LA VIE COMPLIQUEE DE LEA OLIVIER #1 Perdue

voir la série LA VIE COMPLIQUEE DE LEA OLIVIER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

KENNES Editions

Genre :

Ado

Humour

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782875800626

Résumé de l'album Perdue

Parce que son père a trouvé un nouveau travail à Montréal (Québec), Léa Olivier se doit de le suivre avec son frère Félix et sa mère. Pour cela, elle doit laisser sa meilleure amie Marilou et également son chum, Thomas. C’est donc le cœur serré que la jeune adolescente part pour la grande ville, appréhendant évidemment sa nouvelle vie. Après avoir passé plusieurs jours à rester cloîtrer dans son nouveau domicile, elle se décide enfin à découvrir son environnement d’adoption. Le moins que l’on puisse dire est que Léa, de par sa timidité, va avoir un peu de mal à s’adapter, contrairement à Félix, très à l’aise dans cet exercice. Et ce ne sont pas les démêlés avec son amoureux Thomas qui vont arranger la chose. Heureusement qu’il y a Marilou, sa confidente, avec laquelle elle communique très souvent par chat interposé.

Par Phibes, le 14/11/2014

Notre avis sur l'album Perdue

Léa Olivier est un petit personnage qui a été créé par Catherine Girard-Audet, romancière québécoise et traductrice de livres pour jeunesse (comme Dora l’exploratrice, Bob l’éponge…), et qui a donné lieu à cinq histoires parues originellement entre 2012 et 2013 chez l’éditeur Les Malins. Fort du succès remporté outre Atlantique, cette généreuse héroïne décide de faire le grand saut au point d’aboutir dans les librairies de France et de Navarre. A cet égard, si les cinq romans sont réédités sous le couvert de Kennes Editions, l’adolescente se voit également adaptée pour la première fois en bande dessinée toujours chez le même éditeur. C’est le scénariste belge Alcante (Complot, Ars Magna, Rani…) qui se colle à cet exercice.

Ce premier opus est évidemment celui de la présentation de la fameuse adolescente québécoise qui avoue avoir une vie compliquée et qui nous l’explique au travers de ses très nombreux messages échangés avec sa meilleure amie Marilou (sa best). Conforme à la structure stylisée du roman d’origine (échange de mails), cette sympathique histoire se découvre sur un ton nature, très féminin. Il permet, de fait, de toucher du doigt le déracinement d’une jeune fille de 14 ans et toutes les difficultés induites par son déménagement concernant son adaptation à sa nouvelle vie, à son environnement, à son nouvel entourage et également au maintien délicat de ses relations avec ses anciens amis et amoureux.

Il ne fait aucun doute qu’Alcante gère bien son affaire, restant dans des propos modernes très pétillants que le lectorat visé (jeunes ados) appréciera sans difficulté. Il ne manque pas au passage de rester dans le parler d’origine québécois (avec lexique à la clé) qui, on peut l’avouer, ne gène en rien la compréhension de l’histoire. La sémillante Léa, via ses déboires quotidiens et ses maladresses peu profitables, nous amuse pleinement et prouve bien volontiers que sa vie peut être compliquée, entre un chum qui manque de communication et de nouveaux camarades peu coopératifs.

La partie graphique réalisée par Ludo Borecki (Les Amazones, Tueurs de mamans – T1…) possède la fraicheur qu’il sied pour ce genre d’aventure typiquement ado. Son trait semi-réaliste met en évidence un travail bien léché, assurément maîtrisé dans la réalisation profonde des décors montréalais et dans l’animation des personnages à la bonhomie finement représentée. Léa, en particulier, est réellement craquante dans son personnage et nous donne assurément du plaisir à la suivre dans ses joies, ses peines et ses interrogations.

Une première partie emplie de fraicheur, de cocasserie adolescente et de générosité portée par un personnage provenant de la Belle Province qui n’aura aucun mal à conquérir le public européen.

Par , le

Les albums de la série LA VIE COMPLIQUEE DE LEA OLIVIER

Nos interviews liées

Bollée et Alcante, deux scénaristes dans l'univers de XIII

Sceneario.com : Bonjour, merci de nous accorder cette interview à l’occasion de la 5è édition du Comic Con où pour la première fois une bande dessinée franco-belge est mise à l'honneur.
Sceneario.com : Comment avez-vous été castés pour la série dérivée XIII Mystery ?

