Un essai incisif, humoristique et pas complètement désespéré

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Essai

Humour Noir

Pédagogique

Politique

Sortie :
ISBN : 9782754807258

Résumé de l'album Un essai incisif, humoristique et pas complètement désespéré

« Mort aux faibles », voilà par quoi débute La Survie de l’Espèce, avec le procès d’un certain Monsieur X, trader responsable de la faillite de ses clients. Pourquoi ? Comment ? On suivra dès lors les trois personnages qui composent le monde de la finance : le salarié, le patron et le Capital. Et c’est parti pour une leçon d’ultra-libéralisme.

Par Placido, le 11/12/2012

Notre avis sur l'album Un essai incisif, humoristique et pas complètement désespéré

Déjà avant de commencer quoique ce soit, il faut avoir en tête une chose : c’est une BD grand public, dans le bon sens du terme. Je dis ça parce que je vous vois tous venir, là, à loucher devant cette BD-docu sur l’économie et la crise, de chez Futuro en partenariat avec Arte. J'entends déjà les « Ouhlala »… Mais en fait non, retenez bien : « grand public ».

Grand public pour plusieurs raisons. L’approche humoristique en est une évidente, cynique, noire mais jamais déplacé. Et aussi car les auteurs arrivent à rester sobre dans leurs explications, ils ne s’empêtrent pas dans la technique. Pour autant, ils ne simplifient pas tellement les choses, ils vulgarisent, nuance. Et ils vulgarisent bien.

Donc forcément, ceux qui touchent leur bille en économie ne profiteront que des gags (pour peu qu'ils n'aient pas d'humour et c'est loupé). Mais plus personnellement, j’étais un peu à cheval entre les deux : beaucoup de choses racontées dans cette BD m’étaient connues, mais une bonne piqûre de rappel m’a fait le plus grand bien. Pour les non-initiés, cela permet de dépoussiérer un peu les bases, d’éclairer.

La survie de l'espèce est un exposé démontrant l’absurdité du Capitalisme (avec un grand C, vous avez vu ?) en 120 pages, allez zou ! Chacun des personnages tenant bien leur rôle : les vilains média qui ne font rien d'autre que foutrent la trouille aux gens, le grand capitaliste débordant de cynisme et de super-cupidité et le fils du capitaliste, utilisé en contrepoids, se demandant bien à quoi ça peut servir d’avoir autant d’argent. Après une intelligente introduction où les médias en prennent pour leur grade, on cheminera à travers tous les « trucs et astuces » des capitalistes (travail, partage des richesses, management…), présentés par le père à son fils, désireux de lui expliquer la vie, la vraie.

Les auteurs prennent clairement parti, donc, et c’est tant mieux. Mais attention, leur volonté est explicite (et noble, au passage) : leur souhait est de sensibiliser les gens. Ils n’essayent pas de pousser les gens à la révolution, fourche et torche en mains, dans la rue. Ils ne souhaitent pas ressortir la guillotine non plus, enfin je crois… Et d'ailleurs, ils prennent soin de ne juger personne, de ne faire culpabiliser personne. Ce qu'il faut, c'est que les gens prennent conscience de ce qui se passe. Point. C’est comme ça qu’on y arrivera peut-être, au final, à faire bouger les choses. Voilà le message donné par Paul Jorion et Gregory Maklès. Ah, et ne pas désespérer aussi. La petite histoire finale est là pour remonter un brin le moral.

Alors voilà, Sceneario est dans le coup et fait passer le message : lisez La Survie de l’Espèce. Merci d’avance.

Par , le

Nos interviews liées

Rencontre avec Grégory Maklès

Sceneario : Une petite présentation, pour commencer ?
Maklès : Grégory Malkès, 32 ans. "Ruppert" est ma troisième bande dessinée en tant que scénariste et ma première bande dessinée en tant qu'auteur.
A la base je suis plutôt dessinateur. Je suis passé par les arts déco à Paris mais ensuite j'ai arrêté le dessin. J'ai fait du graphisme, de l'animation, monté une société, Home Force dans le domaine du logiciel de pointe pour musicien...
Depuis quelques années j'ai repris le dessin. J'ai d'abord scénarisé deux albums chez Soleil, “ Le dernier rituel “ et “ L'encyclopédie du mal “. Et là je sors Ruppert chez Carabas qui est complètement ma chose. Il était temps que je me lance. C'est un projet que j'ai conçu et que j'imagine comme la bande dessinée que je peux faire un peu n'importe quand [...]

Lire la suite ›