LA MALBETE #2 Barthélémy de Beauterne

voir la série LA MALBETE
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

BAMBOO

Collection :

Grand Angle

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782818935651

Résumé de l'album Barthélémy de Beauterne

Trois ans après son retour du Gévaudan, et la soit disant mise à mort de la Bête, Antoine de Beauterne se sent de plus en plus mal. Il est tourmenté et Barthélémy décide d’enterrer l’animal empaillé en compagnie d’un des fidèles serviteurs de la famille. Ce dernier remet alors au jeune garçon des lettres qu’il a dissimulées pour protéger son maître. Elles sont signées de l’évêque de Mende, ami d’Antoine et qui l’appelle à l’aide depuis trois ans. Il explique que les meurtres continuent et qu’il ne comprend pas pourquoi son ami ne revient pas pour les aider.

Barthélémy décide de retourner en Gévaudan pour mener l’enquête. Mais une menace presque aussi sournoise que la Bête l’attend sur place.

Par Legoffe, le 27/04/2016

Notre avis sur l'album Barthélémy de Beauterne

Cette histoire en deux tomes nous entraîne sur les traces de la Bête du Gévaudan. Mais le terrible animal n’est finalement que secondaire, un prétexte pour se plonger dans une société en proie au doute quand elle n’est pas, justement, elle-même la proie.

Un jeune garçon est là pour nous aider à comprendre. C’est Barthélémy, jeune d’origine protestante, qui est devenu quasiment le second fils de De Beauterne, au grand dam du vrai héritier, le fourbe François. A travers son regard, nous voyons une France en voie de mutation. Il faut se rappeler que la Bête sévit entre 1764 et 1767, soit peu de temps avant la Révolution.

L’histoire est toujours aussi bien racontée et elle est portée par des personnages intéressants, voire attachants. Je regrette juste que l’auteur n’ait pas plus joué sur l’ambiance générée par la créature dans ce second album. Certes, comme nous l’avions dit, l’essentiel pour l’auteur n’était sans doute pas là, mais - quitte à partir sur ce décor et cette histoire - il aurait été intéressant de l’exploiter plus avant. Tout paraît, du coup, passer un peu vite.

Il n’en reste pas moins que la lecture était plaisante, agrémentée - qui plus est - des beaux dessins de Hamo. Son coup de crayon est très vivant, chaleureux, et la mise en couleur vraiment belle. De quoi indéniablement vous attirer dans les bois malgré la présence de la Bête…

Par , le

Les albums de la série LA MALBETE

Nos interviews liées

Entretien avec François Ravard et Aurélien Ducoudray

Sceneario.com : Aurélien, avant d’être scénariste de bande dessinée tu étais journaliste, est-ce que cela influence ta vision des choses quant à l’écriture de tes scénarii. Je pense notamment en disant cela à l’ancrage fort de tes récits dans l’actualité médiatique et politique, ainsi qu’à cette volonté que tu as de mettre en lumière certain aspect de notre société.
Aurélien Ducoudray : Forcément l'écriture de base journalistique laisse une trace dans la façon d'aborder les sujets (angle, traitement, déontologie) mais le fait de toucher à la fiction permet une grande liberté d'écriture... et donc une sorte d'habitude de recul par rapport à la façon dont on va écrire telle ou telle histoire... C'est un yoyo permanent entre les deux en fait ! Ce qui m'intéresse le plus aussi bien en tant que journaliste photoreporter ou scénariste, ce sont les gens [...]

Lire la suite ›

Un expert nous parle de Special Branch

Sceneario.com : : Bonjour Hamo. Ce mois ci voit donc la sortie de Special Branch chez Glénat et dont le scénario est signé Roger Seiter. Mais avant d’aborder ce sujet, peux tu te présenter, nous conter ton parcours et nous dire qui est vraiment Hamo ?
HAMO : Je suis né en 1982 dans une charmante ville Belge du nom de Namur. J'y fais mon petit bonhomme de chemin depuis 28 ans. Dès ma petite enfance, j'ai pris goût au dessin et à la musique. La chance, sans doute, à une famille plutôt ouverte à la culture. J'ai donc commencé l'accordéon diatonique à 6 ans et suis entré aux ateliers créatifs de l'Académie des Beaux-Arts de Namur quelques années plus tard. Vers 14 ans, je montais mes premiers groupes de musique et donnais mes premiers concerts… Mais d'un point de vue scolaire, c'était le dessin que j'avais en ligne de mire. Mes parents m'ont toujours encouragé dans ce sens (ma mère était alors libraire jeunesse), mais il a fallu attendre "d'avoir mon bac" pour entamer réellement des études d'illustration [...]

Lire la suite ›