LA BANQUE #4 Deuxième Génération 1857- 1871

voir la série LA BANQUE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Drame

Historique

Sortie :
ISBN : 9782205073669

Résumé de l'album Deuxième Génération 1857- 1871

1861, Paris. Christian de Saint-Hubert, fondateur de la Banque Générale d'Investissement, n'a pas laissé tomber ses obligations. Il continue de s'occuper des dossiers depuis son lit. THéodore, l'un de ses fils, aimerait avoir en main la présidence de la Banque. Victor, quand à lui, a d'autres préoccupations.
Jecker, le banquier suisse, qui revient du Mexique, a mis au point un moyen pour pouvoir remettre la main sur la somme que lui doit l'état mexicain. Avec l'aide de Léomant, il approche le duc de Morny. Et Léomant a aussi l'idée de mettre ses cousins, les Saint-Hubert, dans la combine.
De son côté, Eugène de Saint-Hubert, dans une église du faubourg Saint-Antoine soutient les ouvriers parisiens et leur redonne espoir d'une vie bien meilleure...

 

Par Berthold, le 21/10/2015

Notre avis sur l'album Deuxième Génération 1857- 1871

Suite et fin du deuxième cycle, de la deuxième génération, de la saga La Banque avec ce quatrième volet qui nous fait revivre la Commune.

Pierre Boisserie et Philippe Guillaume nous racontent dans cet opus la combine de Jecker, ce banquier suisse, qui veut récupérer l'argent que lui doit l'état mexicain. Cette combine provoque, entre autres, l'envoi d'un Corps expéditionnaire français, au Mexique. Les deux auteurs ne nous font pas pour autant voyager au Mexique, on reste à paris où il se passe beaucoup de choses dont la Commune.
Nous découvrons le destin des Saint-Hubert et de la famille de Léognan. Nous suivons l'évolution des différentes situations qui culminent au final avec la disparition de certains personnages au moment de la Commune. Et le destin d'un autre que nous retrouverons dans le prochain cycle.

Boisserie et Guillaume construisent un récit documenté, fort, émouvant. Une saga familiale, une lutte de pouvoir... Un album volet aussi prenant et passionnant que les précédents.

Le dessin de Malo Kerfriden est efficace. Il nous fait revivre cette période entre 1861 et 1871. Les décors sont superbes, les costumes bien travaillés et c'est très bien rythmé. On sent qu'il n'y a pas de temps mort dans cette saga.

En fin de volume, Philippe Guillaume revient sur le contexte historique de cette période.

Un final pour ce second cycle, très réussi, qui nous donne envie de lire la prochaine génération : 1882-1914, dont le dessinateur sera Siro.

 

Par , le

Les albums de la série LA BANQUE

Nos interviews liées

Interview de Pierre Boisserie pour sa série Voyageur Oméga

Sceneario.com : 13ème album de cette série, Voyageur Oméga représente pour les lecteurs la fin de l'aventure de Vedder, est-ce qu'il est facile de laisser un personnage vivre sa vie en toute indépendance après 5 ans d'aventures passionnantes?

Pierre Boisserie : C’est un mélange étrange de soulagement que cette aventure ait été menée à son terme dans les meilleures conditions possibles et de regret de quitter ces personnages auxquels nous nous sommes attachés depuis sept ans en ce qui me concerne. Sceneario.com : Dès que l'on se lance dans les voyages dans le temps, l'histoire peut rapidement devenir fort complexe, comment avez-vous travaillé pour garder le fil et la cohérence à un scénario qui se développe dans l'espace et le temps?

Pierre Boisserie : Avec Eric, nous nous sommes fixé un modus operandi dès le début de l’écriture [...]

Lire la suite ›

Pierre Boisserie répond à nos questions sur Flor de Luna

Sceneario.com : Bonjour ! Et merci d'avoir accepté de répondre à nos questions ! Pourquoi avoir choisi une nouvelle collaboration avec Eric Stalner, qui, s’il est un artiste prolifique, n’en est pas moins très occupé ? 

Pierre Boisserie :
  En fait, les choses se sont faites un peu progressivement. Au départ de ce projet, il y avait le désir de Jacques Glénat de faire une saga autour des cigares, dont il est amateur, et Cuba, dans l'esprit des "Maîtres de l'Orge". Il m'a sollicité, mais étant à l'époque déjà engagé sur d'autres projets, et ne connaissant pas grand chose à l'univers de cigares, j'ai proposé à Eric d'écrire ensemble le scénario, lui-même étant aussi un amateur de cigares. A partir de là, Jacques a fait le forcing pour qu'Eric s'investisse aussi dans le dessin [...]

Lire la suite ›