LA CONJURATION D'OPALE #3 Les gemmes

voir la série LA CONJURATION D'OPALE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Esotérique

Fiction

Historique

Sortie :
ISBN : 9782505001430

Résumé de l'album Les gemmes


Suite à la crémation de Joaquin, Walaya et Erik se sont retrouvés dépossédés des opales que leur compagnon était allé faire expertiser avant de mourir. Un membre de la loge Ars Magna qui convoite ces gemmes a pu les récupérer, les apportant à ses confrères satisfaits de la facilité avec laquelle ce trésor leur est arrivé entre les mains.

La disparition de Joaquin rendant caduque le pacte qui les unissait à lui, Walaya et Erik auraient sans doute suivi chacun leur chemin si un rendez-vous ne leur avait pas été donné peu après par un mystérieux personnage masqué leur remettant les opales qu’ils croyaient perdus et leur demandant de se rendre auprès de l’ armée sur la bannière de laquelle figure l’aigle à deux têtes : l’armée de Wallenstein des rangs de laquelle Erik avait déserté...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Les gemmes


On avait refermé le tome deux avec l’amertume d’avoir perdu en route un des héros, mais sa disparition n’empêche pas un spectaculaire rebondissement dans l’histoire que nous réserve ce troisième tome. C’est en effet à un véritable tour de passe-passe que s’était prêté le compagnon de Walaya et Erik avant que ceux-ci n’assistent au spectacle de la mort sur le bûcher qui a été dressé pour lui, et le lecteur ne peut qu’être embarqué dans des suppositions ou par un sentiment de fatalité jusqu’à ce que la surprise intervienne.

Ce troisième tome s’axe d’ailleurs principalement sur ce sursaut inattendu du scénario. Et c’est peut-être ce qu’on pourrait lui reprocher : que ce soit au niveau d’Ars Magna ou de notre trio de héros, les choses n’avancent finalement pas beaucoup : dans ce troisième album de La conjuration d’Opale, on n’a qu’une explication de cette parenthèse qu’a été la perte des opales et leur "retour". La narration reprend d’ailleurs (pour partie) des tableaux qu’on avait vus dans le tome 2 et qui nous sont, là, dévoilés vus par d’autres yeux...

Heureusement, des éléments viennent quand même faire évoluer la quête de nos héros, une quête qui continue de passionner le lecteur grâce au mystère qui l’entoure encore et grâce aussi au dessin et aux couleurs qui restent d’une extraordinaire qualité et d’un niveau de détails époustouflant.

La conjuration d’Opale réussit à maintenir un niveau artistique exceptionnel et à construire à chaque fin d’album un suspense qui tient en haleine autant qu’il fidélise. C’est une série magnifiquement réalisée qui mérite toute votre attention.
 

Par , le

Les albums de la série LA CONJURATION D'OPALE

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›