LA MEMOIRE D'ABRAHAM #1 Les chemins de l'exil

voir la série LA MEMOIRE D'ABRAHAM
Dessinateurs :




Scénaristes :




Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Adaptation

Historique

Sortie :
ISBN : 9782203020191

Résumé de l'album Les chemins de l'exil

En l'an 70 après Jésus Christ, la ville sainte de Jérusalem est assiégée, avant qu'elle ne tombe aux mains des romains, un scribe, Abraham, avec sa femme et ses deux enfants quitte la ville.
Accueilli à Alexandrie par la diaspora, les images de Jérusalem à feu et à sang, la perte tragique de son épouse le hantent. Il commence alors un long travail d'écriture et de narration afin de léguer son témoignage aux générations futures.
De génération en génération, le rouleau va se transmettre, chaque dépositaire narrant à son tour son histoire qui finit par se confondre avec celle du peuple juif.

Par Olivier, le 14/09/2010

Notre avis sur l'album Les chemins de l'exil

Ce premier tome nous entraîne sur les chemins de l'exil à la suite du premier Abraham de la dynastie Halter.
Après que les Zélotes se soient emparés de la ville de Jérusalem, les Romains n'acceptent pas cette défaite et souhaitent reconquérir la ville. Débute alors un siège de deux ans où les juifs meurent de faim. Les romains finissent par s'emparer de la ville qui est mise à sac et le temple est détruit.
Un peu avant la chute de la ville, Abraham fuit avec sa famille. Un début d'exil terrible où sa femme se suicide pour échapper au viol par une patrouille romaine.

Jean David Morvan, épaulé par Frédérique Voulysé et Yann Le Gal, s'est attelé à un travail audacieux et osé. Adapter le magnifique roman éponyme de Marek Halter,
600 pages de drames et de joies, suivre l'histoire de cette longue lignée d'imprimeurs, tentant de mettre en avant les différents points de vue de ce peuple persécuté, les tenants de la paix et de la conciliation et les tenants de la guerre et de la liberté.
Entre récit historique et témoignage, car la frontière est ténue entre les genres dans la réalité du peuple juif, l'adaptation est fidèle à l'esprit du roman.
Que les 2 000 ans de l'histoire de la famille de Marek Halter soit véridique ou de pure fiction n'est plus de propos. C'est une saga, magnifique et terrible qui couvrira presque deux millénaires d'histoire, des premières persécutions aux camps d'extermination, de la révolte d'Alexandrie à l'insurrection de Varsovie.
A travers cette famille de scribes puis d'éditeurs, c'est l'histoire de tout un peuple qui est relatée.
Alternant l'intimisme des scènes de famille avec de grandes scènes de bataille, le scénario ne laisse que peu de répit au lecteur.
La mise en scène spectaculaire d'Ersel dont le trait s'adapte si bien à la reconstitution historique, offrant sur certaines planches une dimension toute hollywoodienne au récit, apporte un souffle homérique à la narration.
Du siège atroce de Jérusalem à celui non moins terrible de Varsovie où périt le dernier dépositaire du rouleau, un autre Abraham, grand-père de Marek Halter, Jean David Morvan nous entraîne dans une saga éblouissante, à la redécouverte de l'histoire d'un peuple qui aura rarement déchaîné autant de passions.

Par , le

Les albums de la série LA MEMOIRE D'ABRAHAM

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Alexandre Astier et Steven Dupré

Sceneario : bonjour,
bon ça va être dur d'être original et je suppose qu'on vous a posé un certain nombre de fois les mêmes questions !
Astier :
Oui et j'y ai répondu un certain nombre de fois (rires: )

Sceneario : C'est la première fois que vous venez à Angoulême ?
Astier :
Oui, c'est la première fois effectivement. Cela ressemble aux stands de l'Apple Expo.
Dupré : Pour moi aussi, c'est le premier Angoulême mais j'ai déjà fait beaucoup de salons en Belgique. Ce qui m'étonne ici, c'est de voir le nombre de bandes dessinées qui n'est pas traduit en néerlandais.

Sceneario : Il y a une différence par rapport aux salons du cinéma, télé, ...
Astier :
De ce que j'ai vu aujourd'hui, ce qui est curieux, mais je pense que c'est certainement propre à ici, c'est de voir les "grandes maisons" disséminées en bunkers [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›