur la vinification, Christophe m’impressionne par sa connaissance des terroirs, en particulier dans le bordelais.
J’aime aussi faire des longues ballades dans les collines et les petits villages alsaciens au guidon de ma Lambretta [...]

Lire la suite ›