Alcante : Moi ça remonte à fin 2006, j’avais fait la connaissance de Jean Van Hamme suite à la parution de mon premier livre. En fait l’attachée de presse de Dupuis savait que j’étais un grand fan et elle s’était arrangée pour qu’on puisse aller manger ensemble un midi pendant une journée presse. Donc nous avons fait connaissance, le courant est bien passé. Lui à l’époque avait annoncé qu’il allait arrêter Thorgal et j’étais intéressé par reprendre éventuellement cette série et c’était très ambitieux de ma part parce que…
Bollée : (en riant) : Oui, tu t’es dit « oh bah oui, carrément, allons-y ! » [...]

Lire la suite ›

Didier Alcante et Fracis Valles pour le tome 3 de RANI aux Editions du Lombard

Interviews de Didier Alcante et Francis Valles pour le tome 3 de RANI aux Editions du Lombard. (Interview de l'Editeur)
[...]

Lire la suite ›

Didier Alcante Pour Re-Mind chez Dargaud

SCENEARIO.COM : Bonjour Monsieur Alcante. Nous vous retrouvons sur une nouvelle série chez Dargaud : Re-Mind ; comment est né ce projet ?
Didier Alcante:Honnêtement, je ne m’en souviens plus trop. Je me rappelle juste que quand j’ai trouvé cette idée de technologie - permettant d’enregistrer ce fameux film de sa vie qu’on voit défiler devant nos yeux juste avant de mourir -, je me suis dit que je tenais quelque chose d’intéressant avec ça. J’ai ensuite développé une histoire partant de là, et elle a immédiatement attiré l’attention de Yves Schlirff, le directeur éditorial de Dargaud. Et voilà. SCENEARIO.COM :Re Mind est un thriller d’anticipation ? Qu’elles ont été vos influences ?
Didier Alcante:C’est effectivement un thriller à la « 24 heures chrono », mais avec un petit piment qui est apporté par une technologie fictive [...]

Lire la suite ›

Didier Alcante

Interview pour sceneario.com 14/03/2006


Sceneario.com: Didier Alcante, voilà que les deux derniers tomes de ta série Pandora Box viennent de sortir, quelles sensations ressens tu aujourd’hui que tu es arrivé au bout du travail ?
Didier Alcante:
Il y a plusieurs sentiments qui s’emmêlent. Tout d’abord, sans fausse modestie, quand même une certaine fierté d’avoir réalisé ces 8 albums. Je crois qu’il s’agit d’un beau début J. Mais je suis également un peu triste de devoir tourner cette page, car j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec toute l’équipe de Pandora Box : dessinateurs, coloristes, sans oublier l’équipe de Dupuis, avec qui j’ai eu de très bons contacts. Et puis il y avait une certaine effervescence puisqu’on a sorti ces 8 albums en à peine un peu plus d’un an. Maintenant, ça va redevenir plus calme… Mais pas trop j’espère ;-)


Sceneario [...]

Lire la suite ›

Didier ALCANTE, Pandora Box la suite...

Sceneario.com: Didier, nous vous retrouvons avec les tomes 3 et 4 de Pandora Box... La sortie de 2 nouveaux tomes vous a-t- elle procurée les même sensations que pour les 2 premiers?
Didier Alcante: Globalement oui. Disons que j’étais un peu moins impatient que la première fois, mais peut-être un peu plus nerveux, car comme la critique a quand même été très positive (globalement) pour les deux premiers tomes, j’avais un peu peur que les gens soient déçus par les tomes 3 et 4. Heureusement, ce n’est apparemment pas le cas ;-)

Sceneario.com: Avec un peu de recul, êtes vous satisfait du travail réalisé?
Didier Alcante: Oui, globalement je suis très satisfait. Comme je suis plutôt perfectionniste, il y a certaines choses que j’essayerais peut-être d’améliorer si je devais recommencer, mais globalement je suis très content.

Sceneario.com: Le public a-t-il bien suivi cette série? L’accueil a-t-il été bon?
Didier Alcante: Je n’ai pas encore des chiffres de vente, mais Dupuis a déjà réimprimé les deux premiers tomes et a quasi doublé les tirages pour les tomes 3 et 4, c’est un excellent signe [...]

Lire la suite ›