LA MANDIGUERRE #1 De vrais boy-scouts

voir la série LA MANDIGUERRE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

NEOPOLIS

Sortie :
ISBN : 2840554127

Résumé de l'album De vrais boy-scouts

Tillois, Dosnon et Cousance rêvent d'exploits et d'aventures au son des actualités sidérales. Fascinés par les gaspards (c'est ainsi que se nomment les fantassins de cette première guerre spatiale), les trois adolescents veulent s'engager activement dans la lutte. Mais pour l'instant, Cousance passe les bobines des actualités avec son père, et les deux jeunes hommes font du trafic de rats ... Ce n'est pas tout de suite qu'il pourront se trouver au corps à corps avec les terribles Mandis, une race extra terrestre belliqueuse qui refuse de se soumettre à la civilisation humaine ...
Dans les étoiles, un vaisseau de Gaspards transportant une cargaison secrète se fait attaquer, et tandis qu'un chasseur parvient à s'enfuir avec la précieuse cargaison, le vaisseau explose...
Les deux histoires pourraient bien se rapprocher ...

Par Siam L'archiviste, le NC

Notre avis sur l'album De vrais boy-scouts

Encore un scénario de JD Morvan, à croire qu'il est partout cet auteur, ainsi que les Color Twins, les coloristes qu'on dirait indissociables de l'auteur. Pour ceux qui connaîtraient un peu l'oeuvre de cet auteur, on ne change pas tellement du registre SF dans lequel il excelle, et pourtant, ce 'est pas exactement SF, vu que l'univers est gentiment décalé. De la technologie un peu différente de celle que l'on pourrait imaginer dans le futur, mais quelque part, c'est agréable de se trouver surpris, car les scénarios faisant preuve d'originalité dans le domaine ne sont pas légion, autant dire que celui-ci est bienvenue donc.
L'histoire se tient bien, et l'album est assez bien équilibré. Ce n'est pas exceptionnel, mais les petits détails surprenants agrémentent avec plaisir le tout. Quant aux dessins, à vrai dire, j'ai littéralement craqué sur les personnages, qui me rappellent des mangas des années 80, tout en rondeur, très agréables à l'oeil, et surtout expressifs. Bref, cela peut ne pas plaire à tout le monde, mais il faudrait être bien difficile de ne pas trouver un peu de plaisir dans ce tome. Les couleurs sont parfois ternes, parfois flashy pour les scènes d'espace, mais l'ensemble est cohérent, et à mon goût les Colors Twins ont fait un chouette travail.
Pour ce qui est de Stefano Tamiazzo, son nom m'évoque quelque chose, mais je ne saurais dire quoi précisément... D'après quelques recherches, il a des inspirations chez Tardi, Giardino, Pratt, Bilal, ou Miyazaki (que l'on reconnaît beaucoup dans le trait).
Pas encore convaincu ? Ben vous attendez quoi ? ;o)

Par , le

Bien que cette histoire ne démarre sur les chapeaux de roue, l'ensemble est palpitant.
Morvan nous emmène dans un univers complètement décalé, une sorte de mélange entre guerre 14/18, SF, mangas, et un tantinet de Dikens ! C'est une série qui démarre vraiment très fort.
Je trouve le scénario assez finement écrit, certes c'est parfois caricatural mais grace aux dessins je trouve l'ensemble très cohérent et très prenant.
Justement, les dessins !
Stefano Tamiazzo a un style à la fois très rond, très détaillé et vraiment dynamique, ce qui fait que chaque planche est complètement trenscendée, c'est magnifique. On sent son plaisir à dessiner des machines, des rues, des maisons, en gros pour le décor il jubile ! et on serait bien bête de s'en plaindre !
Un premier album que je trouve donc particulièrement prenant et qui donne bien envie pour la suite !

Par , le

Les albums de la série LA MANDIGUERRE

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Stefano TAMIAZZO pour La Mandiguerre tome 4

  Sceneario.com : Peux-tu te présenter ?
Stefano Tamiazzo : Bonjour, je m'appelle Sefano Tamiazzo et j'ai 39 ans. Je suis né à Padoue en Italie, où je vis. Je suis un autodidacte, je n'ai jamais fréquenté d'écoles d'art ou d'écoles de bande dessinée. 
J'ai toujours été un fan, depuis l'enfance, de bandes dessinées et de cinéma. Depuis pas mal d'années, pour compenser,  je suis devenu un "modeste" marathonien et je me passionne pour le Tai-chi ...

Sceneario.com : Comment es-tu arrivé dans le monde de la BD ?
Stefano Tamiazzo : En 1994 j'ai gagné un prix très important en Italie pour auteurs amateurs : celui du festival du fantastique de Prato. Un prix prestigieux parce que parmi les vainqueurs des éditions précédentes il y avait des gens comme Massimiliano Frezzato ou Claudio Castellini ( Marvel, DC comics,etc [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›