La rebouteuse

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

VENTS D'OUEST

Collection :

Equinoxe

Genre :

Chronique sociale

Sortie :
ISBN : 9782749304441

Résumé de l'album La rebouteuse


Le village de Saint-Simon a perdu aujourd'hui une de ces âmes. C'est l'Emile que l'on enterre devant un parterre d'autochtones attristés auxquels s'ajoute, en retard, Olivier, le fils du défunt. En ces circonstances, ce dernier, qui a quitté le bourg pour Paris, revoit ses anciennes connaissances et ne manque pas d'évoquer certains souvenirs douloureux auxquels sont associés les pratiques secrètes de la Mamé, autrement dit la désencraudeuse. Qui est-elle réellement, elle qui a disparu depuis quelques jours et dont l'absence semble mettre les habitants dans l'embarras ? Les réponses vont affluer et, dans leur sillage, vont faire tomber bien des secrets.
 

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album La rebouteuse

Après "3 ardoises" chez Carabas, Séverine Lambour et Benoît Springer s'associent à nouveau pour la réalisation de ce one-shot qu'est "La rebouteuse". Ces derniers nous transportent au sein d'un terroir quelque peu ingrat, frappé par le soleil, et empli de lourds secrets sur lesquels plane l'ombre bienfaisante ou malfaisante de la Mamé.


Dès les premières pages, le ton est donné. L'ambiance plonge dans le dramatique dû à la mort et l'enterrement d'Emile et se poursuit habilement et gravement tout au long du récit. La fameuse guérisseuse qui alimente toutes les conversations ne se présente pas de suite à nous et, de par son absence remarquée, étend son aura jusqu'à nos esprits. Entre médication, pratiques bienfaisantes, et manipulations, envoûtement, le lecteur est obligé de tergiverser avant de se faire une opinion.


Mais ce n'est pas tout. En sus de ce personnage manipulateur incontournable de Saint-Simon, d'autres mystères se brisent et viennent, à chaque divulgation, appesantir le climat campagnard.


Au niveau graphique, le style s'est modifié par rapport aux "Funérailles de Luce". Le trait se veut plus épuré, d'une grande simplicité et la colorisation à l'ordinateur fait son apparition. Si les dialogues ne grèvent pas les vignettes, les longs plans muets sont considérablement explicites et parlent d'eux-mêmes. Tout s'imbrique parfaitement, entre passé (d'une couleur différente) et présent, dans une harmonie captivante.


Profitant de la sortie de ce présent album, les éditions Glénat commémorent leurs 40 ans d'existence et de labeur en augurant un parcours de 40 découvertes et en présentant des ouvrages de grand format agrémentés d'une jaquette/poster.


La campagne a ses secrets que toute une populace vivant aux dépens d'une rebouteuse ne va pas tarder à libérer. Ouvrez grands vos yeux, c'est simple, efficace et… envoûtant.

 

Par , le

Nos interviews liées

Interview Benoît Springer


Sceneario.com
: Comment vous est venue cette idée ? Benoît Springer : Séverine est une grande lectrice de livres, de magazines, d’articles… elle dévore tout ce qui peut être lu. Et elle aime l’idée que chaque mot peut avoir un sens érotique. Quant à moi, je ne suis jamais aussi heureux que quand je croque des corps humains. Nous avons réuni nos plaisirs, les livres et les corps, dans un même projet. Sceneario.com: Est-ce un fantasme de couple ou l'aboutissement d'une longue maturation ? Benoît Springer : Ni l’un ni l’autre. Nous aimons travailler ensemble, explorer tous les genres… du polar fantastique à l’érotisme. Sceneario.com: Lequel d'entre vous était le "dominant" (pour ne pas dire l'initiateur) de ce projet ? Benoît Springer : Nous avions l’envie commune de faire une bande dessinée érotique et c’est Séverine qui a amené l’histoire [...]

Lire la suite ›

Interview de Benoit Springer

  Sceneario.com : Bonjour et merci de nous accorder une interview. Pour commencer, pourrais-tu nous raconter ton parcours et comment tu es venu à la BD ? Benoit Springer : J’y suis venu très simplement. Comme beaucoup de gens, j’ai commencé à dessiner tout petit, mais au moment où la plupart des gens s’arrêtent, moi j’ai continué.

Après, j’ai eu un parcours assez classique : après un BAC A3 j’ai fait une année d’Art Plastique à Bordeaux et ensuite deux ans et demi, un peu près, à l’école de BD d’Angoulême.Suite à cela, j’ai tout de suite signé chez un éditeur et c’était parti !
A partir d’Angoulême, c’est allé vite car j’y ai rencontré des auteurs qui étaient déjà publiés comme Claire Wendling, Christophe Gibelin, Thierry Robin [...]

Lire la suite ›