La chair de l'araignée

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

1000 feuilles

Genre :

Chronique sociale

Drame

Sortie :
ISBN : 9782723464932

Résumé de l'album La chair de l'araignée


Elle, à l’apparence frêle, gère son corps d’une manière drastique et lui impose un régime à la calorie près. Lui, mal dans sa peau, ne parvient pas à cohabiter avec son enveloppe corporelle au point qu’il ne la sustente qu’au strict minimum. C’est au hasard d’un rendez-vous chez le psy qu’ils se sont rencontrés inopinément et dès les premiers échanges, se sont vite aperçus que leurs existences avaient, dans la façon de régir leurs malaises propres, quelques similitudes. Est ce que ce rapprochement serait enfin l’occasion pour ces deux individus de modifier leur comportement douloureux vis-à-vis de leur corps respectif et d’atteindre la plénitude que tout être est en droit de vivre ?


 

Par Phibes, le 26/10/2010

Notre avis sur l'album La chair de l'araignée


Le mal être est le centre de ce récit surprenant réalisé par deux auteurs totalement en phase sur ce sujet douloureux. A cet égard, Hubert et Marie Caillou nous présentent deux individus, deux illustres quidams sans nom, qui ont la malheureuse particularité de partager une sorte de déchéance physique.


De fait, l’histoire qui nage en pleine anorexie mentale nous fait touché du doigt le trouble profond des deux êtres dont la réaction peut être difficilement compréhensible. Le scénariste nous les présente dans leur névrose, l’un se faisant fort de dompter les calories alimentaires, l’autre rejetant purement et simplement l’idée de se sustenter. A ce niveau, le désespoir est de mise, entretenu par le rejet d’autrui et la déficience de tout idéal.


Toutefois, dans cette apathie ambiante, Hubert vient éveiller une petite lueur d’espoir quant à l’organisation de la rencontre des deux personnages et fait espérer que quelque chose de positif va sortir de cette réunion. Les échanges sont de mise, dévoilant des similitudes comportementales qui pourraient susciter quelques espérances de rémission. Mais serait-ce trop espérer ?


L’histoire est sociologiquement pesante et assez sombre, touchant à une sorte d’inertie lancinante. La douceur ambiante que drainent les protagonistes auréole ces derniers d’une passivité déconcertante, attristante, de laquelle des embruns de folie semblent émerger via les métaphores qui fleurissent çà et là.


L’usage de l’outil informatique entre les mains de Marie Caillou est synonyme de rigueur mathématique, douceur et poésie. Cette dernière qui a pleinement participé à la réalisation de film tels Peur du noir, nous envoûtent de par son univers graphique aux multiples inspirations, millimétré, sans violence, qui allie beauté des expressions et atypisme physique (regards subtiles, personnages longilignes, nez de « chat »…) et qui élude la redondance des décors.


Un one-shot d’une évocation rare de par sa plongée dans les méandres du comportement humain et qui a le privilège de ne pas laisser indifférent.


 

Par , le