LA VENIN #3 Entrailles

voir la série LA VENIN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

RUE DE SEVRES

Genre :

Aventure

Western

Sortie :
ISBN : 9782369815884

Résumé de l'album Entrailles

Obnubilée par son désir de vengeance envers les assassins de sa mère, Emily poursuit son périple à travers les Etats-Unis dans ce troisième tome qui va la conduire en Alabama puis dans l’Ohio… Elle est toujours poursuivie par les agents de Pinkerton, et va encore devoir faire face à de nombreux obstacles pour réaliser son objectif !

Par V. Degache, le 26/10/2020

Notre avis sur l'album Entrailles

Nous avions laissé Emily quitter le Texas, après la terrible tempête qui avait ravagé Galveston, dans le Tome 2 de La Venin, et filer direction l’Ohio ! Celle-ci, dans ce troisième volet, poursuit son but : éliminer les assassins de sa mère un à un. Elle est, depuis la fin du Tome 2, accompagnée de la petite orpheline Claire, sauvée à Galveston.
Un indien apache n’est jamais très loin, faisant office d’ange gardien de la jeune femme… Dès le début de ce tome 3, délicatement sous-titré « Entrailles », notre duo se transforme en trio 100% féminin, avec l’arrivée de Susan, esclave noire affranchie. On retrouve les ingrédients qui font la série La Venin, prévue en 5 tomes, un joli petit succès de librairie. Laurent Astier continue à nous proposer une belle ballade sur le territoire étatsunien, à la charnière du XIXème et du XXème siècle, dans un pays encore marqué par la Guerre de Sécession et la ségrégation raciale. Il joue toujours sur des flash-backs permettant de comprendre ce qui fait la force de l’héroïne, en allant fouiller dans sa jeunesse faite d’errance et de voyages incessants. L’auteur inscrit adroitement son récit de vengeance dans l’histoire des Etats et villes traversées, dans une BD éclairée par la luminosité des couleurs de Stéphane Astier.

Ce troisième volume emmène le lecteur en Alabama, berceau du Ku Klux Klan, puis en Ohio, qui connaît depuis le milieu du XIXème siècle un important boum économique avec l’industrie pétrolière et des forages qui vont remuer les « entrailles » de la terre, mais également au sein d’une dynamique et agitée métropole new yorkaise ! Emily se découvre même des talents d’agitatrice politique en tentant de fomenter une grève auprès des ouvriers employés pour l’extraction du pétrole, épaulée par les femmes de ceux-ci !
On retrouve ici la veine clairement féministe de La Venin, mettant en scène des femmes fortes et déterminées. Les agents de la Pinkerton sont, pour notre plus grand plaisir, toujours à la poursuite de notre belle cowgirl, et Charlie Siringo toujours aussi peu sympathique ! Les « Carnets d’Emily », sorte de journal intime agrémenté de photos d’archives et de coupures de presse prolongent la lecture, permettant d’apprécier le travail de recherches de L. Astier pour poser un minimum de véracité historique sur sa fiction. Dans une road BD qui ne faiblit pas, Laurent Astier continue à nous donner envie d’embarquer avec Emily dans sa quête de vengeance. Vivement le Tome 4 !

Par , le

Les albums de la série LA VENIN

Nos interviews liées

Laurent Astier

Un entretien avec Laurent Astier.


Interviewer : Olivier
Image & Son Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Laurent Astier

Rencontre avec Laurent Astier à l'occasion de la sortie de Comment faire fortune en juin 40


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Laurent Astier pour Cellule Poison (Dargaud)

Interview conçue par Melville pour Sceneario.com

Sceneario.com : Comment est née la série Cellule Poison ? Laurent ASTIER : Elle est née des cendres d'un projet refusé par les éditeurs, un tryptique sur les violences faites aux femmes aux trois âges de la vie, enfance, adolescence et âge adulte. Cette série devait se déployer sur des récits de 120 à 200 pages en noir et blanc. Je comprends que ça ait pu effrayer les éditeurs à l'époque ! Pour écrire Cellule Poison, J'ai donc utilisé l'essence de ce projet, en me servant du genre polar comme filtre à cette thématique. Et le polar m'a emmené vers les frontières de cette violence qui est autant physique que psychologique, la prostitution forcée. J'y ai aussi ajouté mes questionnements sur les guerres balkaniques, sur cette région si proche et pourtant si méconnuepour la plupart d'entre nous [...]

Lire la suite ›

Laurent ASTIER l'auteur de Cirk et Gong

Sceneario.com: Nous t'avions déjà rencontré en avril dernier, depuis quelques mois ont passé. Le tome 2 de Cirk est sorti 1 an et demi après le tome 1, entre temps il y a eu Gong... Peut on dire que Laurent Astier est un auteur productif?
Laurent Astier : Salut mister Aub et toute l'équipe de Sceneario ! Alors comment ça va depuis la dernière fois ? vous avez ... oh, pardon ! c'est une interview ... Bonjour les gens qui lisez. Euh, je peux dire un petit bonjour ? Alors bonjour à tous mes potes, à mon papa, ma maman (hey, m'man, je passe à la télé ! ben oui, quoi, ça ressemble drôlement à une télé votre truc), mon frangin etc ...... Au fait, c'était quoi la question ?!?! Ah oui ...et la réponse est : Je crois que je ne peux pas dire non.
Bon allez, je blague, je vais faire un peu plus long que ça.
Il ya plusieurs raisons à ça. Je suis de nature plutôt impatiente. J'aime voir les projets prendre forme assez rapidement (même si je les ressasse pendant pas mal de temps avant de les coucher sur le papier) [...]

Lire la suite ›

De Laurent Astier, Auteur de Gong et Cirk

SCENEARIO.COM: Laurent, peux-te tu présenter, et décrire ton parcours professionnel jusqu'à maintenant ?
Laurent Astier: salut ! Laurent Astier (si j'ai gardé mon nom de naissance, c'est par flemme de trouver un pseudo) âgé de 27 automnes (c'est vrai ça, pourquoi on compte toujours en printemps ?) originaire de saint Etienne (et pourtant n'ayant pas un fort penchant pour le football même si je suis un peu leurs résultats et donc leur lente descente aux enfers) et résidant en banlieue parisienne.

Mon parcours dans le dessin a commencé sur les traces de mon grand frère, de 2 ans mon aîné (qui soit dit en passant est un vache de bon raconteur d'histoire, de dessinateur et surtout de coloriste et qui n'a fait qu'un album pour enfant qui n'est pas du tout représentatif de son talent) vers 5,6 ans par des gardiens de vache (en anglais dans le texte) armés jusqu'aux dents, puis quelques bandes sur des histoires de trappeur à partir de 8 ans (histoires inédites que vous ne verrez jamais car j'avais la fâcheuse habitude de faire des bilans et de balancer le tout au feu ou la poubelle [...]

Lire la suite ›