LA VENIN #1 Déluge de feu

voir la série LA VENIN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

RUE DE SEVRES

Genre :

Aventure

Western

Sortie :
ISBN : 9782369815839

Résumé de l'album Déluge de feu

Elevée dans les quartiers chaud de la nouvelle Orléans, elle ne voulait pas finir comme sa mère, à vendre ses charmes à des hommes de passage. Emily a alors fuit cet univers malsain, et c'est dans la petite ville perdue du Colorado, Silver Creek qu'elle arrive en train. Mais la désilusion arrive bien vite, alors qu'elle devait retrouver son futur mari, qui ne se présentera jamais. Sans un sous, Emily ne sait quoi faire et c'est le patron du saloon de la ville qui lui propose de travailler pour lui... La revoilà plongée dans le milieu malsain des entraineuses.
A moins que ça ne soit la venue du prochain gouverneur aux Elections Sénatoriales qui l'ai menée à Silver Creek... ?

Par Aub, le 26/12/2018

Notre avis sur l'album Déluge de feu

La toute nouvelle série, prévue en 5 tomes, de Laurent Astier, LA VENIN, arrive dans les bacs de vos librairies en ce début d'année 2019.
A n'en pas douter, le buzz provoqué sur les réseaux sociaux par l'Auteur et l'Editeur eux mêmes participe indéniablement aux futures ventes de l'album. Mais il n'y aura pas que ça, en effet, l'album est une vraie de vraie de vraie réussite.

D'une part, le scénario est ponctuée de nombreux rebondissements, d'un rythme effréné, grace à une traque dans l'Ouest sauvage, avec des indiens, des méchants, des belles filles, de l'alcool, de l'amour (ou pas), des coups de feu, des grands espaces, des larmes et de la sensibilité, mais aussi de la cruauté, du dégout, de la vengeance, des intigues dans tous les sens... 

Ensuite, les illustrations sont une pure merveille. Grace à son trait net et précis, Laurent Astier nous offre des dessins très travaillés, avec un découpage cinématrographique parfait, donnant un rythme à la lecture, nous permettant de suivre l'intrigue sans interruption. Les scènes d'action sont ainsi rapides, les moments de narration calme sont traités avec moins de fluidité. La lecture est alors très adroitement menée, nous donnant ainsi le sentiments d'être plongés dans un western digne des grands films.
Ce rythme, l'impression d'être dans une gigantesque fresque hollywwodienne donnent tout le charme de La Venin !

Et enfin, la colorisation est maitrisée au plus haut point. On retrouve sur certaines planches l'art des couleurs à la Laurent Astier.... Souvenez vous de ses couleurs monochrome dans Cellule Poison... 

La lecture de La Venin fut pour moi une plongée, 27 ans en arrière, me faisant repenser à Adios Palomita (et bien d'autres albums de western qui ont suivis... 500 fusils, Angela...) mais aussi avec un très bon goût de Luky Luke ou de Tuniques Bleues, sans oublier du Bouncer... Vous l'aurez compris, LA VENIN est un WESTERN, un vrai, et ça fait vraiment du bien !!!

Une BD que l'on lit d'une traite, d'un souffle, à la vitesse d'une balle de Winchester, puis que l'on reprend en main pour une lecture plus poussée, moins rythmée, pour en savourer toute l'intensité, redécouvrir toute la profondeur, On se fait du bien aux yeux...

Une BD qui sent la transpiration de cow boy, le cheval, le mauvais wisky, le parfum des femmes faciles, et qui nous fait cracher notre salive pleine de sable et de poussière avalés dans les rues de Silver Creek. Vivement les suites.

Par , le

Les albums de la série LA VENIN

Nos interviews liées

Laurent Astier

Un entretien avec Laurent Astier.


Interviewer : Olivier
Image & Son Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Laurent Astier

Rencontre avec Laurent Astier à l'occasion de la sortie de Comment faire fortune en juin 40


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Laurent Astier pour Cellule Poison (Dargaud)

Interview conçue par Melville pour Sceneario.com

Sceneario.com : Comment est née la série Cellule Poison ? Laurent ASTIER : Elle est née des cendres d'un projet refusé par les éditeurs, un tryptique sur les violences faites aux femmes aux trois âges de la vie, enfance, adolescence et âge adulte. Cette série devait se déployer sur des récits de 120 à 200 pages en noir et blanc. Je comprends que ça ait pu effrayer les éditeurs à l'époque ! Pour écrire Cellule Poison, J'ai donc utilisé l'essence de ce projet, en me servant du genre polar comme filtre à cette thématique. Et le polar m'a emmené vers les frontières de cette violence qui est autant physique que psychologique, la prostitution forcée. J'y ai aussi ajouté mes questionnements sur les guerres balkaniques, sur cette région si proche et pourtant si méconnuepour la plupart d'entre nous [...]

Lire la suite ›

Laurent ASTIER l'auteur de Cirk et Gong

Sceneario.com: Nous t'avions déjà rencontré en avril dernier, depuis quelques mois ont passé. Le tome 2 de Cirk est sorti 1 an et demi après le tome 1, entre temps il y a eu Gong... Peut on dire que Laurent Astier est un auteur productif?
Laurent Astier : Salut mister Aub et toute l'équipe de Sceneario ! Alors comment ça va depuis la dernière fois ? vous avez ... oh, pardon ! c'est une interview ... Bonjour les gens qui lisez. Euh, je peux dire un petit bonjour ? Alors bonjour à tous mes potes, à mon papa, ma maman (hey, m'man, je passe à la télé ! ben oui, quoi, ça ressemble drôlement à une télé votre truc), mon frangin etc ...... Au fait, c'était quoi la question ?!?! Ah oui ...et la réponse est : Je crois que je ne peux pas dire non.
Bon allez, je blague, je vais faire un peu plus long que ça.
Il ya plusieurs raisons à ça. Je suis de nature plutôt impatiente. J'aime voir les projets prendre forme assez rapidement (même si je les ressasse pendant pas mal de temps avant de les coucher sur le papier) [...]

Lire la suite ›

De Laurent Astier, Auteur de Gong et Cirk

SCENEARIO.COM: Laurent, peux-te tu présenter, et décrire ton parcours professionnel jusqu'à maintenant ?
Laurent Astier: salut ! Laurent Astier (si j'ai gardé mon nom de naissance, c'est par flemme de trouver un pseudo) âgé de 27 automnes (c'est vrai ça, pourquoi on compte toujours en printemps ?) originaire de saint Etienne (et pourtant n'ayant pas un fort penchant pour le football même si je suis un peu leurs résultats et donc leur lente descente aux enfers) et résidant en banlieue parisienne.

Mon parcours dans le dessin a commencé sur les traces de mon grand frère, de 2 ans mon aîné (qui soit dit en passant est un vache de bon raconteur d'histoire, de dessinateur et surtout de coloriste et qui n'a fait qu'un album pour enfant qui n'est pas du tout représentatif de son talent) vers 5,6 ans par des gardiens de vache (en anglais dans le texte) armés jusqu'aux dents, puis quelques bandes sur des histoires de trappeur à partir de 8 ans (histoires inédites que vous ne verrez jamais car j'avais la fâcheuse habitude de faire des bilans et de balancer le tout au feu ou la poubelle [...]

Lire la suite ›