LA MALBETE #1 Monsieur Antoine en Gévaudan

voir la série LA MALBETE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

BAMBOO

Collection :

Grand Angle

Genre :

Chronique sociale

Historique

Sortie :
ISBN : 9782818932896

Résumé de l'album Monsieur Antoine en Gévaudan

La bête du Gévaudan fait toujours régner la terreur en cette triste année 1765. Le Roi est las de voir que nul chasseur ne parvient à la neutraliser. Il décide donc d’envoyer sur place son porte-arquebuse, Antoine de Beauterne, pour régler le problème. Le noble cavalier croise, par hasard, le chemin du jeune Barthélémy, onze ans, qu’il embauche comme palefrenier. Une réelle complicité s’instaure entre les deux personnages, pour le plus grand déplaisir du fils de Beauterne, François, dont la jalousie pourrait porter préjudice au jeune garçon.

Par Legoffe, le 04/04/2015

Notre avis sur l'album Monsieur Antoine en Gévaudan

Aurélien Ducoudray est devenu un auteur remarqué avec le passionnant « Amère Russie ». Pour cette nouvelle bande dessinée, prévue en 2 tomes, il revient en France, mais bien des siècles plus tôt. Il a décidé, en effet, de s’attaquer à la célèbre histoire de la Bête du Gévaudan.

Le sujet a toujours passionné et intrigué le public et il a fait l’objet de bien des parutions. L’auteur l’aborde néanmoins sous un angle qui offre une réelle fraîcheur à cette affaire. Car, plus que la chasse à la bête, ce sont les relations entre le vieux Beauterne et Barthélémy qui portent le livre. Au delà, l’ensemble des personnages de l’album apportent de la valeur ajoutée à l’ouvrage. Ducoudray, fidèle à lui-même, trouve dans les faits historiques l’occasion de raconter le quotidien des gens face à l’hostilité de leur environnement. Car, si la bête rôde, elle n’est pas la seule à vouloir du mal à son prochain. Les hommes restent les animaux les plus dangereux. Ils chassent leurs semblables pour des raisons d’argent, pour des motifs religieux…
Autant de points abordés dans le livre (Barthélémy est orphelin, son père a été tué sur ordre du Roi car il était protestant) et qui permettent d’apporter un éclairage plus humain, quasi sociologique, à l’histoire de la Bête, que l’on voit peu d’ailleurs. Les amateurs de livres historiques apprécieront, les férus de monstres peut être moins.

Pour l’accompagner dans ces forêts inquiétantes, Ducoudray a fait appel à Hamo, connu notamment pour son très bon boulot sur « Special Branch ». Son coup de crayon est ici remarquable, valorisé par une très belle mise en couleur. Chaque planche respire le souci du travail bien fait. C’est tout simplement superbe. Cela contribue beaucoup à l’attrait de cette BD.

Dès lors, le lecteur est happé par son sujet. Nul doute qu’il se laissera mener par les auteurs afin de connaître le destin du jeune Barthélémy !

Par , le

Les albums de la série LA MALBETE

Nos interviews liées

Entretien avec François Ravard et Aurélien Ducoudray

Sceneario.com : Aurélien, avant d’être scénariste de bande dessinée tu étais journaliste, est-ce que cela influence ta vision des choses quant à l’écriture de tes scénarii. Je pense notamment en disant cela à l’ancrage fort de tes récits dans l’actualité médiatique et politique, ainsi qu’à cette volonté que tu as de mettre en lumière certain aspect de notre société.
Aurélien Ducoudray : Forcément l'écriture de base journalistique laisse une trace dans la façon d'aborder les sujets (angle, traitement, déontologie) mais le fait de toucher à la fiction permet une grande liberté d'écriture... et donc une sorte d'habitude de recul par rapport à la façon dont on va écrire telle ou telle histoire... C'est un yoyo permanent entre les deux en fait ! Ce qui m'intéresse le plus aussi bien en tant que journaliste photoreporter ou scénariste, ce sont les gens [...]

Lire la suite ›

Un expert nous parle de Special Branch

Sceneario.com : : Bonjour Hamo. Ce mois ci voit donc la sortie de Special Branch chez Glénat et dont le scénario est signé Roger Seiter. Mais avant d’aborder ce sujet, peux tu te présenter, nous conter ton parcours et nous dire qui est vraiment Hamo ?
HAMO : Je suis né en 1982 dans une charmante ville Belge du nom de Namur. J'y fais mon petit bonhomme de chemin depuis 28 ans. Dès ma petite enfance, j'ai pris goût au dessin et à la musique. La chance, sans doute, à une famille plutôt ouverte à la culture. J'ai donc commencé l'accordéon diatonique à 6 ans et suis entré aux ateliers créatifs de l'Académie des Beaux-Arts de Namur quelques années plus tard. Vers 14 ans, je montais mes premiers groupes de musique et donnais mes premiers concerts… Mais d'un point de vue scolaire, c'était le dessin que j'avais en ligne de mire. Mes parents m'ont toujours encouragé dans ce sens (ma mère était alors libraire jeunesse), mais il a fallu attendre "d'avoir mon bac" pour entamer réellement des études d'illustration [...]

Lire la suite ›