La belle image

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Adaptation

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782754802291

Résumé de l'album La belle image


Au service des permis B.O.B., Raoul Cérusier, courtier en publicité, se voit refuser les photographies qu'il tend à la guichetière sous prétexte qu'elles ne le représentent pas. Quelles sont donc ces affirmations pour le moins absurdes confirmées par d'autres ? C'est en passant devant une vitrine d'un magasin que ce dernier en comprend la raison. En effet, alors qu'il a conservé sa voix et son physique, son visage a inexplicablement changé. Considérant sa métamorphose, des problèmes de taille se profilent à l'horizon. Comment se présenter à sa femme, à sa famille; à ses amis et à son travail et faire accepter par ces derniers son changement sans qu'on crie à la mystification ? Afin de réfléchir à sa situation, Raoul s'invente un voyage à Bucarest et s'installe dans l'appartement au–dessus de chez lui. Parviendra-t-il à trouver une solution et de fait à reconquérir son entourage ?


 

Par Phibes, le 06/05/2011

Notre avis sur l'album La belle image


A peine a-t-il bouclé le second tome de sa saga Chambre obscure, que Cyril Bonin refait parlé de lui en proposant, cette fois-ci, chez Futuropolis, une adaptation du roman de Marcel Aymé, La belle image.


Le choix de cette nouvelle est des plus heureux car il permet de sensibiliser le lecteur sur l'univers populaire du romancier et sa propension à travailler sans excès dans des ambiances surréalistes. A l'instar de son autre ouvrage, Le passe-muraille, l'auteur donne à son personnage principal, l'occasion de bénéficier d'une mutation physique qui va le pousser à vivre des péripéties singulières.


On sent Cyril Bonin totalement investi par la magie des mots de Marcel Aymé, de l'histoire ahurissante de Raoul Cérusier (il suffit de lire son préambule pour en être convaincu). Grâce à cette motivation débordante, ce dernier en a saisi l'essentiel et nous entraîne adroitement, au gré d'une linéarité scénaristique fluide, dans les déboires (conjugaux, psychologiques…) du courtier dont la situation embarrassante n'a pas fini de le faire se mouvoir. Dès le départ, l'ambiance surnaturelle, dotée d'une cocasserie particulière, est campée et se maintient jusqu'à la fin. Certes, le pourquoi de la chose ne nous sera pas explicité (pas d'explication ésotérique, scientifique…) mais plutôt la manière dont le concerné va composer avec sa nouvelle apparence pour renouer le contact avec ses proches.


Le graphisme spécifique de Cyril Bonin, reconnaissable entre tous, appuie avec justesse la fiction de Marcel Aymé. Son style qui transforme ses personnages en individus quelque peu dégingandés pour certains ou massifs pour d'autres et qui donne vie aux quartiers parisiens avant-guerre, est d'une grande expressivité et d'une remarquable beauté semi-réaliste. Les apparences sont convaincantes, véhiculent une aura de sympathie très agréable que l'on peut apprécier dans un découpage somme toute classique, efficace dans les transitions et dans un environnement subtilement colorisé.


Un récit complet superbement orchestré par un auteur de bande dessinée qui a su s'accaparer pour l'occasion le domaine romanesque d'un grand écrivain, Marcel Aymé et qui sait le faire partager.


 

Par , le

Nos interviews liées

Entretien avec Cyril Bonin (2)

Coup de cœur de la rédaction et succès public, Amorostasia est un album qui à marqué l’année 2013. L’occasion pour nous de rencontrer à nouveau Cyril Bonin pour poursuivre notre discussion avec un auteur qu’on aime à Scenario.com. Interview dirigée et réalisée par Melville au festival d’Angoulême 2014.

Sceneario.com : Comment est né le projet d’Amorostasia ? Vous nous aviez confié lors de notre précédent entretien qu’il s’agissait d’une envie de longue date.
Cyril Bonin : C’est un projet dont la gestation a été assez longue. L’idée m’est venue en 1995 suite à une réflexion que sans doute tout le monde a eu : quel dommage de ne pas pouvoir retenir les moments heureux de la vie en suspendant le temps. Je me suis donc mis à imaginer une maladie qui figerait les gens dans les moments de bonheur [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Cyril Bonin

Depuis quelques années Cyril Bonin a entamé une carrière en solo assurant les rôles de scénariste et dessinateur. Convaincu par le regard singulier que porte l’auteur dans de chacun de ses albums, nous avons eu envie de le rencontrer. Interview dirigée par Melville et réalisée par email en août 2012.

Sceneario.com : Vous avez fait vos débuts dans la bande dessinée comme dessinateur de la série Fog scénarisée par Roger Seiter. Comment étiez-vous entré dans le projet ?
Cyril Bonin : Roger et moi nous sommes rencontrés lors d’une expo de planches d’un album collectif auquel j’avais participé (« Nique la crise »). Il cherchait un dessinateur pour un projet d’héroic fantasy et nous avons fait un essai qui (heureusement) ne trouva pas grâce aux yeux de l’éditeur. Par ailleurs, Roger avait dans ses cartons un projet de polar situé à New-York, de nos jours [...]

Lire la suite ›