La chambre de Lautréamont

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Hommage

Sortie :
ISBN : 9782754803526

Résumé de l'album La chambre de Lautréamont

Paris, 1871. Auguste Bretagne est un écrivain assez renommé qui s'est surtout fait une réputation dans le roman feuilleton, un genre que ses amis du cercle des Zutistes (un groupe d'écrivain qui tournaient tout à la dérision "Zut à tout") ne prennent pas très au sérieux. Cependant, Auguste, en parallèle de sa carrière d'écrivain, se passionne en secret pour Isidore Ducasse, plus connu sous le nom du Comte de Lautréamont, auteur des "Chants de Maldoror". Cette passion amène donc Auguste à aménager dans l'ancien appartement de Ducasse, un lieu encore imprégné par l'esprit de son ancien occupant...
En même temps, fréquentant lui aussi le cercle, le jeune Rimbaud semble à son tour comme envouté par l'écrivain disparu depuis un an...

Par Fredgri, le 22/12/2011

Notre avis sur l'album La chambre de Lautréamont

En lisant cet album j'ai retrouvé en partie la fascination que pouvaient exercer les écrits de Lautréamont. J'ai découvert ces textes quand j'étais étudiant, et tout de suite j'avoue avoir été marqué très intimement par la force et le langage de ce jeune écrivain disparu trop tôt !

Bien plus que de vouloir vraiment écrire à propos de Lautréamont, Corcal et Edith vont davantage se concentrer sur cette fascination, justement. On n'apprend pas forcément grand chose sur le jeune poète et ce vernis "faux album retrouvé 140 ans après sa première publication" ne fait qu'accentuer l'impression qu'ici on parle avant tout d'une époque, de quelques personnages qui vont se croiser autour de leur admiration pour les Chants de Maldoror, de l'aura d'un écrivain maudit.

Les auteurs mêlent habilement les personnages connus, créant des liens entre les univers des uns et des autres et c'est assez bien vu d'ailleurs. On pourrait toujours craindre qu'à la longue l'album devienne trop référentiel, mais pas du tout, bien au contraire, pratiquement à aucun moment on n'entre dans des anecdotes hermétiques réservées aux initiés. On est juste dans un milieu littéraire qui n'envahit pas le récit, lui servant de cadre et permettant à l'ambiance de bien s'asseoir sur des bases solides.

Je me suis volontiers plongé dans ce rythme tranquille, mâtiné de suspense, d'un brin de délires du à l'ingestion de Peyotl... Bon, à la fin, je me rends compte que je préférais le Bretagne plus passionné du début, avec ce côté légèrement mystique, plutôt que l'Auguste plus rangé. Néanmoins, renouer avec une œuvre trop injustement ignorée par le grand public et construire une intrigue autour du mystérieux Comte de Lautréamont, moi je dis bravo, il fallait le faire ! Et tout ça en insistant plus sur la beauté de sa prose que sur son univers meurtri et inquiétant. Du coup, cela va peut-être donner envie à quelques lecteurs d'aller un peu plus loin et de tester par eux même l'œuvre originale.

Toutefois, j'insiste, l'album traite davantage de cette corde sensible qui vibre en découvrant un talent brut, trop vite coupé dans son élan, de cette passion qui peut tourner à l'obsession. On est dans une époque déjà assez riche en bouleversements artistiques, les cercles d'écrivains, de peintres, s'opposent souvent assez violamment, on parle de Rimbaud, de Verlaine etc. C'est l'effervescence totale qui va amener vers le modernisme et l'Art moderne plus globalement ! En mettant l'accent sur un artiste aussi envoutant que Lautréamont les auteurs parlent aussi de ces artistes qui vont vivre assez mal, voir pauvrement, dans l'ombre des grands noms. Des artistes dont l'intégrité artistique tournera quelques fois jusqu'à l'absolutisme !

C'est en tout cas une période extrêmement passionnante, peut-être pas forcément beaucoup mise en avant dans cet album, mais qu'importe. On a ici une très intéressante histoire magnifiquement mise en image par Edith.
A lire sans attendre.

Voici un aperçu de ce que joue Lautréamont aux pages 62 à 64 ici

 

Par , le