La machine à explorer le temps

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

HG Wells collection

Genre :

Adaptation Cinématographique

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782344012727

Résumé de l'album La machine à explorer le temps

En la cité de Londres de 1895, trois personnes se rendent au domicile de leur ami scientifique qui les a conviés suite à la concrétisation de son expérience. Sceptiques sur le fait que leur hôte aurait trouvé le moyen de voyager dans le temps, ils arrivent bientôt face à ce dernier qui, au moyen d’une maquette, leur fait la démonstration. Mais celle-ci ne s’avère pas assez concluante pour le trio, toujours aussi dubitatif. Contrit par cette réaction, le savant propose de montrer à ses amis la véritable machine et quitte précipitamment la table autour de laquelle ils discutent en leur demandant de l’attendre. Après qu’il se soit éclipsé et qu’une chute de tension électrique ait eu lieu, le scientifique réapparait. La surprise est de mise car l’homme qu’ils ont en face d’eux a passablement changé et est pour le moins affamé. Après s’être restauré, il entraîne ses trois convives à la cave de sa maison et tout en leur montrant sa machine, il indique l’avoir utilisée. Il décide alors de leur conter l’aventure qu’il vient de vivre… à travers le temps.

Par Phibes, le 23/03/2017

Notre avis sur l'album La machine à explorer le temps

L’éditeur Glénat se lance dans une nouvelle collection qui a pour thème l’univers fantastique du romancier britannique H.G. Wells, dont les nombreux romans sont devenus des classiques du genre science-fiction. C’est le scénariste Dobbs, adepte entre autres de la collection 1800 chez Soleil (Mister Hyde contre Frankenstein, Allan Quatermain et les mines du roi Salomon, Alamo, Scotland Yard…), qui a décidé de prendre en charge cette démarche éditoriale dont l’objectif avoué est d’adapter en bande dessinée les fameux écrits qui ont fait la notoriété de l’auteur originel.

Paru en 1895, La machine à explorer le temps est le premier ouvrage d’H.G. Wells et également le premier à traiter du voyage temporel. À ce titre, il est normal qu’il soit le premier à passer sous les fourches caudines du scénariste montpelliérain. Dans un gros effort de césure, ce dernier nous livre son adaptation via un one-shot pour le moins abouti. Suivant respectueusement la trame du roman mais s’obligeant à faire des raccourcis inévitables, l’artiste est arrivé à constituer une histoire qui a l’avantage de tenir la route et de délivrer, par son biais, l’essentiel des mésaventures de l’explorateur du temps.

Le message est clair, d’une grande simplicité et d’une efficacité redoutable. Il a la particularité de nous plonger dans des péripéties aux rebondissements que l’on peut connaître déjà. L’esprit de l’adaptation au cinéma de 1960 est bien présent et nous transporte vers des époques lointaines qui, évidemment, n’ont rien de bien réjouissant. Entre les Elois et les Morlocks, l’explorateur souffle généreusement sur cette intrigue et, tout en nous transportant à bord de son engin futuriste, attise la curiosité et également l’effroi.

Pour ce premier ouvrage, Dobbs a fait appel Mathieu Moreau que l’on peut connaître grâce à son sympathique travail sur le diptyque Le cycle de Nibiru. Que ce soit à la couleur ou aux dessins, l’artiste use de ses crayons avec une habilité remarquable. Si la restitution historique est pointue témoignant de fait une recherche documentaire indubitable, les époques futures ou passés sont bien imaginées, le tout dans un esthétisme qui se veut des plus profitables.

Une première adaptation engageante qui, à coup sûr, sera une véritable découverte pour les lecteurs qui ne connaissent pas l’univers d’H.G. Wells.

Par , le

Nos interviews liées

Un entretien avec Dobbs

Un entretien avec Dobbs


Interviewer : Olivier
Image & Son Mathieu et Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Remember Alamo !

Sceneario.com : Bonjour Dobbs. Ton actualité récente est donc la sortie du premier tome d’Alamo dans la collection 1800 de chez Soleil. 1800 est d’ailleurs une collection où tu as déjà écrit quelques titres et dont le fantastique faisait partie. Mais quand on lit Alamo, nous sommes plus dans un ton « historique » sans fantastique autour. Ici, tu t’intéresses à ce qui s’est passé ce jour de mars 1836. Pourquoi ce choix ? Pourquoi le drame d’Alamo ?
Dobbs :En fait, depuis très longtemps, j’avais envie de raconter cette histoire qui reste très chère au cœur des Américains. Mais je voulais en faire le récit à ma façon, bien sûr avec l’aval du directeur de la collection Jean-Luc Istin, que je remercie encore pour son soutien sur ce projet. Ce qui m’a attiré, c’est cette histoire des terribles jours de mars 1836 où nous sommes en plein tournant de la guerre d’indépendance du Texas contre le Mexique… là où ce satané fort Alamo devient un symbole de résistance, et quelque part le déclencheur du retournement de situation militaire et politique qui suivra, à cause des martyrs qu’il aura créés…
Sceneario [...]

Lire la suite ›

La rencontre de Mister Hyde avec Frankenstein vue par DOBBS

Bonjour Dobbs, Sceneario.com : Au mois de mars dernier, est sorti ton nouvel ouvrage Mister Hyde contre Frankenstein consacré à deux illustres personnages de romans chers à Robert Louis Stevenson et Mary Shelley. Qui est à l’origine de ce mixage pour le moins intrigant et pourquoi, au travers de ta fiction, avoir choisi de les remettre au goût du jour en mêlant les deux ambiances fantastiques qu’ils véhiculent?
Dobbs : Alors, pour cet ouvrage c’est une idée commune que nous avons eue avec Jean-Luc Istin, le directeur de collection de 1800. On se disait quel type de cross-over psychologique et physique pourrions-nous mettre en avant dans une ambiance assez glauque… L’intérêt s’est très vite porté sur ces deux créations/créatures qui sont un peu le fer de lance d’un premier mouvement de la science fiction et du gothique. Les deux romans portant aussi en eux des éléments classiques liés au romantisme et à la fatalité, ainsi que de grands questionnements sur l’humanité, la morale et la science [...]

Lire la suite ›

Les confessions de DOBBS sur Ed Gein et Welcome to Paradise

Bonjour Dobbs, Sceneario.com : 2009 semble être ton année de naissance en tant que scénariste de bande dessinée ? Comment s'est passée cette venue au monde du 9ème art ?
Dobbs : En fait, j’ai commencé à écrire des scénarii dans le domaine du jeu de rôle, il y a déjà quelques années de ça. Après 2000, j’ai également débuté en écriture BD jeunesse au Journal de Mickey pour une série de gags en planches appelée « Après la Classe », avec au dessin Philippe Fenech. C’était une belle occasion pour travailler pour une revue qui avait marqué ma jeunesse, au même titre que Strange et Pif Gadget… Par la suite, après plusieurs envois de projets aux éditeurs, deux directeurs de collection m’ont fait confiance : Jérôme Martineau et Jean-Luc Istin [...]

Lire la suite ›