La cellule

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

ARENES (LES)

Genre :

Historique

Reportage

Sortie :
ISBN : 9782711201969

Résumé de l'album La cellule

13 novembre 2015 : 130 personnes vont être assassinées à Paris par les terroristes de l’Etat islamique. Cet ouvrage tente de reconstituer l’histoire de cette cellule du 13 novembre.

Par V. Degache, le 01/09/2021

Notre avis sur l'album La cellule

Quel plaisir de retrouver Nicolas Otero en cette rentrée littéraire de septembre 2021, avec cette enquête passionnante sur les attentats du 13 novembre 2015. Le Bonnevillois est un dessinateur indubitablement politique, qui met en image depuis le début de sa carrière des sujets passionnants et engagés, et cela avec talent !
De sa série Amerikkka, scénarisée par Roger Martin, projetant le lecteur dans une Amérique peu fréquentable, à Morts pour la France, réalisé avec Pat Perna, enquêtant sur le massacre en 1944, par l'Armée française, de tirailleurs sénégalais réclamant leur solde de captivité, au polar On est chez nous, avec Sylvain Runberg, proposant un regard décapant sur le paysage politique français, sa bibliographie devient chaque année de plus en plus intéressante et excitante !
On le retrouve ici mettant en images la rigoureuse enquête du journaliste du Monde, Soren Seelow, en collaboration avec Kévin Jackson, Directeur d’études au Centre d’Analyse du Terrorisme.

Le travail est d’une extrême précision, retraçant l’histoire de la cellule de l’Etat islamique qui va perpétrer les attentats du 13 novembre 2015 (Stade de France, Bataclan, cafés parisiens) puis de Bruxelles en 2016 (aéroport et métro). Les auteurs reconstituent avec minutie, entre Orient et Europe, leurs parcours, leurs liens, la préparation, et l’organisation des différents commandos. Seul le personnage de Charles est fictif, et vient incarner le travailler de la DGSI.
Si les actes terroristes en eux-mêmes sont traités en quelques cases et de manière très elliptique, le livre propose une étude particulièrement documentée de tout ce qui s’est passé en amont. Malgré la complexité de certaines connexions, scénaristes et dessinateur arrivent à en donner une vision fluide et intelligible, enrichie par un organigramme de la cellule en fin de volume.

Nous ne sommes pas ici dans Le bureau des légendes d'Eric Rochant, mais bien dans une réalité froide conduisant à un massacre que nos services de renseignement n’ont pas pu empêcher. En se basant en partie sur des photographies, Nicolas Otero réprésente crûment les visages de ceux qui vont incarner le mal absolu un soir de novembre 2015. Le dessin est même parfois glaçant tant ces jeunes hommes peuvent apparaitre calmes et banals sous les crayons du dessinateur.

La cellule est une enquête dessinée indispensable pour comprendre ces attentats de 2015 et 2016, et les appréhender sur une durée plus longue que les reportages habituellement proposés, et dans toute leur complexité. La qualité du dessin rend l’œuvre encore plus recommandable, et ses personnages et décors très proches de la terrible réalité.
Précipitez-vous sur l’ouvrage, vous serez immédiatement happés par le récit !

Par , le

Nos interviews liées

A l'occasion de la sortie du tome1 de l'integrale Amerikkka

Sceneario.com : Bonjour Nicolas. Ton actualité est la sortie du premier tome de l’integrale d’Amerikkka en ce mois de mars. Mais avant d’aborder autre chose, peux tu faire une présentation de Nicolas Otero et de son parcours pour en arriver à la BD ?
Nicolas Otero : Le truc horrible à faire, de base, histoire de bien commencer!!!^^ J'ai 34 ans, dans la BD depuis bientôt dix ans (rhaaa!), et mon parcours peut se résumer ainsi...chaotique!!! Le dessin m'a gratté d'aussi loin que je me souvienne, apaisé autant qu'il me grattait aussi...J'ai compris assez tard qu'on pouvait réellement en faire un métier malgré que je l'ai toujours su...et après moultes aventures dantesques, j'ai atterri à Lyon et suis sorti diplômé de l'ecole Emile Cohl, un contrat BD déjà en poche malgré mon incapacité chronique à anticiper ou à gérer quoi que ce soit dans toute cette affaire!!!!! Cours et confus, dessiner et apprendre à le faire le mieux possible pour pouvoir en vivre et continuer à le faire encore longtemps, tels étaient les objectifs, la BD étant juste le langage qui me sied le mieux, où je me sens bien [...]

Lire la suite ›