La bande à Bonnot

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Historique

Sortie :
ISBN : 9782344019191

Résumé de l'album La bande à Bonnot

Au tout début des années 1900, Jules Bonnot travaille comme mécanicien dans l’usine lyonnaise de Rochet-Schneider. Dans le collimateur de son employeur pour nombre de faits malheureux, il cherche à faire profil bas et ce malgré les incitations à la rébellion de certains de ses pairs. Le jour où un de ses collègues se blesse gravement au travail, il accepte de participer à une réunion d’ouvriers anarchistes. Une descente de police musclée dirigée par le Commissaire Guichard envoie Jules Bonnot en prison. Au bout de trois semaines de détention, il retrouve son foyer et découvre que son fils est mort par manque de soin. Ce drame le fait irrémédiablement basculer dans la violence. Il monte à Paris et avec l’aide d’autres malfrats se lance dans une série de méfaits illégalistes qui, de par la technique employée, va provoquer la terreur et donner une autre vision du crime.

Par Phibes, le 06/09/2018

Notre avis sur l'album La bande à Bonnot

Les éditions Glénat mettent à l’honneur le travail biographique d’un quintet d’artistes qui s’est constitué autour de l’évocation d’un personnage ayant défrayé la chronique au début du siècle dernier par ses lourds méfaits perpétrés en association avec d’autres dans l’Hexagone de la Belle Epoque. Ce personnage qui a été souvent mis en lumière soit par la chanson (Joe Dassin), soit par nombre de documentaires ou romans, se nomme donc Jules Bonnot, activiste anarchiste devenu le criminel n°1 des années 1911/1912.

Cette évocation se veut donc pour le moins riche et a la particularité de s’inspirer de la vie du tueur selon un concept classique et bien captivant. Comme énoncé en préambule, les trois scénaristes ont souhaité, à l’appui de faits authentiques, de relater la vie du bandit en s’octroyant quelques libertés. Il en ressort donc une histoire dramatique qui débute sur les derniers moments de Bonnot et sur une rétrospective de ce dernier à partir du moment où il épouse la cause anarchiste.

De fait, à la faveur de séquences bien choisies et cadencées, le récit dresse en quelque sorte le portrait d’un personnage particulièrement torturé dans une société qui n’en est pas moins. Sous le couvert de coups du sort malheureux, Bonnot nous entraîne, en association avec d’autres (femme et hommes) dans une quête vengeresse contre la haute bourgeoisie et la gente policière, dans un tourbillon de violence dont la finalité est connue d’avance. L’étude psychologique du malfrat mise en avant est assez puissante et de fait convaincante, et donne une idée de la psychologie de ce sinistre personnage en guerre contre la société et les inégalités sociales.

Côté dessins, Attila Futaki, connu pour son travail d’illustrateur entre autres dans la série Percy Jackson ou dans Hypnos, nous assure une prestation de qualité. Se référant à un dynamisme profitable, l’artiste demeure dans un réalisme qui sied à cette évocation. Malgré quelques petites distorsions au niveau des visages, l’on concèdera que le trait reste adroit et, grâce à un effort documentaire évident, reflète remarquablement l’époque.

Un one-shot efficace qui donne un très bel éclairage sur l’un des plus grands bandits du siècle dernier.

Par , le

Nos interviews liées

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›