LA GRANDE EVASION #5 Dien Bien Phu

voir la série LA GRANDE EVASION
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Conquistador

Genre :

Guerre

Historique

Sortie :
ISBN : 9782756026121

Résumé de l'album Dien Bien Phu

En novembre 1953, durant la guerre d'Indochine, les engagements armés entre l'Union Française et les forces Vietminh sont de plus en plus fréquents. En décembre 1953, malgré les nombreuses escarmouches qui en découlent et qui versent le sang des deux côtés, l'armée vietminh gagne du terrain et les troupes françaises se doivent de se retrancher sur le site de Dien Bien Phu. Suite au ralliement du petit groupe de Thaïs, la menace grandissante d'un prochain encerclement oblige le camp français à s'organiser. Malheureusement, les troupes Vietminh atteignent les abords du camp retranché qu'elles pilonnent à partir du 13 mars 1954 à coup de pièces lourdes. La riposte est certes immédiate mais se révèle malencontreusement peu efficace au point qu'à la fin avril un cessez-le-feu et une reddition sont ordonnées par les chefs militaires français. Accueillant très mal la nouvelle, le capitaine Roquelon et la troupe de rescapés abandonnent l'idée de se rendre et mettent au point un plan de bataille. A un contre mille, avec peu d'armement, les perspectives de traverser les lignes adverses sont bien réduites…

Par Phibes, le 12/04/2013

Notre avis sur l'album Dien Bien Phu

Thierry Gloris fait son entrée dans la collection Conquistador dirigée par David Chauvel en participant à la réalisation d'un tome dans la série La grande évasion. Grâce à ses aptitudes à travailler dans les univers historiques, il prend pour parti d'asseoir son récit sur l'un des épisodes guerriers les plus sanglants de l'après seconde guerre, à savoir la bataille de Dien Bien Phu.

Cet épisode qui se veut une histoire complète bénéficie d'une évocation bien intéressante par le fait qu'elle s'attache à relater un fait guerrier douloureux, bien campé chronologiquement, pour nous entraîner, via des personnages qui auraient pu exister, dans une fuite désespérée à travers les lignes ennemies. A n'en pas douter, cette évocation n'échappe pas à un certain classicisme mais a le mérite de nous faire côtoyer diverses tranches de vie inspirées, détonantes pour ne pas dire explosives, grâce à des protagonistes aux caractères multiples et bien cadrés.

De fait, sous le couvert d'un officier volontaire, le lecteur est appelé à vivre, sur plusieurs plans, de nombreuses péripéties, mettant en exergue le courage, la détermination de militaires déçus par leur hiérarchie. Par ce biais, Thierry Gloris gère bien la tentative d'évasion de ces groupes d'hommes et même femme dans un déroulement au panache convaincant et à la dureté (celle de la guerre) inévitable. A cet égard, on sent poindre un certain désir de rendre hommage à ses soldats de terrain abandonnés par leurs supérieurs à un ennemi qui ne leur promet que le pire.

Pour la mise en images, Thierry Gloris s'est adjoint un fidèle de David Chauvel à savoir Erwan Le Saëc. Ce dernier à qui on doit Mafia Story, Ce qui est à nous, nous gratifie d'un graphisme bien soigné, qui tend à penser que les évènements guerriers qu'il dépeint ont nécessité une étude documentaire poussée. L'encrage qu'il utilise est particulièrement présent et donne une pesanteur non désagréable. On pourra également saluer la colorisation dont l'usage met bien en évidence la puissance des explosions et la luxuriance des décors.

Un tome aux ambiances guerrières de bonne facture qui possède quelques bons accents commémoratifs.

Par , le

Les albums de la série LA GRANDE EVASION

Nos interviews liées

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›