La digue

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Sortie :
ISBN : 284055223X

Résumé de l'album La digue

Un monde étrange, insolite, construit autour d'une digue.
La digue : le lien entre les villes et les hommes. Cette digue qui rassemble ou désunit les êtres. Cette digue interminable, infinie ; construction sans but ni limite, sans départ ni arrivée. Les êtres qui peuplent ce monde étrange sont singuliers : leurs règles, leurs mœurs : rien de conventionnel.
Un jeune homme va être condamné pour outrage aux bonnes mœurs. Il devra se rendre au bout de la digue. Mais qu'y a t'il là bas? Y a t'il un ailleurs?
Alors que les hommes scrutent l'horizon attendant, espérant quelque chose qui n'arrive pas, le jeune homme va t'il découvrir la liberté – peut être d'avantage.

Par Valérie, le NC

Notre avis sur l'album La digue

La digue réunit Corbeyran et Alfred. Et à l'instar d'Abraxas, c'est ici l'union réussie entre un scénario original et un dessin totalement adapté au monde créé.
Le dessin est en noir et blanc, très simple, presque enfantin et s'adapte comme par magie à cet univers loufoque, décalé.
Et au programme, le problème de l'apparence, les changements de point de vue, la solitude humaine, l'uniformisation, le conservatisme. Il s'agit également de l'absurdité de la vie, de l'attente. Attente de qui? De quoi?
A la fois profond et terrible – dans cet absurde, il y a du Camus et du Kafka – et aussi drôle, gai, émouvant, onirique et plein d'espoir.
Il s'agit tout simplement d'une belle réussite et d'un grand moment de la BD.

Par , le

"La digue" est un étrange album en noir et blanc. Personnellement je ne connaissais pas trop Alfred, des amis m'ont poussé à le découvrir et ce fut une très bonne surprise. Les dessins, donc, sont tres agréables, très personnels, cet auteur est jeune et déjà il a un style bien à lui, j'admire surtout les tronches des vieux qui scrutent l'horizon.
Là on n'est plus dans un univers ultra réaliste mais réellement dans un monde complètement décalé, où les "héros" découvrent avec nous l'histoire au fur et à mesure de l'album. Ce que j'apprécie d'ailleurs dans ce scénario de Corbeyran c'est qu'il ne nous explique pas tout, il nous laisse nous poser des questions, essayer de trouver des voies, mais surtout il nourrit son album de petits thèmes particulièrement riches qui renforcent par ci par là l'ientification à ces drôles de personnages confrontés à l'absurdité de ce monde. Un bon album dont la sortie a été bien trop discrète !

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›